ADAPEI 29

Antenne Quimper

L’Institut du Vieux-Châtel accueille 76 élèves

Ouest-France – Kerlaz – 19/09/2017

 

Les jeunes du groupe Accueil, avec le directeur et les éducateurs spécialisés, attendent, avec beaucoup d’impatience, de partir à l’aventure à Dublin.

 

Entre le Vieux-Châtel (Kerlaz) et Prat-ar-Rouz (Quimper), l’Institut médico-éducatif (IME) réunit 111 élèves, cette année. Ils ont fait leur rentrée, le 1er septembre.

Cette année, l’établissement kerlazien du Vieux-Châtel accueille 76 enfants et adultes, contre 86 en 2016. « Douze jeunes viennent de Prat-ar-Rouz [l’équivalent de l’enseignement élémentaire, à Quimper] et cinq ont intégré directement la structure »explique Damien Coiffard, le directeur général de l’Institut médico-éducatif, réparti depuis 2015 entre l’établissement de Kerlaz et celui de Quimper.

Directrice adjointe à Kerlaz

En avril, Fabienne Prima a été nommée directrice adjointe, chargée du site de Kerlaz. Elle est aidée dans sa mission, cette année, par Anne Angoujard, attachée de direction auprès de l’association de tutelle Championnet et cadre d’intervention sociale.

« La section de première formation professionnelle (Sifpro) accueille les enfants et adolescents atteints de déficiences mentales, ou de déficiences sensorielles ou motrices avec troubles associés », rappelle le directeur.

L’équipe enseignante kerlazienne compte sept éducateurs spécialisés et cinq enseignants, y compris ceux délocalisés au lycée de la Sablière et du Likès à Quimper, ainsi que du personnel de soins et de maintenance. « Nous avons de nombreuses sorties entre les différents Esat (Établissement et services d’aide par le travail) de Kan-ar-Mor, des Genêts d’Or et des Papillons Blancs, ainsi que dans les foyers de vie de Plomelin et Kan-ar-Mor à Quimper », explique Damien Coiffard.

L’ancien bâtiment de la Clarté est toujours affecté en centre d’accueil et d’orientation (CAO) qui reçoit, depuis deux ans, dix-huit réfugiés migrants. Propriété de l’association Championnet, le bâtiment est toujours réquisitionné par la préfecture.

Dublin en vue

Le groupe d’accueil du Vieux Chatel avec ses vingt-trois jeunes, dont douze nouveaux issus de Prat ar Rouz, a un projet de découverte. Depuis un an et demi, quatorze d’entre-eux s’investissent dans l’organisation d’un voyage d’études en Irlande. Une première pour l’IME. « On a récolté de l’argent par des manifestations organisées comme le vide greniers et obtenu des subventions pour soutenir notre action », raconte Cédric Lenoir, éducateur.

Du 4 au 11 novembre, le voyage est prévu à Dublin après quatorze heures de bateau au départ de Cherbourg. « C’est une belle aventure culturelle et celtique », explique Stéphanie Morantin, éducatrice spécialisée.

 


Menez’Tival Bihan Tête. Les familles au rendez-vous

Le Télégramme – Dinéault – 19 septembre 2017

 

 

Pour sa cinquième édition, samedi, « Menez’Tival Bihan Tête » a réussi le pari des organisateurs : mêler dans une joyeuse ambiance, les résidents du foyer des Genêts d’or, les travailleurs des Esat, les parents, amis et simples visiteurs.

Des résidents du foyer des Genêts d’or ont assuré l’accueil du festival « Menez’Tival Bihan tête », ont fait le service et participé aux concerts. Tous étaient fiers de se rendre utiles ou tout simplement d’être des spectateurs enthousiastes. L’équipe des éducateurs avait su, une fois de plus, offrir aux enfants un beau choix de distractions : les acrobaties du cirque Naphtaline, les animaux marins du manège, les promenades à poney, les maquillages et tatouages éphémères. Ils se retrouvaient en compétition avec les parents dans la quinzaine de jeux de bois, du jeu de quilles au billard hollandais. Les photos surréalistes de Monsieur Lux avaient toujours la cote. Les concerts commençaient « bille en tête » avec le rap des « Frères casquette », entraînant le public dans les gesticulations en rythme et les reprises en choeur des airs de cours de récréation..

 

Kastell Rock, l’atelier de percussions du foyer

 Kurun d’Is, toujours aussi tonique, s’est lancé dans des percussions endiablées. « Bako Combé » a accueilli sur la scène « Kastell Rock », l’atelier de percussions du foyer, dans sa musique africaine. Du chantier halluciné de la Compagnie Gigot Bitume au spectacle fantastique de la Compagnie CHK1, les spectateurs pouvaient aussi se laisser envahir, dans la soirée, par les rythmes trépidants de Oaken Crow, Tarantula et Livical Tree.

 


Vieux-Bourg. Animaux et jardin pour tous

Le Télégramme – Châteaulin – 14 septembre 2017

Florence Béréziat, animatrice, présente la nouvelle année à la ferme pédagogique du Vieux-Bourg, au côté de Lally et Galipette, deux des ânesses.

 

À la ferme du Vieux-Bourg, c’est aussi la rentrée. Ouverte à tous, la ferme accueille les foyers de vie et personnes en situation de handicap autour de projets éducatifs, tout comme des particuliers et des enfants. Six points pour présenter cette nouvelle année. 

  1. Une ferme ouverte à tous.

« La ferme est un lieu de rencontres », retrace Florence Béréziat, animatrice, arrivée depuis maintenant six mois. La ferme située aux Genêts d’or n’est, justement, pas limitée aux Genêts d’or. « La ferme est ouverte aux particuliers », précise Florence. Familles et enfants sont donc les bienvenus, en plus des foyers de vie, qui y viennent régulièrement. « Nous mettons en place des projets éducatifs avec les foyers de vie, en contact avec les animaux », poursuit Florence.

  1. Accueil toute l’année.

Dans le cadre de ces projets éducatifs, la ferme peut accueillir des personnes handicapées toute l’année, « même quand il pleut », assure Florence. La salle pédagogique de la ferme permet en effet des activités au sec, toujours en lien avec les animaux. Après un puzzle cheval avec du crin, des puzzles avec la poule et ses plumes et le mouton et sa laine devraient être créés.

  1. Une quarantaine d’animaux.

Chèvres, moutons, ânes, cochons, poneys, poules, canards, cochons d’inde, perruches et lapins habitent la ferme. « Et aussi un pigeon à une patte qui nous est tombé du ciel », glisse Florence, qui s’occupe de ces animaux. À ses côtés, les soins sont également assurés par les personnes de l’Esat (Établissement et service d’aide par le travail) des Genêts d’or.

  1. Les mercredis des petits fermiers. 

C’est une des nouveautés de cette rentrée. « Les enfants de 3 à 7 ans, peuvent venir découvrir, au fil des saisons, les soins aux animaux, le jardin et le bricolage, comme faire des nichoirs pour les oiseaux, ou encore un épouvantail ». Comme certains enfants pratiquent du football ou de la gymnastique le mercredi après-midi, les petits jardiniers seront « en contact avec les animaux et les mains dans la terre », détaille Florence. « Nous allons les amener à observer les feuilles qui changent de couleur ou la pousse d’une graine plantée la semaine passée ».

  1. Tickets-loisirs à la Toussaint.

« On est en train d’essayer de mettre en place des tickets-loisirs pour les vacances d’automne », continue Florence. Ces tickets loisirs, mis en place par la communauté de communes, permettent aux habitants du territoire de profiter d’activités pour quelques euros. Au Vieux-Bourg, avec un ticket-loisirs, les enfants pourront faire une heure trente d’activités mixtes, avec la ferme et les poneys.

  1. Des projets.

Le jardin va reprendre des couleurs. « On va commencer un travail des sens autour des plantes aromatiques, des cucurbitacées et des légumes anciens », souligne Florence. Un hôtel à insectes, permettant d’observer de près les petites bêtes, est également en cours de construction. Enfin, une personne en service civique doit arriver en octobre pour renforcer l’équipe. Pour 2018-2019, un cheminement pour permettre aux personnes à mobilité réduite de circuler dans la ferme est à l’étude.

 

Pratique : Ferme du Vieux-Bourg, les Genêts d’or, le Vieux-Bourg, à Châteaulin.

Ouvert à tous les mardis, mercredis et vendredis, de 14h00 à 17h00 et les jeudis, de 10h00 à 17h00. Tél. 02.98.16.10.97.


JOURNEE DU HANDICAP

EXPOSITION – CONFERENCE – INAUGURATION

 

Les artistes de l’Artothèque Imagine et la Municipalité de Quimper ont le plaisir de vous inviter le mardi 19 septembre à partir de 18h00  au Vernissage de l’Exposition « D’où contraste » à la Mairie d’ERGUE ARMEL , agglomération Quimper.

La municipalité Quimpéroise vous propose également d’autres précieux rendez vous à partir du samedi 23 septembre.

Bien cordialement ,

 Jocelyne Papassin pour l’Artothèque Imagine

 

invit Arthotèque_v2

Journée_du_handicap_programme_10x15_BAT

Inauguration Talents croisés 23.09.17

Conférence La Malvoyance 23.09.17

Conférence Handicap Psychique 23.09.17

 


MENEZ’TIVAL 2017

Bonjour à toutes et à tous,

C’est reparti ! Pour la 5ème année, nous vous invitons à venir nous rencontrer et faire la fête avec nous le

samedi 16 septembre à partir de 15h00 !

Comme chaque année, l’après midi est consacrée aux diverses animations : cirque, balades en poney, maquillage, manège, des animaux de la ferme, de quoi grignoter et boire un verre,

A 16h00, début des concerts !

Vous pourrez aussi vous restaurer, venir goûter aux délicieuses crêpes dans une ambiance festive et musicale !

Nous vous attendons nombreux !

Pour faciliter la présence des groupes vous trouverez ci-joint, une fiche d’inscription, pour avoir les billets d’entrée avant la journée, (et ne pas avoir à attendre en arrivant…), et réserver les repas.       

Claire LABADIE                                

Responsable de service

 

2017.09.07 Réservation Repas

2017.09.07 Réservation Repas


Handicap. Les compétences de 350 ouvriers bretons récompensées

Le Télégramme – Quimper – 30 juin 2017

André, Jacky, Johann, Christine et Jonathan : moniteurs et ouvriers réunis par un diplôme qui récompense le travail accompli.

 

Moments d’émotion, hier, sur la scène du Pavillon : 350 ouvriers en situation de handicap, issus de 44 Esat (établissements et services d’aide par le travail et entreprises adaptées) de Bretagne, tous appelés individuellement, y ont reçu leur attestation de compétence, un diplôme qui reconnaît les acquis professionnels. « Pour moi, c’est important car je n’ai pas une grande confiance en moi, commente Jonathan, ouvrier à l’Esat de Concarneau. Cette attestation me prouve mes compétences dans mon travail. Mon projet est d’aller plus loin et de travailler sur un nouvel outil ». « Un ciseau électrique », précise Christine, monitrice. Jonathan est employé à l’atelier couture. L’Esat de Concarneau travaille à la fabrication de sacs en toile, produits des cabas, des trousses… « Nous vendons sur le marché à Concarneau et à l’atelier », ajoute Christine. L’atelier compte six employés en couture et quatre en repassage. Pour obtenir l’attestation de compétence, il a fallu monter un dossier, présenter les étapes du travail. « Ce diplôme permet aux ouvriers de se rendre compte qu’ils ont de réelles compétences, ce qui ne leur paraît pas toujours évident », ajoute la monitrice.

Johann et André, également de l’Esat de Concarneau, ont aussi reçu leur attestation ce jeudi. « Ils travaillent en sous-traitance directement dans l’entreprise Crown de Concarneau, spécialisée dans la fabrication de boîtes de conserve », précise Jacky, leur moniteur. Les deux salariés travaillent dans l’emballage, le tri des boîtes consignées, côtoyant les autres employés de l’entreprise.

 

Une vingtaine de métiers

« Les attestations remises portent sur une vingtaine de métiers différents de nos Esat », commente Lucile Rachet, présidente de l’association régionale des Esat de Bretagne. Soigneur de chevaux, agent de conduite en système industriel, serveur en brasserie ou agent d’accueil dans le tourisme : « Nous construisons toujours de nouveaux référentiels, souligne Mme Rachet. Comme pour les réparateurs de vélos électriques qui travaillent pour La Poste ». « Cette attestation est une façon de casser l’image de l’échec, de monter sur une scène pour recevoir un diplôme valorisant », ajoute-t-elle.

Le dispositif intéresse même l’Éducation nationale, intéressée par un moyen de valoriser les compétences des jeunes qui décrochent du système scolaire. 

Ronan Larvor

 


Concarneau. L’IME restructuré a été inauguré

Ouest-France – Concarneau – 24/06/2017

Les nouveaux bâtiments de l’IME ont été inaugurés en présence de la directrice, Anne Vadon (à droite).

 

Les travaux de restructuration ont pris fin en décembre 2016. Vendredi a eu lieu l’inauguration officielle des bâtiments.

Le nouvel Institut médico-éducatif (IME) pour l’association des Papillons Blancs remplace un bâtiment obsolète dans son fonctionnement d’accueil. Pour des raisons liées à la prise en compte des politiques publiques de santé ainsi qu’au besoin d’accompagner le développement de l’offre des services de l’IME, un projet a vu le jour.

 

2 036 m2 pour 44 jeunes

Une forme constituée de deux ailes, avec au centre un jardin intérieur, délimite les différents secteurs tout en leur donnant pour certains une autonomie. Désormais, les 2 036 m² peuvent accueillir 44 jeunes. L’édifice propose une identité visuelle simple et moderne, respectueuse de son environnement, offrant ainsi aux enfants un cadre agréable propice à leur développement.

Les personnes accompagnées sont des enfants, adolescents, jeunes adultes, garçons et filles, de 6 à 20 ans, voire plus, porteurs d’une déficience intellectuelle d’origines et de niveaux diversifiés.

« Près de 50 % de nos jeunes sont atteints de troubles autistiques. Un partenariat nous lie au lycée Pierre Guéguin afin de permettre à neuf adolescents de suivre leurs cours à leur rythme », explique la directrice, Anne Vadon.

Parmi les futurs objectifs de la directrice figure la construction d’un nouvel internat. « L’actuel, implanté rue Saint Jacques, date de la fin des années 60 et sera reconstruit rue des Chênes. Il sera ouvert pour la rentrée 2018 », renseigne la directrice.

Pour atteindre cet objectif, six axes ont été déterminés comme la complémentarité des services, l’accompagnement parental, ou encore le développement d’une politique de bientraitance et de prévention de la maltraitance.

 

 

IME-Les Primevères. Les nouveaux locaux ont été inaugurés

Le Télégramme – Concarneau – 24 juin 2017

 

André Fidelin et Olivier Bellec, les maires de Concarneau et de Trégunc, ainsi qu’Erwan Balanant, nouveau député de la circonscription, étaient conviés à l’inauguration des locaux de l’IME.

 

Après les portes ouvertes, samedi dernier, à l’intention des familles, c’est l’inauguration officielle des nouvelles installations qui a réuni plusieurs dizaines d’invités, hier après-midi, à l’IME/Sessad (*) Les Primevères.

L’établissement a rouvert en janvier dernier après un chantier de plus d’un an, d’un coût d’environ six millions d’euros. Les bâtiments remontant à 1968 ont été démolis pour laisser place à des locaux plus fonctionnels et mieux adaptés aux 44 jeunes handicapés qui y sont accueillis.

« L’architecture de ce bâtiment reconnaît l’enfant dans son âge et dans ses besoins », a déclaré Jacques Philippe, président des Papillons Blancs du Finistère, avant d’inviter les élus à couper le traditionnel ruban tricolore.

L’IME n’en a pas fini avec les chantiers puisque son internat (une dizaine de places) de la rue Saint-Jacques va, lui aussi, être refait. Pour cause de localisation dans un secteur à risque en terme de submersion marine, il va déménager un peu plus haut, rue des Chênes. Anne Vadon, la directrice de l’établissement espère une livraison pour la rentrée 2018.

 

(*) Institut médico-éducatif/Service d’éducation spéciale et de soins à domicile.

 


IME. Le beau cadeau de Pilidous aux enfants

Le Télégramme – Briec – 22 juin 2017

Les enfants, les étudiants et l’ours Pilidous.

 

Lundi après-midi, l’IME Rosbriant a reçu des étudiants en deuxième année de médecine à Brest, venus faire un don de 1 200 €, afin de permettre d’offrir aux enfants un séjour d’une semaine en Vendée. « À leur plus grande satisfaction et à celle de leurs parents », s’est réjoui Jean-Paul Urien, le directeur du centre.

Les étudiants étaient accompagnés de leur mascotte, l’ours Pilidous. Pilidous, un joli mot breton qui, dans certains endroits de Bretagne, désigne le pyjama, et qui est aussi le nom de l’association à but humanitaire créée voici onze ans par les étudiants de deuxième année, réunissant aussi kinés et sages-femmes. « Afin de récolter des fonds, nous vendons des gâteaux, des calendriers. Nous organisons, trois fois par an, des collectes sur la voie publique et nous recevons également des dons, notamment des comités d’entreprises », a expliqué Loïc Le Moine, le trésorier de l’association.

Pilidous subventionne des activités ludiques, apporte des aides aux séjours pour les centres de soins et éducatifs accueillant des enfants, à l’image des IME.


Esat. Des fleurs pour les donneurs de sang

Le Télégramme – Briec –  24 juin 2017

 

 

Comme chaque année depuis onze ans, l’Esat a souhaité s’associer à la collecte de sang qui aura lieu aujourd’hui, de 8h30 à 12h30, à la salle André-Angot à Edern.

Pour se faire, les résidents, aidés de leurs accompagnateurs, ont donné à l’Association des donneurs de sang bénévoles du Pays glazik près de 200 plantes fleuries qui seront offertes aux donneurs.

Pour les remercier, l’association leur a proposé un goûter jeudi.


ARTOTHEQUE IMAGINE DE BRIEC

Les artistes de l’artothèque Imagine seront heureux de vous surprendre par leur Art 😉

Cette rencontre aura lieu Mardi 27 juin dès 17h40, à l’Arthemuse de Briec.

N’hésitez plus  et venez nombreux…  ils en seront ravis 😉

carton d invit 1


L’IME de Lanriec fait peau neuve à 50 ans

Ouest-France – Concarneau – 19/06/2017

 

 

Les nouveaux locaux de l’institut médico-éducatif de Lanriec ont été inaugurés ce week-end. Il organisait ses portes ouvertes.

L’institut médico-éducatif et le service d’éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad) des Primevères établis à Lanriec ont accueilli, samedi matin, le public dans le cadre de portes ouvertes annonçant l’inauguration de ses locaux restaurés.

Il est vrai qu’implantés depuis 1968 sur le site proche de la ferme de Kerichard l’établissement de 1900 m² avait besoin de reconfiguration des bâtiments afin d’être encore plus proche des enfants.

La fin de travaux d’un peu plus d’un an

« Les travaux ont duré d’octobre 2015 à décembre 2016. Nous occupons nos locaux flambant neufs depuis janvier dernier. Nous accueillons les enfants à la journée et disposons d’un service de soins qui se rend au domicile des enfants », explique Anne Vadon, la directrice du centre depuis 2007.

Aujourd’hui, l’IME héberge 44 enfants et s’occupe de 20 enfants et adolescents handicapés à leur domicile. Pas moins d’une quarantaine d’employés, dont 36 temps pleins sont nécessaires à la bonne marche de l’institut. Par ailleurs, le lycée Pierre Guéguin a mis à la disposition de l’IME un bâtiment préfabriqué qui permet à neuf adolescents de suivre des cours, à leur rythme, sur le site du lycée.

Service rattaché à l’IME, le Sessad intervient dans des classes d’inclusion scolaire à l’école primaire publique à Trégunc, et à l’école primaire privée à Pont-l’Abbé. Les équipes soignantes et éducatives soutiennent l’intégration scolaire collective et individuelle de seize enfants. Elles accompagnent l’enfant dans sa scolarité, en prenant en compte ses problématiques propres.

 

Institut médico-éducatif. Les Primevères ont ouvert leurs portes

Le Télégramme – Concarneau – 19 juin 2017

L’Institut médico-éducatif Les Primevère des Papillons Blancs du Finistère a ouvert ses portes aux familles et aux voisins, samedi matin.

 

L’occasion pour chacun d’eux de découvrir le bâtiment flambant neuf de 1 960 m², construit sur le même site que le précédent, qu’occupent 64 enfants depuis janvier 2017.

« Une quarantaine de personnes travaillent dans le centre », indique la directrice Anne Vadon (à gauche sur la photo, aux côtés de son adjointe et d’un jeune spécialiste du judo).

Neuf adolescents sont scolarisés deux fois par semaine au lycée Pierre-Guéguin, en milieu ordinaire.

 


À l’IME, des animaux présents pour lutter contre l’autisme

Ouest-France – Carhaix – 23/05/2017 – Alexandre HOGUIN.

L’œil bienveillant sur son chien Larry, Axelle Pengloan (debout à gauche) intervenait, hier à l’IME de Carhaix, auprès de Dawson, Keelan et Yohan. | Ouest-France

 

À l’institut médico-éducatif de Carhaix, de jeunes enfants atteints d’autisme rencontrent des animaux formés en conséquence.

Lundi 22 mai, à l’institut médico-éducatif de Carhaix, Dawson, Keelan et Yohan, trois jeunes garçons atteints d’autisme, se sont émerveillés devant leurs trois compagnons du jour : le chien Larry et les cochons d’Inde, Betty et Dita. « Ils ont tous les trois été formés à s’adapter à ce genre de structures pour y intervenir », explique Axelle Pengloan.

Étudiante en master 1 de psycho à Angers, c’est elle qui se charge d’animer cet atelier hebdomadaire de médiation animale. Accompagnée de Magalie Lostanlen, chef de service de l’IME carhaisien, la jeune femme se plaît à amener ses protégés devant les jeunes autistes. « Qu’elles soient positives ou négatives, les réactions produites par les animaux permettent aux enfants d’échanger avec eux. Le fait qu’ils ne soient pas jugés par Larry, Dita ou Betty, cela leur permet de se sentir en sécurité ».

« Éponges à émotions »

Pour Magalie Lostanlen, le dispositif mis en place restera jusqu’à la fin de l’année. Elle s’en réjouit. « Les enfants s’ouvrent plus facilement et sont davantage motivés pour effectuer certaines tâches. Quand l’animal fait part d’un besoin, il y répond tout de suite, ce qu’il ne fait pas en règle générale ».

Une expérience fructueuse grâce à différents travaux menés lors de chaque séance. « Une semaine, on va travailler sur la communication, une autre sur comment prendre soin de l’animal, quelle prise de médicaments, etc. », poursuit Axelle Pengloan, qui apprend aussi le métier au centre thérapeutique de La Vieille Ferme, à Audierne. « Ces animaux sont de véritables éponges à émotions », conclut-elle.

 


Kan ar Mor. Des bouchons pour des sourires

Le Télégramme – Pleyben – le 20 avril 2017

 

Résidente au foyer de Vie Kan Ar Mor, Françoise a réuni tous ses amis pour l’opération « un bouchon un sourire » dont la représente bénévole du Finistère est Fernande Paillarde

Le foyer de vie, ou résidence de l’Aulne, situé derrière le gymnase Pierre-Cloarec, a ouvert ses portes au début du mois de janvier. Ainsi, alors que son inauguration est prévue courant juin, 39 résidents y ont déjà élu domicile. Le foyer de vie, composé de quatre maisons de plain-pied, elles-mêmes dotées d’une dizaine de chambres individuelles chacune, de trois salles d’activités et d’un espace collectif, a pour mission d’accueillir des personnes majeures souffrant d’un handicap psychique et/ou mental avec déficience intellectuelle associée.

Collecte de bouchons

Trente-six salariés officient en multidisciplinarité pour un encadrement à temps plein. Dans son fonctionnement et son accompagnement, qui peut aussi être individualisé, la résidence de l’Aulne met l’accent, notamment, sur l’accès à la culture et aux loisirs, avec une dimension importante donnée à la participation sociale. Et c’est dans cette optique d’apporter aide et soutien à son tour que Françoise, pensionnaire de la résidence, a entraîné ses amis dans la collecte des bouchons en plastique.

Elle est réalisée dans le cadre de l’opération « Un bouchon, un sourire », dont l’antenne associative finistérienne est supervisée par Fernande Paillarde, surnommée « Mémé bouchon » par les enfants qu’elle côtoie régulièrement lors de ses interventions de sensibilisation.

« On compte sur vous ! »

En un mois, Françoise a déjà collecté 10 kg de bouchons et, motivée, elle ne compte pas s’arrêter là. Elle appelle tous les Pleybennois à les conserver et, éventuellement, à les déposer au foyer de vie, où ils pourront être pesés et remis à l’association Breizh 29, qui les envoie à Voves (Eure-et-Loir), où ils sont broyés et recyclés. L’argent ainsi collecté a permis, en 2016, pour 67 tonnes de bouchons, d’aider 19 enfants du département dans l’achat de tout outil nécessaire à leur quotidien. Dans la commune, en un an, 480 kg de bouchons ont été récupérés, grâce aux deux écoles (Saint-Joseph et Per-Jakès-Hélias), aux commerçants, dont un investissement considérable d’Intermarché (130 kg), ainsi qu’aux pompiers. « Nous comptons sur vous et sur votre grand cœur ! », insistent Françoise et ses amis, fiers d’arborer le badge de l’association.

 


ESAT BRIEC

32ème foire aux plantes

 


IME. De jeunes adultes découvrent la mairie

Le Télégramme – Briec-de-l’Odet – 11 avril 2017

La délégation de jeunes adultes de l’IME qui, sous la conduite de leurs éducateurs et des élus, a découvert la mairie.

 

Quelles sont les missions de la mairie, du maire ? De jeunes adultes de l’IME sont allés à la rencontre des élus et de la collectivité vendredi.

Une délégation de jeunes adultes de l’IME a été reçue, vendredi en mairie, par le maire, Jean-Hubert Pétillon, les adjointes, Françoise Prat et Valérie Leducq, ainsi que par Thomas Ferec.

Le maire a expliqué le rôle et les fonctions du premier magistrat municipal, ainsi que les missions de la mairie.

Après être allés à la découverte de la salle du conseil municipal où les jeunes ont été invités à simuler une élection, ils ont visité la salle des mariages avec, là également, des explications sur les valeurs de l’union maritale.

Enfin, leur exploration s’est clôturée par l’Espace coup de pouce et l’épicerie sociale.

 


250 convives se sont régalés à la soirée crêpes de l’IME

Ouest-France – Carhaix – 05/04/2017 – Gilles RICHARD

Les crêpières à l’œuvre.

 

La traditionnelle soirée crêpes organisée par l’association sportive et les parents d’élèves de l’institut médico-éducatif (IME) a eu lieu, vendredi, aux halles. La soirée a connu autant de succès que les années précédentes.

La dizaine de crêpières bénévoles a fait chauffer les biligs sans relâche pour régaler plus de 250 convives.

« Les bénéfices de cette soirée serviront à financer les activités sportives de l’AS du Poher, les sorties, ainsi que l’achat de nouveaux matériels pour le bien des élèves », précise Anthony Le Coz.

De leur côté, les élèves proposaient pour l’occasion une tombola, pour laquelle ils avaient confectionné les lots dans leurs divers ateliers bois, floriculture et lingerie.

 


Les ouvriers de l’Esat disent le rapport au travail

Ouest-France – Briec – 20/03/2017

Jean-Yves, Marie-Claude, Solenn, Alain, Maurice accompagnés d’Anne Valérie. |

 

La pièce de théâtre de Loïc Chesneau Matthieu et Mireille deviennent vieux et alors !, interprétée dans le cadre de la semaine d’information sur la santé mentale a été l’occasion d’un échange avec le public. Conduit par Anne Quélennec, psychologue, et Dominique Castel, médecin du travail, le propos a porté sur la place du travail dans la vie.

Plusieurs spectateurs ont témoigné, de manière émouvante de leur souffrance au travail.

Jolie surprise lorsque Solenn, Marie-Claude, Maurice, Alain et Jean-Yves, ouvriers aux ateliers des Genêts d’Or, se sont exprimés sur leur temps au travail. « Je suis contente d’avoir du travail. Quelquefois, j’ai peur de ne pas réussir. Quand j’ai un coup de blues, je vais voir les collègues qui me remontent le moral », déclare Solenn, ouvrière dans l’atelier papeterie.

Ses camarades ajoutent : « On se sent bien dans les équipes et ça nous permet de gagner de l’argent », dit Maurice. « On travaille pour être bien », conclut Jean-Yves qui, à deux ans de la retraite, désire passer son savoir-faire aux plus jeunes.

 


Une rando avec Chiboudig le 26 mars

Ouest France – Concarneau – 20/03/2017

Les membres de Chiboudig et de Grand Large travaillent main dans la main. |

 

Depuis 2001, Chiboudig propose des activités variées aux travailleurs sociaux exerçant à la résidence des Fontaines.

Chiboudig propose des animations sportives, culturelles et de loisirs aux adultes des huit hébergements de Cornouaille des Papillons Blancs 29 de 18 à 70 ans.

 

150 participants attendus

Ses membres sont particulièrement actifs puisqu’on les trouve aussi bien à servir des crêpes et de la barbe à papa de l’événement Force 12 en décembre à Kerandon ou bien sur un terrain de football. « D’ici la fin du mois, l’équipe de football reprendra ses entraînements sur le terrain stabilisé des Sables Blancs avec à la clé la venue de joueurs de l’USC qui partageront certains entraînements. Les objectifs sont de favoriser et développer l’accès aux loisirs pour les adultes en situation de handicap mental », explique l’animateur, Laurent Taulen, en poste depuis le début des années 2010. En 2014, une équipe s’est alignée aux côtés des bénévoles du trail de Beuzec sur l’épreuve de Plourin-lès-Morlaix.

Dans les jours qui précèdent le trail de Keriolet ils participent aux travaux de nettoyage du circuit tout en s’alignant sur l’épreuve.

Afin de célébrer le retour du printemps, Chiboudig organise, le 26 mars, une randonnée à travers Concarneau concoctée par Laurent Taulen qui devrait attirer une bonne partie des structures de sports adaptés du Finistère. « Soit un peu plus de 150 participants. C’est un acte fort pour permettre l’insertion des personnes handicapées dans la société. Nous serons épaulés par les bénévoles de l’association Grand Large qui encadreront les circuits. Une relation établie en 2012 après Révoport », explique Laurent Taulen. Trois circuits seront proposés : 13 km pour les bons marcheurs ; 8 km pour les marcheurs moyens ; 3 km, ouvert aux personnes en fauteuil.

Le public pourra s’élancer des Sables Blancs entre 9h00 et 14h30. « Cet événement est ouvert à tous. Il faut donner aux adultes handicapés les moyens de faciliter les rencontres, les échanges et la constitution de réseaux relationnels. Les mamans et leur poussette pourront opter pour les 3 km qui ne présentent aucune difficulté », évoque Laurent Taulen

 


Adapei Quimper. 1 500 € pour le Sémaphore

Le Télégramme – Quimper – 22 mars 2017

Aurélie Morvan recevant de Jean-François Quillien, président de l’Adapei (antenne de Quimper) le chèque de 1.500 €, au profit de centre de loisirs le Sémaphore; ici en compagnie de Guy Le Dréau, à l’origine de cette belle initiative.

Samedi, à la MJC de Kerfeunteun, Jean-François Quillien, président de l’antenne quimpéroise, accueillait une trentaine de parents à l’assemblée générale de l’Association départementale des amis et parents de personnes handicapées (Adapei 29, Quimper).

L’Adapei, antenne de Quimper, organise des actions au bénéfice des familles et de leurs enfants handicapés. D’autre part, elle a participé, en 2016, à deux réunions des commissions d’accessibilité de Quimper et de Quimper BO. Les interpellations de l’Adapei ont surtout porté sur les problèmes rencontrés par les personnes handicapées dans les transports urbains. L’association est représentée dans différentes instances : CCAS, Udaf, commission d’accessibilité… L’Adapei Quimper participe à des actions pour favoriser l’insertion des handicapés dans la société.

 

Ouverture du Sémaphore

Porté par l’Espace associatif, le projet « Accueillir la différence » a été primé par France Bénévolat en 2016. C’est l’Adapei Quimper qui était à l’origine de cette initiative, qui vise à mettre en relation les personnes handicapées avec les associations culturelles et sportives.

Un centre de loisirs, le Sémaphore, a ouvert ses portes en 2016, avenue de la Libération. Son financement est assuré, en grande partie, par le conseil départemental et la Ville. Le local a été acheté par l’association Epal. Aurélie Morvan en est la responsable. Samedi, elle a reçu des mains de Jean-François Quillien et de Guy Le Dréau, à l’initiative de ce projet, un chèque de 1 500 €.

 

 


FAITES ENTRER LES AURTISTES

Dans le cadre de la journée mondiale de l’autisme, l’association organise le vendredi 31 mars de 20h00 à 23h00, une soirée concert un peu particulière, puisqu’elle met en scène 2 chanteurs qui sont de très bons artistes et qui ont une particularité : ils sont autistes.

 
Je vous remercie de venir nombreux à cette soirée, qui sera de grande qualité artistique et très riche en émotions, j’en suis certaine !
La salle est par ailleurs un très beau lieu.
Notre nombre sera une vraie récompense pour ces 2 artistes qui dépassent leurs difficultés sociales, pour entrer dans leur monde artistique et nous faire profiter de leur immense talent.

Alors, j’aimerai que nous leur donnions cette satisfaction.

Matthieu Hamon et Rebecca Lawrie

le vendredi 31 mars à 20h salle Athéna à ERGUE-GABERIC

Athéna ERGUE-GABERIC, complexe de Croas Spern

Entrée : 10 euros, 5 euros moins de 18 ans et carte handicap, gratuit moins de 6 ans.

Boissons, crêpes et gâteaux en vente à l’entracte.

Contact : autismecornouaille@orange.fr


Le Briécois qui fait danser les pinceaux

Ouest France – Briec – 10/03/2017

L’accrochage des ‘danseurs’, à l’Arthémuse.

 

Guy Saliou est l’invité du mois de la peinture. Son exposition sera inaugurée ce soir à l’Arthémuse. L’occasion d’échanger avec lui.

Né à Landudal, Guy Saliou a passé son enfance à Briec où il a poursuivi sa carrière d’éducateur spécialisé auprès des adolescents à l’IME des Genêts d’or. Impliqué dans la vie associative, il a également « joué au Paotred Brieg pendant quarante ans ». « C’est un fidèle », disent ses amis en découvrant la trentaine d’huiles et acryliques sur toiles accrochées aux murs de l’Arthémuse.

Maintenant à la retraite, il court avec l’association sportive les Galouperien. « Les courses, les challenges, l’entraînement certes, mais c’est la vie amicale qui est importante ».

Et la peinture ? Elle arrive quelques années avant la retraite. « J’ai toujours dessiné et regardé le travail de mon cousin Hervé Saliou et, depuis que j’ai pris les pinceaux, je ne peux pas décrocher », avoue-t-il.

 

Élève à Pont-Aven

Sa maîtrise du pinceau donne forme à des visages, des danseurs, des musiciens, des paysages réels ou imaginaires. La matière est forte, les couleurs vives et pénétrantes. « Je veux partager mes émotions », affirme-t-il.

Si le portrait de Yaelle, hyperréaliste flirte avec la photographie, certains paysages touchent à l’abstrait mais la forme reprend le dessus. « J’ai un peu peur de m’échapper dans l’abstrait, on est sans filet », confie Guy Saliou qui chaque lundi suit, avec un groupe de peintres, les cours d’Anne-Sylvie Pécot au centre artistique de Pont-Aven. « Je progresse grâce à l’œil de mon professeur et le travail en commun », révèle-t-il.

 

L’innovation est notre culture. La qualité, notre priorité.

 

 

Ce vendredi, à 18h00. Vernissage de l’exposition de Guy Saliou, ouvert à tous. Exposition visible jusqu’au 1er avril, à l’Arthémuse.

Entrée libre et gratuite selon les heures d’ouverture des locaux.

Tél. 02 98 57 79 33.

 


Invitation à l’inauguration

du Sémaphore de Quimper

 

Le nouveau minibus est arrivé


IME. Des élèves supporters de l’Ujap Quimper

Le Télégramme – Carhaix – 9 mars 2017

Les élèves de la classe de PREPRO B de l’IME, fans de basket, ont assisté mardi soir au match de l’Ujap Quimper.

 

Mardi soir, les élèves de la classe de PREPRO B de l’IME ont assisté au match de basket entre l’Ujap Quimper et Angers. « Il y a beaucoup d’excitation. C’est la première fois qu’ils voient un match de basket en vrai. Ce match, c’est la récompense de deux mois de travail », explique leur enseignante, Mme Thoraval. Depuis le mois de Janvier, les élèves préparent leur sortie. Ils ont tout organisé eux-mêmes, demandé les autorisations, prévu le repas, le couchage et le transport… « C’était dur d’organiser la sortie, il faut tout gérer et penser à beaucoup de choses », ont-ils fait remarquer.

 

« À refaire »

Ayant débuté un cycle basket en EPS, les élèves ont suivi et commenté le match en direct. Ils sont ravis de cette expérience. « C’était super ! », « Quand ça criait « Allez Quimper », mon cœur battait fort… », « À refaire ! »… Même satisfaction du côté de l’enseignante. « Ce projet est vraiment une réussite. Il a fédéré la classe et a permis de responsabiliser les élèves dans l’organisation et la réalisation d’une sortie. Tout le monde a profité de sa soirée. Objectif atteint ».


Petite enfance. Coopération entre la Ville et trois acteurs du handicap

Le Télégramme – Quimper – 27 janvier 2017

Jean-Paul Urien (Kan ar Mor Les Genêts d’Or), Nathalie Jamier et Kerialtan Muzellec (ABA), Isabelle Galle (Genêt d’or), Arialle Fay (adjointe à la petite enfance), Jean-Luc Beleguic et Éric Wchartz (Kan ar Mor), Marcelle Goualard, (Service petite enfance de Quimper), Catherine Pérennou (Kan ar Mor).

 

L’accueil et l’accompagnement de handicapés parents d’enfants, handicapés ou non, le dépistage précoce de l’autisme, le soutien aux professionnels du secteur de la petite enfance par des professionnels du handicap : l’élargissement du réseau traitant de la petite enfance a été entériné, hier, par la signature de trois conventions passées entre la Ville et trois acteurs du handicap.

Une première convention a été signée avec Kan ar Mor qui dispose d’un service de suivi à la vie sociale avec l’accompagnement de 250 personnes handicapées pour favoriser l’accès aux modes d’accueil municipaux pour « mieux assurer le quotidien de l’enfant et le relationnel avec la famille », précise Éric Schwartz de Kan ar Mor.

Deuxième convention avec l’association ABA Finistère pour favoriser le dépistage précoce de l’autisme. « Les professionnels qui travaillent en milieu ordinaire peuvent être confrontés à des situations extraordinaires et ont du mal à en parler. Nous allons former et sensibiliser les équipes à l’autisme. Mieux vaut rentrer dans la filière à deux ans qu’à quatre ans, cela peut sortir des enfants de situations complexes », explique Kerialtan Muzellec de la structure expérimentale travaillant sur le comportement.

Troisième convention avec Les Genets d’Or pour une prise en charge individuelle ou collective d’enfants lors d’ateliers encadrés. Les locaux de la halte-garderie de la Fontaine, vont être mis à disposition de septembre à juin en dehors des vacances scolaires.

 


IME La Clarté. Lumière sur l’établissement

Le Télégramme – Quimper – 12 décembre 2016

 

Décorations de sapins et de tables, cartes de vœux, boules de neige… Loïse, Laurye et Mathieu étaient fiers de présenter les objets confectionnés ces dernières semaines avec leurs 33 camarades de l’IME La Clarté, samedi matin. Les trois camarades tenaient un stand de vente lors de la matinée portes ouvertes de leur établissement.

C’était aussi l’occasion pour les familles et futures familles de découvrir l’institut et de rencontrer les professionnels intervenant auprès des enfants.

http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/ime-la-clarte-lumiere-sur-l-etablissement-12-12-2016-11327979.php

 


IME. Remise des diplômes de fin de scolarité

Le Télégramme – Briec de l’Odet – 10 décembre 2016

Les élèves en fin de scolarité de l’IME ont reçu des mains du directeur d’établissement, Jean-Paul Urien, de Yohann Thinet, coordinateur pédagogique et enseignant et Lætitia Padiolanu et Morgane Péron enseignantes, un diplôme et un livret de compétences en présence de leurs parents.

 

Lundi, la direction et les enseignants de l’IME ont organisé, dans leurs locaux, la remise officielle à certains élèves d’un diplôme et d’un livret de compétences, symbolisant la fin de leur scolarité, leur passage dans la vie d’adulte et le début de leur vie de citoyen.

Cette remise de diplôme s’est déroulée en présence des parents des adolescents. Préconisés par le ministère de l’Éducation, ces documents valorisent le temps de scolarité, obligatoire de 6 à 16 ans, et soulignent les connaissances et compétences acquises. Les élèves ont pu, en plus des formations courantes, acquérir des méthodes de travail, les permis piéton et vélo, des connaissances en informatique et ont appris à respecter les mesures de sécurité.

Une partie de leur formation s’est faite en classes délocalisées, en primaire à l’école Sainte-Anne puis aux collèges Pierre-Stéphan ou Saint-Pierre et au lycée de l’Aulne, à Châteaulin.

Les élèves de l’IME, intégrés parmi les étudiants de ces différents établissements, ont bénéficié de l’usage des plateaux techniques et de l’expérience d’autres enseignants.

Il leur reste à maintenir leurs acquis et à élaborer un projet de vie d’adulte. Après un parcours pré-professionnel, ils pourront se diriger vers un Esat, où ils auront une formation professionnelle, ou vers un foyer de vie, ce choix pouvant être provisoire en fonction de l’évolution et des choix du pensionnaire.

 


EPMS de Kérampuil. Le marché de Noël s’ouvre mardi

Le Télégramme – Carhaix – 9 décembre 2016

Mercredi, élèves et éducatrices mettaient un dernier point de colle sur les objets décoratifs prévus pour la vente.

 

À l’EPMS (Etablissement public médico-social) de Kérampuil, les récentes activités des ateliers de floriculture, de conditionnement bois et de couture et créations sont résolument tournées vers la réalisation d’objets décoratifs. Éducateurs techniques responsables de ces trois ateliers, Nadine, Hélène et Éric ont fédéré une vingtaine d’adolescents depuis les derniers congés de la Toussaint.

Objet du projet, créer des éléments décoratifs qui trouveront leur place dans les maisons au pied du sapin ou sur la table, lors des fêtes de fin d’année. Environ 200 à 300 objets confectionnés à partir de matériaux de récupération sont en passe d’être finalisés ces derniers jours. Élève en section SPVL (Service de proximité et vie locale) à Notre-Dame-Le Ménimur, établissement scolaire vannetais, Lina est venue donner un coup de main à l’ensemble de l’équipe. Tout doit être prêt pour l’incontournable marché de Noël.

 

Pour financer la coopérative scolaire

« Cette année, nous avons beaucoup travaillé à partir du carton », explique Nadine. Les ados ont confectionné de très jolis motifs. Triés et rangés, ces objets, qui vont de la lampe en papier roulé aux compositions florales en passant par des tableaux, sacs, sets de table, sapins, guirlandes, cache-bouteille, boîtes en carton, hippocampes, etc., attendent les clients. Le choix est vaste.

Dès mardi, l’atelier ETC sera transformé en marché de Noël ouvert au public. Une signalétique précise indiquera aux futurs acheteurs le chemin à suivre. La vente se poursuivra les trois jours suivants, mercredi, jeudi et le vendredi 16 décembre, de 10h00 à 16h00. Les articles de décoration, faits main, seront vendus à des prix défiant toute concurrence. « De 3 € à 30 € », assure Nadine. Elle insiste pour que les gens viennent nombreux à ce marché solidaire, les bénéfices de l’opération étant versés à la coopérative de l’établissement pour financer sorties et voyages. 

 

Pratique : EPMS de Kérampuil. Marché de Noël, mardi, de 14h00 à 16h00 ; mercredi, jeudi et le vendredi 16 décembre, de 10h00 à 16h00.

http://www.letelegramme.fr/finistere/carhaix/epms-de-kerampuil-le-marche-de-noel-s-ouvre-mardi-09-12-2016-11324412.php#closePopUp

 


Douarnenez. Leurs sacs à délices bretons emballent le client

Ouest France – Douarnenez – 06/12/2016

 

Dans l’atelier sous-traitance. Les travailleurs de l’Esat Kan-ar-Mor préparent les sacs à délice de Noël. | Ouest-France

 

Noël sera gourmand ! À Lannugat, les dix-huit travailleurs de l’atelier sous-traitance jonglent délicatement avec la confiture de fraise, les rillettes de crabe et le pâté de canard. Mi-janvier, l’Esat Kan-ar-Mor de Douarnenez se lancera dans une nouvelle aventure : une blanchisserie toute neuve de plus d’un million d’euros.

Un sachet de chocolat et une barre de nougat de Pouldreuzic. Un torchon « Couple breton » de Pont-l’Abbé. Des rillettes de crabe de Groix. Une verrine de pâté de canard aux noisettes de Pouldreuzic. Un pot de confiture de fraise de Plougastel. Un tote bag (sac en coton) de couleur marine ou bordeaux.

 

Sacs à délices

Cet inventaire à la Prévert n’est pas la liste de courses de Loïc Ansel et de Marie-Christine Gourlaouen, moniteurs de l’Esat Kan-ar-Mor de Lannugat, mais la liste des « ingrédients » des Sacs à délices (bretons) de leur atelier sous-traitance.

Comme tous les ans, ses travailleurs (18 actuellement) peaufinent les compositions qui arriveront au pied des sapins de nombreuses maisons de Douarnenez, du Cap Sizun ou d’ailleurs ! (1) Ce n’est pas le seul marché de l’atelier sous-traitance. Ici, les yeux attentifs et les mains soigneuses contrôlent aussi la qualité de supports en plastique pour le compte de l’entreprise Bolloré, de vis et boulons de Lef Industries (robinetterie industrielle) ou bien encore de boîtes de conserve, tout juste sorties de l’entrepôt voisin de la Franpac.

 

Blanchisserie toute neuve

Si cette sous-traitance donne son nom à l’atelier, celui-ci réalise aussi du conditionnement, par exemple pour la vente par correspondance de nos confrères du Chasse-Marée ou pour l’affréteur équitable du Port-Rhu, Towt (Transoceanic wind transport, pour transatlantique à la voile).

Mi-janvier, l’Esat Kan-ar-Mor se lancera dans une nouvelle aventure : une blanchisserie toute neuve de plus d’un million d’euros.

En service dès le 16 janvier, l’outil espère monter en puissance pour nettoyer, à terme, plus d’une tonne de linge par jour.

 

Sacs à délices de Noël, plaisirs bretons à déguster, 22 €, commandes avant vendredi 16 décembre. Tél.02.98.92.44.97, mél.soustraitance.esatdz@kanarmor.fr

 

http://www.ouest-france.fr/bretagne/douarnenez-29100/douarnenez-leurs-sacs-delices-bretons-emballent-le-client-video-4659479

 


« Tu l’as vu mon handicap ? », de Benoît Rossignol

Le Télégramme – Quimper – 6 décembre 2016

 

QPR_EXPOPHOTO.JPG_d.tanguy

 

Exposition de photos

« Au fil de la séance, les enfants se sont métamorphosés. Ils ont été les maîtres du jeu. C’est ce qui m’a le plus ému. C’est là que je me suis dit qu’ils avaient aussi le droit d’être vus autrement », témoigne le photographe brestois Benoît Rossignol.

Le point de départ de ce travail photographique a été la réalisation d’un calendrier au profit de l’association « Les petits princes du soleil », qui aide une quinzaine de familles. La proposition de présenter une exposition de ces photos en couleur et en noir et blanc où ces enfants atteints de handicap psychique, de déficience mentale ou de troubles moteurs se révèlent face à l’objectif, deviennent acteurs de la pose qu’ils choisissent, était une manière pour lui de montrer le handicap autrement.

« La question de faire une place aux personnes atteintes d’un handicap est au cœur des politiques de solidarité. Je crois beaucoup au langage de l’image pour changer le regard », a souligné Nathalie Sarrabezolles, présidente du conseil départemental, lors du vernissage de l’exposition qui est présentée dans la salle de réception de la Maison du département.

 

Pratique : Exposition photographique « Tu l’as vu mon handicap ? » de Benoît Rossignol, au conseil départemental jusqu’au 2 janvier. Ouvert du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h30. Entrée libre.

 


Papillons blancs : les travailleurs financent leurs loisirs

Ouest France – Crozon – 14/11/2016

papillons-blancs-les-travailleurs-financent-leurs-loisirs

À la caisse de la buvette et du stand de crêpes, les travailleurs des Papillons blancs se sont investis aux côtés des bénévoles. |

 

La 6e édition du vide grenier des Papillons blancs a réuni 75 exposants, hier. Une institution, désormais, pour ces travailleurs handicapés, qui s’investissent dans l’événement. « Les travailleurs sont toujours autant investis. Ce vide grenier, c’est leur marque de fabrique. Ils s’autogérent », explique Katell Le Gall, une des coordinatrices de l’événement.

Une trentaine de travailleurs étaient ainsi présents sur le parking, à l’entrée, aux crêpes et boissons, au montage et démontage.

Grâce aux bénéfices de la précédente édition, les travailleurs se sont rendus quatre jours, cet été, dans le Morbihan. Ils ont tellement apprécié leur séjour qu’ils voudraient y retourner cette année : « Les bénéfices du vide grenier réduisent les coûts », résume Katell Le Gall. L’équipe a le projet d’aller au parc de loisirs, le Puy du fou.

Les Papillons blancs de Crozon travaillent avec le foyer de Pleyben et lorsque ceux-ci ont organisé un loto, ils sont venus les aider. Ce dimanche, les travailleurs de Pleyben sont venus rendre la pareille à leurs collègues.

Les travailleurs de Crozon tiennent également la recyclerie de Kerdanvez, ouverte le lundi et mercredi de 9h30 à 12h00 et de 14h00 à 16h30. Depuis septembre, ils sont en autonomie, gèrent la caisse, le rangement, le relationnel avec les clients, et le tri des objets.

Sur la presqu’île, les travailleurs s’occupent aussi des espaces verts des collectivités et des particuliers. « Certains sont partis, la vieillesse chez les travailleurs handicapés est difficile à gérer, les structures manquent de places ».

 

 


 Papillons blancs. Rock’n’roll attitude

Le Télégramme – Pleyben – 28 octobre 2016

Le groupe Chypalo Big Jo, composé de six pensionnaires de la résidence du Rivoal et de trois animateurs, a, samedi soir, enflammé la scène de l'Arvest

Lors de ce concert, le groupe Chypalo Big Jo s’est fendu de l’intégralité des titres qui composent son nouvel album : « La vie est belle ».

 

Samedi soir, c’est dans une salle Arvest accueillant de nombreux invités que le groupe Chypalo Big Jo a présenté, en exclusivité, son deuxième CD récemment enregistré, « La vie est belle », en interprétant les quelque dix titres qu’il contient.

Six résidents, trois animateurs

Chypalo Big Jo est un groupe formé par six résidents des Papillons blancs et trois animateurs : Alain Le Gall, Olivier Cudennec et Mikaël Normand.

C’est en 2009, suite à un atelier de musique créé pour les pensionnaires des Papillons blancs qu’est né le groupe, qui a enregistré un premier CD en 2012. « Nous pouvons être jusqu’à douze sur scène, utilisant un maximum d’instruments, des classiques tels que les guitares, basses, batterie, aux plus difficiles comme le tuba, la trompette ou le saxo, que l’on entend sur certains morceaux », explique Alain Le Gall, soulignant que si le premier opus était « latino » et « plus festif », « La vie est belle » est, quant à lui, « beaucoup plus rock », avec ces textes et musiques coécrits par résidents et animateurs. Et le moins que l’on puisse dire est que le résultat « envoie du bois », comme il se murmurait samedi soir dans la salle.

Le public essentiellement composé de personnes invitées pour leur proximité et leurs attentions au quotidien n’a pas boudé son plaisir et a ovationné comme il se doit le groupe, mené au chant par l’énergique Sébastien, accompagné au synthé par Marco et aux voix par Yvon, Sébastien, Fanny, Gisèle et Jean-Jacques.

Un vrai triomphe.

 


accueillir-difference-fond-transparent

 

Je vous confirme que le projet  » Accueillir la Différence  » porté par l’Espace associatif (et initié par l’antenne locale de l’ADAPEI) a été récompensé la semaine dernière par l’association  » France Bénévolat  » :

Regarde ça 2

http://www.francebenevolat.org/sites/default/files/actualites/F_GUIDE_carto_laureats3.pdf

Jean-François

trophee-accueil-600x600


Cidrerie de Tromelin. Elle a fêté ses 20 ans

Le Télégramme – Mahalon – 6 octobre 2016

Visite des ateliers, histoires du cidre contées, fest-deiz animé par le groupe Dremmwel et le duo Laviec-Burel (photo), crêpes et vieux outils, les 20 ans de la cidrerie de Tromelin ont été fêtés le week-end dernier dans une ambiance festive et 400 visiteurs.

Visite des ateliers, histoires du cidre contées, fest-deiz animé par le groupe Dremmwel et le duo Laviec-Burel (photo), crêpes et vieux outils, les 20 ans de la cidrerie de Tromelin ont été fêtés le week-end dernier dans une ambiance festive et 400 visiteurs.

Ce sont environ 400 visiteurs qui ont franchi les portes de la cidrerie de Tromelin samedi et dimanche. Tous sont venus à leur manière fêter les 20 ans de la ferme cidricole, créée en 1996 et gérée par l’Esat Kan ar Mor du Cap Sizun, en présence des ouvriers et de leurs encadrants.

Histoires de cidres

Après un petit mot de bienvenue des responsables de l’Esat, samedi, Mark Gleonec a distillé ses connaissances en matière de breuvage, de son origine à son élaboration, sans oublier ses modes de consommation. Cet intarissable conteur, devenu un habitué des lieux au fil des étés, a su, une nouvelle fois, captiver le public.

Couleurs locales

Après le déjeuner, Victor, Jean, Guy et Jean-Jacques, bénévoles de l’association War-Raok de Pont-Croix, ont pris le relais et ont fait tourner les vieilles mécaniques et présenté leur collection d’outils d’antan. Les amateurs de fest-deiz ont pu investir la cour et danser sur les airs du groupe Dremmwel et du duo de chanteurs Bertrand Laviec et Jakez Burel, puisque les deux compères se sont réunis, avec entrain, pour l’occasion. Entre deux danses, ou pour un petit creux, le stand de crêpes tenu par Yvette et Jeanine était là pour recharger les batteries.

Cette fête fut aussi l’occasion pour les visiteurs de déambuler dans les ateliers de la cidrerie, de la salle du pressoir jusqu’à l’embouteillage et l’étiquetage.

Une ambiance festive donc qui prouve que l’activité cidricole attire le public vers un savoir-faire reconnu.


Sessad Arc-en-ciel. Portes ouvertes mercredi

Le Télégramme – Ergué-Gabéric – 8 octobre 2016

L'équipe du Sessad accueillera le public mercredi pour présenter ses actions.

L’équipe du Sessad accueillera le public mercredi pour présenter ses actions.

Mercredi, de 11h00 à 18h30, le Sessad (service d’éducation spéciale et de soins à domicile pour enfants et adolescents) « Arc-en-ciel » ouvre ses portes au public pour présenter les missions et actions que ses professionnels assurent auprès d’enfants présentant une déficience intellectuelle.

Géré par Les Genêts d’Or, le Sessad « Arc-en-ciel » est installé depuis huit ans dans les anciens locaux de la halte-garderie Bambi au Rouillen. Son équipe de professionnels suit 58 enfants, âgés de 0 à 20 ans : « Nous intervenons sur les lieux de vie des enfants : en crèche, en halte-garderie, à l’école, au collège et à domicile. L’objectif est qu’ils acquièrent les habilités sociales qui leur permettent de se débrouiller et de s’épanouir dans notre société », explique Isabelle Gall, responsable du Sessad Arc-en-ciel.

« À quoi on sert, qu’est-ce qu’on fait ? »

«Nous organisons ces portes ouvertes car nous sommes méconnus et avons ressenti le besoin de montrer à quoi nous servons. Même nos partenaires, tels par exemple que les familles, l’Éducation nationale, les services d’aides à l’enfance, les mairies, les centres aérés, ont une idée très vague de notre action. Nous les invitons donc à venir pour mieux comprendre ce que nous faisons », indique Isabelle Gall. Pour ce faire, l’équipe du Sessad Arc-en-ciel a préparé une exposition ainsi qu’un parcours qui sera installé dans la grande salle de la maison municipale du Rouillen, qui jouxte les locaux du Sessad.

 


Handi-acteurs.Une collecte réussie au profit des animaux dans le besoin

Le Télégramme – Concarneau – 10 octobre 2016

CCN_HANDIACTEURS.JPG_h.orione

« Nous nous mobilisons pour récolter des dons pour aider des associations qui nous tiennent à cœur», expliquent les Handi-acteurs.

 

Pour la première fois, samedi, des membres de l’association Handi-acteurs organisaient une collecte dans la galerie marchande de l’hypermarché Leclerc. « Chaque année », explique la présidente de l’association, Pauline Soleilhavoup, « nous nous mobilisons pour vendre des crêpes au profit d’une association que nous avons choisie ». Cette année, c’est l’association quimpéroise Abraq (Association de bénévoles des refuges animaliers de Quimper), « qui travaille aussi pour le refuge de la SPA de Concarneau », qui va bénéficier de l’action de l’association des Handi-acteurs. « Nous aidons ainsi le financement des soins et des opérations d’urgence pour les animaux », rappelle la présidente qui parle aussi « d’actions de sensibilisation de la population à l’abandon et à l’incivilité envers les animaux ».

La vente des crêpes a plutôt bien marché, surtout dans la matinée et en milieu d’après-midi, se réjouissent encore les bénévoles.

 


Journée vente de crêpes. Les « Handi-acteurs » se mobilisent

Le Télégramme – Pont l’Abbé – 12 octobre 2016

Une vingtaine de bénévoles et personnes aidées du Secours Populaire ont participé tout au long de la journée à l'opération vente de crèpes auprès d'une dizaine de jeunes handi-acteurs.

Une vingtaine de bénévoles et personnes aidées du Secours Populaire ont participé tout au long de la journée à l’opération vente de crèpes auprès d’une dizaine de jeunes handi-acteurs.

 

Des « Handi-acteurs » se sont mobilisés, samedi, pour récolter des fonds à l’occasion d’une journée de vente de crêpes dans une grande surface commerciale de Pont-l’Abbé, au profit du Secours populaire. « Cette action est menée dans plusieurs communes du Finistère au profit d’associations choisies en fonction de leurs valeurs », précise Jean-François Marandola, vice-président de l’association Joue ton monde, qui tient les rênes d’Handi-acteurs cette année.

Une vingtaine de personnes du Secours populaire a participé tout au long de la journée à l’opération auprès d’une dizaine de jeunes handi-acteurs. « Nous souhaitons également montrer que des personnes handicapées se mobilisent pour d’autres associations humanitaires », indique Jean-François Marandola.

 


Genêts d’or. Des travaux bénévoles

Télégramme – Châteaulin – 13 septembre 2016

Samedi, une équipe de 21 bénévoles constituée des travailleurs de l'Esat et de salariés était à pied d'œuvre à la ferme d'animation du Vieux Bourg.

Samedi, une équipe de 21 bénévoles constituée de travailleurs de l’Esat et de salariés était à pied d’œuvre à la ferme d’animation du Vieux Bourg.

 

Directeur des Genêts d’or, Julien Delhommeau a succédé à Marc Wimmer en début d’année à la direction de l’Esat des Genêts d’or. Il avait pour objectif de faire en sorte que les personnes accueillies, les travailleurs et ceux qui les encadrent soient heureux. Samedi, une équipe de 21 bénévoles constituée de travailleurs et de salariés était à pied d’œuvre à la ferme d’animation du Vieux Bourg.

Une salariée embauchée à la ferme

« Cette journée de travail bénévole est un moyen de renforcer la cohésion entre tous, salariés et résidents. Tout le monde a le sourire aujourd’hui et l’ambiance est excellente après le repas pris en commun, même si la pluie nous a obligés à modifier notre programme de travaux », indiquait le jeune directeur. « Après plusieurs tentatives pour gérer cette ferme, nous avons décidé de reprendre les choses en main. C’est un outil intéressant pour nos travailleurs et cela répond à une demande de l’extérieur, les enfants en particulier étant particulièrement demandeurs. Dimitille Lefèvre, salariée titulaire d’un brevet d’animateur nature, a été embauchée pour la mise en œuvre de ce projet ».

La ferme est déjà ouverte le mardi pour les groupes et les mercredis et samedis, de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00 pour tous.

À noter que pour l’instant, les travaux n’étant pas totalement achevés, l’entrée est gratuite. « Même si nous acceptons volontiers les dons pour aider au redémarrage complet de cette unité », complète Julien Delhommeau.

 


Travailleurs handicapés. « Et la retraite ? »

Télégramme – Concarneau – 12 septembre 2016

CCN_RETRAITEHANDICAPES.JPG_h.orione

Aurélie Cogean du Clic (Centre local d’information et de coordination) et Alexandra Pottier qui s’occupe du Contrat Local de Santé, dans lequel entre cette opération.

 

Comment bien préparer sa retraite quand on est travailleur handicapé ? Telle est la question à laquelle la communauté d’agglo veut répondre en organisant une réunion publique, demain. « Tout le monde est de plus en plus concerné par cette question. Les travailleurs mais aussi les familles », résume Aurélie Cogean, de CCA. 

« Cette réunion publique est une première dans le secteur », assure Aurélie Cogean qui anime le Centre local d’information et de coordination (Clic) de la communauté d’agglomération. Ce service, qui s’adresse aux personnes de plus de 60 ans, a pour mission l’accueil, le conseil et l’information aux personnes âgées. Mais avant la Semaine Bleue, le Clic s’est particulièrement intéressé aux problèmes des travailleurs handicapés. « La question des retraites chez les travailleurs handicapés est un vrai problème de société », résume-t-elle.

 

« Un phénomène qui prend de l’ampleur »

De fait, le Clic a été interpellé par les Papillons Blancs qui s’occupent notamment des ateliers protégés pour les personnes handicapées (Esat : Établissement et service d’aide par le travail). « C’est la première fois que les Papillons Blancs ont, en si grand nombre, des salariés en atelier protégés qui vont partir à la retraite. Le phénomène n’est pas propre à Concarneau. Il concerne toute la France et particulièrement la Bretagne », note cette responsable du Clic. Comme explication, elle avance notamment « le vieillissement de la population et l’allongement de la durée de vie » et parle d’une « problématique sociale qui est de plus en plus importante ». Car, « si, globalement, tout a été prévu pour l’emploi des travailleurs handicapés, rien n’est vraiment prévu quand approche l’âge de la retraite. Et les salariés handicapés sont inquiets car ils ne savent pas ce qui va se passer. Quand vont-ils partir à la retraite ? Que vont-ils pouvoir faire ? Combien vont-ils percevoir d’allocation ? Autant de questions qui les angoissent ». Le développement de ce phénomène social est confirmé par Élodie Meudec, responsable de l’hébergement des personnes handicapées au sein des Papillons Blancs : « La question de la retraite est effectivement un phénomène totalement nouveau et qui prend de l’ampleur », répond-elle.

Connaître les besoins et informer

Au début de l’année, alertés par le déficit d’information sur ce sujet, le Clic, et l’Aresat Bretagne (Association régionale des Esat) de Bretagne, ont organisé des réunions avec des travailleurs handicapés et des éducateurs pour « connaître les besoins et les envies des travailleurs qui vont partir à la retraite ». Et, déjà, pour palier le problème de la mobilité des personnes – qui dans la majorité des cas n’ont pas de véhicule – « nous avons fait découvrir, aux salariés des Papillons Blancs le service de transport en commun Coralie en l’utilisant toute une journée ». Cette première phase a conduit les responsables du Clic, de l’Aresat et de la Carsat (Caisse de retraite et de santé au travail) à réaliser une petite brochure titrée « Un avenir après le travail » dont la lisibilité, la facilité de lecture et l’efficacité ont été testées sur des travailleurs handicapés de l’Esat de Dinan. « Et ça marche ! ».

« Tout le monde est concerné »

La dernière phase de cette opération d’information « est la réunion publique que nous organisons mardi matin dans les locaux de CCA qui sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. ». Si les travailleurs handicapés âgés de plus de 55 ans sont directement visés, « cette réunion concerne tout le monde », souligne Aurélie Cogean. « Que ce soit les travailleurs handicapés ou les salariés qui sont devenus handicapés, ou les familles, les accompagnateurs et toutes les personnes qui travaillent avec des salariés handicapés ». Elle attend d’ailleurs « une centaine de personnes » à cette réunion d’information publique qui présentera les différentes questions et permettra d’obtenir des réponses comme le calcul des retraites, etc. ». Le petit guide « sera également remis aux personnes. Et Aurélie Cogean souligne que cette action entre « dans le cadre du contrat local de santé de la communauté d’agglo ». 

 

Pratique : Réunion publique, demain, de 10h00 à 12h00, à l’Hôtel de la Communauté d’Agglo, zone du Colguen. Renseignements : 02.98.97.51.50.

 


Esat Armorique. Départ à la retraite de Marie-Françoise Le Dé

Télégramme – Crozon – 11 septembre 2016

Marie-Françoise Le Dé, parès plus 20 ans en presqu'île part à la retraite.

Marie-Françoise Le Dé part à la retraite, après plus 20 ans en Presqu’île.

 

Vendredi après-midi, une sympathique réunion a été organisée à l’Esat (Établissement et service d’aide par le travail) Armorique des Papillons blancs pour fêter le départ à la retraite de Marie-Françoise Le Dé.

Marie-Françoise a débuté à Concarneau, pour venir ensuite s’installer sur la Presqu’île, à Kernaou puis à Kerdanvez.

Elle a commencé à travailler dans l’atelier bois, puis aux espaces verts et enfin à la recyclerie et aux espaces verts à mi-temps à Kerdanvez.

Marie-Françoise prend sa retraite à 55 ans. Elle a effectué plusieurs stages d’adaptation pour trouver sa place. Elle part ainsi dans une famille d’accueil à Clohars-Carnoët.

Ce vendredi, un goûter en compagnie de tout le personnel de l’Esat a été organisé. Elle a reçu de nombreux cadeaux pour son départ dont des parfums, CD ou encore séance de soins corporel.

 


IME La Clarté. Pour prendre confiance en soi

Télégramme – Quimper – 5 septembre 2016

Avec quatre salles de classe, une cantine, un terrain de sport (ci-dessus)... et un internat dans la zone de l'Hippodrome à Quimper. L'IME de "La Clarté" faisait sa rentrée la semaine dernière.

Avec quatre salles de classe, une cantine, un terrain de sports (ci-dessus)… et un internat dans la zone de l’Hippodrome à Quimper. L’IME de La Clarté a fait sa rentrée la semaine dernière.

 

C’était aussi la rentrée, jeudi, pour les élèves de l’IME La Clarté de Quimper. Cet Institut médico éducatif dépendant de l’IME de Kerlaz a ouvert ses portes dans des locaux tout neufs il y a tout juste un an à Prat-ar-Rouz. 

La structure accueille 35 jeunes en situation de handicap psychique ou mental âgés de 6 à 14 ans. Douze départs ayant eu lieu en juin, autant de nouveaux élèves ont fait leur rentrée jeudi. Un démarrage en douceur, puisque ces jeunes avaient déjà bénéficié de journées d’intégration avant les vacances d’été. Pas d’angoisse donc, hâte de trouver ou retrouver des copains… Les jeunes manifestaient un bel enthousiasme pour les activités proposées.

Accompagnement individualisé

« Cette Section d’éducation d’enseignement spécialisé (Sees) intervient sur trois pôles », expliquent Damien Coiffard, le directeur et Benoît Pottin, responsable du service éducatif : « Scolaire, éducatif et thérapeutique ». Ici pas de classe de niveau. « Nous proposons un accompagnement individualisé sur mesure. Il s’agit souvent pour ces jeunes de prendre confiance en eux. Nous leur montrons qu’ils sont capables de choses. Certains raccrochent d’ailleurs ensuite avec le système scolaire », le but final étant d’amener chacun à plus d’autonomie et de les orienter à la sortie vers des formations professionnelles.

Contexte urbain

« Ce qui est intéressant d’ailleurs ici, c’est le contexte urbain. Nous avons établi des partenariats avec la SPA, l’école de cirque Balles à fond, la MPT de Penhars… avec lesquels nous avons tissé des liens pour proposer plus d’activités aux jeunes », des partenariats avec des structures quimpéroises que l’IME souhaite d’ailleurs développer.

Équipe éducative

Au sein de l’établissement quatre professeurs des écoles, huit éducateurs spécialisés, un professeur de sport, un médecin psychiatre, un psychologue, un orthophoniste, un psychomotricien, une infirmière, composent entre autres l’équipe de 20 professionnels se relayant auprès des enfants.

À noter que l’IME organisera une matinée portes ouvertes le samedi 10 décembre.

 

Contact : IME La Clarté de Quimper, 23, allée Bouguennec à Prat-ar-Rouz. Tél. 02.98.92.41.12.

 


Artothèque Imagine. Les artistes exposent

Télégramme – Briec – 14 juillet 2016

Des artistes joyeux de donner à voir leurs travauxl de la saison

Des artistes heureux de montrer leurs travaux de la saison.

 

Mardi soir avait lieu, à l’Arthémuse, le vernissage de l’exposition des oeuvres des artistes de l’artothèque, Imagine, de l’IME et l’Esat.

Les travaux des artistes, sélectionnés par le plasticien Philippe Leconte, sont enregistrés et encadrés en vue de prêts, ventes et expositions. « La main qui pense » et « Bleu en ciel » sont des ateliers qui accompagnent, dans une démarche de création artistique, 32 adolescents et adultes handicapés.

Jocelyne Papassin, l’ordinatrice de ces ateliers, précise : « Afin de faire circuler cet art brut et surprenant, nous proposons de confier aux amateurs jusqu’à trois œuvres tous les quatre mois, moyennant une modeste participation de 15 € à 30 € ». Les tableaux sont à choisir parmi ceux exposés.

 


Trail. IME et Esat offrent des fleurs

Télégramme – Briec – 12 juillet 2016

 

prevostge_2016070912105497_Brifleurs

Les élèves en formation professionnelle à l’Esat et l’IME de Briec, accompagnés de Yann Kervadec, responsable de service section première formation professionnelle et Alain Banguion, éducateur technique spécialisé, ont remis à Youenn Nédélec tout un lot de fleurs préparées par leurs soins, qui seront offertes aux arrivants des marches et courses du trail de Landudal, le 14 juillet.

Ce partenariat dure depuis 2005. « C’est une reconnaissance du travail effectué par ces élèves et cela fait plaisir aux coureurs », a conclu Youenn Nédélec.


IME des Genêts d’Or. Un nouvel internat

Télégramme – Briec – 9 juillet 2016

Fanny Le Normand a dévoilé, à l'entrée de l'internat, la plaque rendant hommage à son père aujourd'hui décédé

Fanny Le Normand a dévoilé, à l’entrée de l’internat, la plaque rendant hommage à son père.

 

Jeudi, en fin d’après-midi, à l’IME des Genêts d’Or, était inauguré le nouvel internat, en présence de nombreuses personnalités, et notamment du président et du directeur général de l’institution, Yves Habasque et Joël Goron.

Hommage à Jean-Yves Le Normand

Le nouvel internat, baptisé du nom de l’ancien président de l’association, Jean-Yves Le Normand, aujourd’hui disparu, répond à plusieurs nécessités. « Il existait précédemment trois lieux d’hébergements devenus, avec le temps, obsolètes et peu fonctionnels », a rappelé Jean-Paul Urien, directeur de l’établissement de Briec. « De plus, nous louions à Habitat 29, dans la cité des Lilas, des appartements qui ne correspondaient plus aux besoins de nos résidents. En 2010, nous avons présenté à notre président, Jean-Yves Le Normand, un projet d’internat unique au cœur de notre établissement. Il a trouvé notre projet pertinent et le conseil d’administration nous a donné blanc-seing pour cette construction ». Jean-Paul Urien a précisé également que le projet a été élaboré dans le cadre d’un groupe de travail réunissant des professionnels des différents métiers de l’IME, afin de proposer un lieu de vie répondant aux attentes et besoins de prise en charge des usagers de l’établissement dans leur diversité. Cette nouvelle construction s’organise selon plusieurs objectifs : veiller au bien-être et au confort des résidents ; aider les jeunes à se construire et se différencier dans le but de les préparer à leur vie d’adulte… Les architectes de l’agence A3 ont imaginé un élégant bâtiment de plain-pied, comprenant un espace jour de 313 m² avec salons télé, lieu de repli, salle d’attente parents-enfants… L’espace nuit, de 471 m², rassemble douze chambres simples, six chambres doubles et deux mini studios. Un espace intendance regroupe office, cuisine et locaux pour le linge et les poubelles. À noter que l’IME accueille 81 jeunes âgés de 6 à 20 ans.

 


Kan Ar Mor. Un nouveau foyer de vie à Pleyben en 2017

Télégramme – Bretagne – 15 juillet 2016

Erick Schwartz, directeur général, André Guéguen, président et Marc Le Houcq, vice-président.

Erick Schwartz, directeur général, André Guéguen, président et Marc Le Houcq, vice-président, ont animé l’assemblée générale de l’association Kan Ar Mor.

 

L’association Kan Ar Mor a tenu son assemblée générale à Plouhinec, en présence d’une centaine de participants. Cette association, créée en 1968, à pour mission l’accueil diversifié et permanent des personnes en situation de handicap et des personnes âgées. « La situation financière est solide et les indicateurs financiers sont corrects », indique André Guéguen, président, qui ajoute « pour les Esat, il est impératif de maintenir l’équilibre des comptes et de poursuivre le travail de pérennisation des activités, ainsi que la réflexion sur le développement de nouveaux marchés. Il faut maîtriser les coûts et disposer de suivis budgétaires réguliers et accentuer les contrôles internes pour optimiser les processus de gestion ».

Les nouveaux marchés obtenus permettent de développer les compétences des travailleurs en Esat et d’assurer l’équilibre économique des ateliers.

Parmi les préoccupations, celle qui pose le plus de soucis est la capacité à accompagner à court et moyen termes les besoins des personnes en situation de handicap qui avancent en âge. Fin 2015, 212 personnes en situation de handicap étaient âgées de 50 ans et plus. Au 31 décembre 2015, l’association, avec ses 400 salariés, gérait 28 établissements ou services, ce qui représente 1 070 places agréées, 1 008 places occupées et 782 personnes accompagnées.

Les projets

Quelques projets ont été annoncés pour les années à venir :

  • en 2017, construction d’un foyer de vie à Pleyben (39 places) avec vingt emplois créés et transfert de l’accueil de jour en atelier alterné à Carhaix (4 places) ;
  • en 2018, transfert du foyer d’hébergement d’Esat en unité pour personnes handicapées vieillissantes (UPHV) à Quimper (13 places) et création d’un nouveau bâtiment Ty Bos à Quimper (7 places) ;
  • en 2019, rénovation du foyer de Pont-Croix et nouvelle construction du foyer de Rosporden (5 places) ;
  • en 2021, rénovation du foyer de Carhaix.


Kan ar Mor. Un après-midi jeux

Télégramme – Pont-Croix – 4 juillet 2016

julieledilosquer_2016070313475583_Ponfontaine

Pour la première fois, les Douarnenistes ont pris part à l’après-midi de jeux organisée par Kan ar Mor.

 

L’unité des personnes handicapées vieillissantes de la résidence de La Fontaine et un groupe de travailleurs de Kan ar Mor, de Pont-Croix et Douarnenez, ont passé un moment d’olympiades ensemble, mardi, à l’espace Bolloré.

« Les résidents de l’unité de La Fontaine sont d’anciens travailleurs de Kergadel », explique l’animatrice Anne-Laure, de l’Ésat pontécrucien. « Nous nous voyons une fois par mois, autour d’un loto, par exemple. Chaque année, nous organisons cet après-midi de jeux, à laquelle les Douarnenistes participaient pour la première fois ».

 


IME Kerlaz. Remise de diplômes

Télégramme – Kerlaz – 2 juillet 2016

 

ime-remise-de-diplomes_2975444

 

L’institut médico-éducatif (IME) organisait, mardi, une cérémonie de remise de diplômes sur le site du Vieux Châtel.

Les jeunes diplômés se sont vus remettre des Attestations scolaires de sécurité routière (ASSR), des Certificats de formation générale (CFG), des permis de conduire et un code de la route.

Ce sont les administrateurs nationaux de l’association, Jean-Yves Henry (vice-président) et Jocelyne Poitevin (trésorière adjointe), qui ont procédé à cette remise de diplômes.


C’est avec une grande joie que les artistes de l’artothèque Imagine et ceux de l’IME de Morlaix vous invitent au vernissage de l’exposition « Ouverture 2016 » !!!
Ils vous attendent ce mardi dès 17h15 au Centre Culturel Arthemuse à Briec… 
A très vite
Jocelyne  Papassin pour l’Artothèque ImagineVernissage


 Kan Ar Mor. Un foyer de vie à Pleyben (39 places) en 2017

Télégramme – Quimper – 27 juin 2016

 

L’Association finistérienne Kan Ar Mor, qui accueille des personnes adultes en situation de handicap ainsi que des personnes âgées, tenait son assemblée générale vendredi matin, à Plouhinec.

Forte de ses 400 salariés, Kan Ar Mor souhaite pérenniser l’emploi des travailleurs handicapés et créer de nouveaux emplois.

Au cœur de ses préoccupations, l’accompagnement des personnes en situation de handicap qui avancent en âge.

Parmi les projets de l’association, retenons :

  • en 2017, la construction d’un foyer de vie à Pleyben (39 places) avec vingt emplois créés, le transfert de l’accueil de jour en atelier alterné à Carhaix (quatre places) ;
  • en 2018, le transfert du foyer d’hébergement d’Esat en unité pour personnes handicapées vieillissantes (UPHV) à Quimper (treize places), un nouveau bâtiment à Ty Bos à Quimper (sept places) ;
  • en 2019, la rénovation du foyer de Pont-Croix et la nouvelle construction du foyer de Rosporden (cinq places) ;
  • en 2021, est prévue la rénovation du foyer de Carhaix.

 


L'équipe de "Drôles d'oiseaux" à la recherche de fonds pour présenter leur vidéo à Paris en novembre prochain.

Handicap. L’équitation comme sport adapté

Télégramme – Châteaulin – 6 juin 2016

1-c-est-la-premiere-fois-que-claudie-qui-salue-de_2930543_431x434p

1-c-est-la-premiere-fois-que-claudie-qui-salue-de_2930544_412x434p

1-c-est-la-premiere-fois-que-claudie-qui-salue-de_2930545_414x434p

 

Ils étaient 50, des foyers de vie et Esat du sud-Finistère, hier, au centre équestre du Vieux-Bourg, à passer une journée avec les chevaux. Au menu, des parcours de maniabilité et de marche au pas, mais aussi des balades à cheval ou en calèche.

15h00, hier, sur les hauteurs de Châteaulin, au Vieux-Bourg. Il fait chaud. Les membres du centre équestre rafraîchissent les poneys, attachés aux abords de la carrière, avec des tuyaux d’arrosage. Plus loin, une vingtaine de personnes à l’ombre regardent leurs camarades s’essayer aux parcours de maniabilité, de marche au pas. Christophe est de ceux-là. Il grimpe sur le double poney, sous l’œil attentif de Rozenn. Lui est habitué à monter, comme les quatre autres personnes du foyer Ménez-Bihan de Dinéault car les 50 personnes présentes le sont dans le cadre de la journée sports adaptés organisée par le centre équestre, en partenariat avec l’association Sport ha dudi. « Le but, c’est de faire découvrir les activités équestres, qu’ils se rencontrent aussi », explique Christian Boitard, des Genêts d’or. « Il y a eu quelques appréhensions de la part de certains ce matin mais dans l’ensemble, ça se passe bien ! ». À côté, Francis, 50 ans. Lui est rodé. « J’en fais depuis 2010 ! »

15h20, vient l’heure de la balade. « On remonte vers la petite ferme. On fait une boucle et on redescend en passant près des chèvres », précise Michel. Lui est en tête du cortège des cinq équidés. Claude, de Châteaulin, guide Misty qui porte Claudie, de Concarneau. « Depuis 11h00, je n’arrête pas ! » explique-t-elle. Après quinze minutes au pas, entre montées et descentes, le petit groupe revient au centre. Ils se dirigent vers le manège, pour démonter. Devant, Éric grimpe dans la calèche, guidée par Coralie, 13 ans, du centre équestre. C’est parti pour cinq minutes. Sort Claudie, couverte de sol équestre. Son pied s’est coincé dans un étrier et elle est tombée. Mais c’est bien connu, quand on tombe de cheval, il faut tout de suite remonter…

 


Le musée des Beaux-Arts de Quimper, ne cesse depuis plusieurs années, d’améliorer l’accessibilité de ses collections.

Ses actions de démocratisation culturelle allant dans le sens de « l’accès de tous à tout » ont d’ailleurs été récompensées à plusieurs reprises.

C’est tout d’abord le cas, du projet « L’art par tous les sens » qui a consisté à créer des outils pédagogiques et ludiques par et pour les enfants et adultes en situation de handicap mental.
Les sens ont ainsi pu être mis en exergue afin d’aider à la compréhension des œuvres présentées dans la collection permanente du musée.
Ce travail a été réalisé grâce au partenariat entre les élèves des classes ULIS des collèges Saint-Yves de Quimper et Saint-Gabriel de Pont-l’Abbé et les artistes adultes du collectif Art’hand’co.

L’URAPEI Bretagne lui a décerné un trophée, dans le cadre des Victoires régionales de l’accessibilité 2014/2015, au sein de la catégorie « culture et loisirs ».

La Ville de Quimper, les caisses locales du Crédit Agricole de Plonéour-Lanvern de Quimper et de Pont-l’Abbé ainsi que la fondation SNCF ont aussi récompensé cette initiative.

Le 27 janvier 2016, c’est le 2ième prix « Patrimoine pour tous – 2015 », qu’a reçu le musée de Quimper de la part du Ministère de la Culture et de la Communication, en l’honneur de l’ensemble de ses opérations d’accessibilité.
Ce prix a pour vocation de distinguer une démarche d’excellence en matière d’accessibilité généralisée des lieux patrimoniaux pour les personnes en situation de handicap moteur, visuel, auditif ou mental.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des actions à destination des personnes en situation du handicap sur le site internet du musée (www.mbaq.fr) à la rubrique « accessibilité et handicap ».


 Deux tricycles offerts au foyer de vie

Ouest-France -Dinéault – 07/03/2016

deux-tricycles-offerts-au-foyer-de-vie

Jean-Luc est fier d’inaugurer un des tricycles nouvellement arrivés. |

Il y a quelque temps, des parents représentant les usagers du foyer de vie des Genêts d’Or de Menez-Bihan ont pris contact avec « Les vieilles pierres de Lokournan.

« Cette association brestoise spécialisée dans la sauvegarde du patrimoine, assure aussi le recyclage des emballages des paquets de café. Elle les transforme en cabas de courses. Le produit de la vente de ces sacs est ensuite remis à des associations. »

C’est ainsi que les parents des résidents du foyer de vie ont récemment reçu un chèque de 1 500 €. Selon un souhait exprimé par les pensionnaires, cet argent a servi à l’achat de deux tricycles pour adultes.


Handicap. Une passerelle pour préparer les jeunes au monde adulte

Télégramme – Châteaulin – 16 mars 2016

L’association Les Genêts d’or a été retenue pour gérer ce nouveau dispositif d’accompagnement des personnes handicapées, ce qui a permis le recrutement de quelque 35 salariés.

C’est au Juvénat que les Genêts d’Or ont présenté, dans le détail, la nouvelle « plateforme d’autonomisation ». Basé à Brest, ce dispositif rare vise à aider les jeunes handicapés finistériens à trouver leur voie dans le monde des adultes.

 Développer l’autonomie

Dans le cadre du schéma départemental « Vivre ensemble », le département a souhaité initier un dispositif spécialisé d’accompagnement des jeunes vers l’autonomie. Suite à un appel à projet, Les Genêts d’Or ont été retenus pour gérer cette expérimentation dont il existe peu d’équivalents sur le territoire national. L’annonce de la création de cette « plateforme d’autonomisation », dont le budget annuel s’élève à 1,5 M€, a été faite en octobre dernier, à Quimper. Il s’agissait, hier, de rentrer dans le concret.

44 places d’accueil et d’accompagnement

Cette nouvelle structure s’appuie sur la création de 30 places d’hébergement, cinq d’accueil de jour et neuf de service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS), dont quatre d’habitat groupé. Dès le mois de mai, ces quatorze dernières places s’ouvriront à Guipavas. Pour les 30 premières, il faudra attendre la fin des travaux de rénovation d’un bâtiment du quartier brestois de Kerinou, début 2017. Les trois modes d’hébergement seront alors regroupés. 35 salariés (en équivalent temps plein) ont été recrutés et la direction a été confiée à Guillemette Cariou.

Pour les jeunes de 20 à 30 ans

Le dispositif s’adresse aux jeunes adultes, âgés de 20 à 30 ans, présentant des troubles envahissants du développement (type autisme) ou des déficiences intellectuelles. Conçue comme une passerelle, la plate-forme a vocation à accueillir les jeunes, pour une durée maximum de six ans (un à trois ans renouvelables).

Une passerelle avant l’âge adulte

La plate-forme entend jouer un rôle de passerelle entre la prise en charge du secteur de l’enfance et celle existant à l’âge adulte. « Qu’ils soient en IME (institut médico-éducatif) ou en SESSAD (service d’accompagnement à domicile), tous les jeunes ne sont pas prêts à aller travailler en ESAT, ni à vivre dans un foyer », développe Guillemette Cariou. Cela permettra aussi de désengorger en partie les IME, tout en évitant de bloquer l’entrée des plus jeunes.

Mûrir son projet de vie

L’accompagnement y sera personnalisé, en fonction des capacités et des besoins de chacun. « Les jeunes seront dans une démarche d’apprentissage et de construction de leur projet de vie, de sorte qu’ils n’auront pas à se précipiter sur la première place venue en ESAT ou en foyer qui ne leur conviendrait pas ».

Une autonomie progressive

La souplesse de la nouvelle plate-forme autorisera les passages entre les différents types d’accompagnement et d’hébergement. « Nous proposerons, par exemple, des stages en entreprises, propices à la prise d’initiatives et à l’émancipation », suggère la directrice. Laquelle assure que tout sera mis en œuvre pour promouvoir, autant que faire se peut, l’intégration en milieu ordinaire.

Contacts :

Les Genêts d’or, « plateforme d’autonomisation », tél. 02.98.48.98.40 ;

Courrier électronique, plateforme.autonomisation@lesgenetsdor.org


 Sport adapté. 220 participants

Télégramme – Briec-de-l’Odet – 14 mars 2016

L’association Sport et loisir de l’ESAT de Briec, qui entraîne et prépare des personnes handicapées aux compétitions, organisait jeudi, à la salle des sports, une journée départementale de sport adapté.

La maison familiale de Pleyben et le club de tennis de table de Briec prêtaient leur concours pour la logistique et l’encadrement. Ils étaient 220 sportifs de tous les foyers pour adultes du département à participer à ces rencontres autour de différentes activités motrices.

Onze épreuves étaient au programme, dont beaucoup tournaient autour de l’utilisation des balles et ballons de toutes tailles. Les épreuves de big volley ont succédé à celles de mini-basket, de quilles, de gagne-boîtes ou de tirs au but.

Un déjeuner en commun était ensuite servi dans la salle de l’Arthémuse, presque trop petite pour l’événement.

La journée s’est achevée par une course de relais et les meilleurs sportifs ont reçu une coupe des mains de Raymond Oules, président de l’association.

En savoir plus 5


Le nouveau directeur en visite aux Papillons blancs

Le nouveau directeur chaleureusement accueilli par toute l'équipe de l'Esat de Pleyben.
Le nouveau directeur chaleureusement accueilli par toute l’équipe de l’Esat de Pleyben. |

Lundi dernier, Jacques Philippe, président des Papillons blancs du Finistère, est venu présenter, à Pleyben, le nouveau directeur des Établissements et services d’aide par le travail (Esat) du Pays bigouden, Thierry Berneuil. « Un large territoire puisqu’il s’étend de Plonéour-Lanvern à Crozon en passant par Pleyben », précise Jacques Philippe.

Au-delà de l’Esat, ce sont également les foyers d’hébergement et unités de vies extérieures de Pleyben et Crozon dont à la charge le nouveau directeur.

À Pleyben c’est un premier contact avec l’Esat situé dans la zone d’activité du Drevers, dont l’activité principale est l’entretien des espaces verts, mais qui s’est aussi spécialisé dans la fabrication de piquets de clôture en bois.

« C’est une niche, qui permet de répondre à des demandes ponctuelles de particuliers et d’agriculteurs, surtout lorsqu’ils ont besoin de quelques piquets et non de toute une palette, précise le chef d’atelier. C’est aussi une solution de replis qui permet de travailler à l’abri des intempéries ».

Les travailleurs de l’Esat de Pleyben ont un champ d’action géographique large puisqu’ils peuvent tout aussi bien travailler sur Gouesnou, Saint-Rivoal, Pleyben et plus au sud encore.

Thierry Berneuil, après la visite des ateliers, était attendu à la résidence du Rivoal, l’unité de vie des Papillons blancs implantée dans le lotissement des Chaînetiers à Pleyben, avant de partir pour Crozon.


ESAT. L’atelier couture fier de sa marionnette

Télégramme – Plonéour-Lanvern – 24 février 2016/ Antoine Roger /

 Cliquez sur l’icône ci-dessous

camera

La marionnette entourée de ses créateurs et des deux clowns au nez rouge, Philip Ollivier, animateur de l’atelier, et Ghyslaine Ruellan dite Lady Bigoudi.

Les usagers de l’atelier couture de l’ESAT de Plonéour-Lanvern viennent de terminer la fabrication d’une marionnette pour le clown Lady Bigoudi. Un projet original qui a permis aux ouvriers de mûrir ensemble la confection de leur poupée de chiffon. 

La joie de vivre règne dans les locaux de l’atelier couture de l’ESAT (Établissement et service d’aide par le travail) où encadrants et usagers présentent leur dernière création.

Le challenge de Lady Bigoudi

« On va l’appeler Rasta Bigoud ! », lance Philip Ollivier, animateur de l’atelier alterné et « un peu clown », avant qu’on ne lui rétorque qu’avec un tel nom, il y aura sûrement des problèmes de « copyright ». La marionnette aux longues tresses lainées vient tout juste d’être terminée. C’est l’artiste burlesque, Ghyslaine Ruellan, dite Lady Bigoudi, qui, il y a un peu plus d’un an, l’avait commandée : « J’avais commencé l’écriture d’un spectacle avec une marionnette et j’ai pensé qu’il serait intéressant de la faire fabriquer par les travailleurs handicapés des Papillons blancs ». Marie Rouillard, la chef d’atelier, confirme. « Un jour, Lady Bigoudi est arrivée dans les locaux et nous a proposé le challenge de réaliser une grande poupée clown ».

Travailler différemment

Un challenge que les couturiers ont accepté avec plaisir et qui leur a permis de travailler différemment et d’apprendre de nouvelles techniques. « Il a fallu faire un patron, un prototype, monter les jambes puis les bourrer avec une couette de récupération, décider de l’apparence de son visage, choisir les couleurs et les habits… », explique Marie Rouillard.

Les dix couturiers de l’atelier s’y sont attelés selon un planning qui prévoyait un roulement entre plusieurs équipes de trois ou quatre personnes pendant un an « mais pas tous les jours », sourit la couturière en chef.

Une vitrine pour l’atelier

Avec une telle organisation, les autres activités, parmi lesquelles la retouche de vêtements (ourlets, fermetures éclair…) ouverte au public et la sous-traitance n’ont pas été mises au ralenti. Au contraire, ce genre de projets « est une véritable vitrine pour l’ESAT, cela permet de faire découvrir aux gens ce qu’il s’y passe, trop peu savent que l’on est ouvert au public par exemple », constate Philip Ollivier qui sait être sérieux sans quitter son nez rouge. Reste aux ouvriers d’accepter le départ de leur mascotte, « j’en suis fan, cela va être dur de la voir partir », lâche spontanément Cédric, usager couturier. Pour l’instant, elle profitera sagement du salon de Lady Bigoudi qui prépare actuellement un lever de rideau burlesque avec Marie-Renée Falcher et le petit théâtre de Loctudy, « je n’ai pas réussi à terminer l’écriture de mon spectacle de marionnette mais devant tant d’enthousiasme, il fallait aller jusqu’au bout de la fabrication ». 

Pratique : Atelier couture ESAT, ZA de Kerlavar, à Plonéour-Lanvern. Ouvert du lundi au vendredi, de 9h00 à 11h30 et de 13h30 à 17h00 (sauf le vendredi après-midi).


ESAT. Thierry Berneuil, nouveau directeur

Télégramme – Plonéour-Lanvern – 23 février 2016

 Cliquez sur l’icône ci-dessouslogo-appareil-photo

Thierry Berneuil, le nouveau directeur de l’ESAT, et Jacques Philippe, le président des Papillons blancs du Finistère, avec l’équipe de l’atelier de conditionnement, des prestations et des services.

Hier matin, Jacques Philippe, le président des Papillons blancs du Finistère, est venu présenter Thierry Berneuil aux bénéficiaires et aux salariés de l’ESAT (Établissement de services et d’aides par le travail) du Pays bigouden.

Thierry Berneuil, 52 ans, dirige donc à présent l’ESAT dont le secteur d’action regroupe trois communes (Plonéour-Lanvern, Crozon et Pleyben). Au total, 104 personnes en situation de handicap mental et psychique bénéficient de l’accueil au sein de la structure, dont 69 à Plonéour-Lanvern. À Plonéour, douze moniteurs les encadrent dans leur travail aux espaces verts et à l’atelier couture et sous-traitance.

Hier, Thierry Berneuil a annoncé vouloir « établir un nouveau périmètre » pour réussir à mieux faire travailler ensemble les trois centres.

Le nouveau directeur, chef d’atelier pendant douze ans aux Papillons blancs brestois, a également prévu de résoudre quelques problèmes techniques et d’améliorer les locaux de travail.


GENET D’OR CHATEAULIN 

Vivre ensemble avec Impro Infini

Deux cent personnes assistaient à ce spectacle participatif conçu sur mesure pour les ouvriers des ESAT.

Deux cent personnes assistaient à ce spectacle participatif conçu sur mesure pour les ouvriers des ESAT.

 

En savoir plus 14

 


 Tom Monde, peintre amateur et solidaire, expose ses œuvres

Cliquez ci-dessous

palette_peinture


Voici la rétrospective de mon année 2015.

Découvrez la vôtre sur facebook.com

https://www.facebook.com/yearinreview/


 Drôles d’oiseaux

Un joli moment de cinéma

9183527-Dessin-de-vieille-cam-ra-de-film--Banque-d'images

 


 Peinture

5 artistes mis à l’honneur

 

En savoir plus 14

 


La Sablière.

3 290 € collectés au profit des enfants handicapés

lire la suite (4)

 


Un meurtre au stade de Briec ?

Ouf, c’était du cinéma !
En savoir plus 13

 


 Solidarité à Carhaix.

Marché de Noël à l’EPMS de Kerampuilh

 

En savoir plus 14

 


« Portraits d’artistes ». Visibles dans cinq lieux

 

lire la suite (4)

 


Portes ouvertes au Vieux Châtel

lire la suite (4)

 


IME La Clarté.

L’accent sur l’intégration

En savoir plus 14


 IME CARHAIX 

Des jeunes se lancent dans la BD

 

En savoir plus

 


Pétanque. Une idée généreuse

Cliquez ci-dessous

500_F_44880685_nBEYFAvkq3qx2SNWF51eVlNyUW64rVZU

 


Le permis piétons pour tous

 cliquez-ici-300x200


Vide greniers de l’ESAT. Des allées fournies

 En savoir plus 9


 Kergonan

Portes ouvertes sur l’activité bois

cliquez ci-dessous

Brennholz stapel aus einzelnen Scheiten auf weissem Hintergrund.


Cinéma : On tourne sur la Grand-place

C’est en réfléchissant à des outils pour aider à l’accompagnement scolaire et dans l’objectif de favoriser la lecture, l’écriture, l’expression orale des jeunes handicapés, que Valériane Baby, animatrice à Cap Glazik et Jocelyne Papassin, éducatrice à l’ESAT, ont eu l’idée d’une vidéo.

 

En savoir plus 7


5 artistes 5 lieux PORTRAITS D’ARTISTES 2015

Les Artistes de l’Artothèque Imagine sont heureux de vous inviter à Briec pour une joyeuse déambulation, à partir de 17h00, le vendredi 11 décembre 2015.

 

image0022

 

En savoir plus 11


Expérimentation d’un sas entre l’enfance et le monde adulte

Télégramme – Quimper – 16 octobre 2015/ Jacky Hamard /

 

« Nous allons développer les apprentissages de la vie quotidienne », ont annoncé les responsables de ce dispositif.

Créer une passerelle entre l’enfance et le monde adulte, c’est l’expérimentation qui va être menée dans le Finistère pour une plus grande autonomie de jeunes adultes handicapés. Ce nouveau dispositif s’accompagne de la création d’un foyer de vie à Brest.

Le nouveau dispositif, baptisé « plateforme d’autonomisation jeunes », a été lancé hier à Quimper, à la Direction départementale des solidarités, devant un parterre de professionnels.

Déficients intellectuels et autistes entre 20 et 30 ans

Alors qu’actuellement plus de cent cinquante jeunes adultes (moyenne d’âge 23 ans) sont placés en IME, l’objectif du nouveau dispositif va être de développer l’autonomie chez des handicapés déficients intellectuels ou autistes, âgés entre 20 et 30 ans. Un nouveau sas donc, avant l’entrée en ESAT, foyers de vie ou accompagnement à domicile. « Souvent, en IME ou SESSAD (service d’accompagnement à domicile), les jeunes ne sont pas encore prêts pour aller en milieu adulte ordinaire », commente Yannick Arzel, directeur aux Genêts d’or, l’association qui a été retenue par le Conseil départemental pour cette expérimentation.

« Développer les apprentissages… »

« Nous allons développer les apprentissages, qu’il s’agisse de la vie quotidienne avec du soutien au  » lire, écrire, compter « , de faire ses courses, aux loisirs et à la culture, à la vie professionnelle avec des formations qualifiantes auprès d’organismes », précise-t-il. Les jeunes adultes venant de structures différentes du département pourront disposer d’un accompagnement dans cette nouvelle structure pendant six ans maximum.

Un foyer de vie à Brest-Kerinou

La plateforme va disposer d’un foyer de vie à Brest-Kérinou dans un ancien centre d’alcoologie en cours de réhabilitation. L’équipe sera composée de trente-cinq personnes (équivalent temps plein), éducateurs, conseillers… Les premières admissions vont se faire en avril. Le foyer aura alors cinq places d’accueil de jour et neuf en service d’accompagnement à la vie sociale à domicile. Trente places d’hébergement seront créées fin 2016-début 2017. Le budget annuel est de l’ordre d’1,5 M€.

 


Visiteurs venus d’Azerbaïdjan à la cidrerie de Mahalon

Cidrerie-de-Tromelin_annuaire_large

Cliquez sur le lien ci-dessous

Handicap_Visiteurs venus d’Azebaïdjan à la cidrerie


 Briec-de-l’Odet

Foyer Pierre Le Dantec : on a ramassé les pommes

panier-de-pommes

Cliquez sur le lien ci-dessous

Foyer Pierre-Dantec_On a ramassé les pommes


 Stopper l’exode des handicapés vers la Belgique

Ouest France – Quimperlé – Vendredi 9 octobre 2015

Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, était en visite, hier, au centre de rééducation de Kerpape de Ploemeur (Morbihan).

Faute de place, trop d’enfants et d’adultes quittent la France. La secrétaire d’État aux Personnes handicapées veut y remédier, en allouant une enveloppe de 15 millions d’euros.

Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, n’est pas venue les mains vides, hier, à Lorient (Morbihan). À l’occasion d’une visite au centre de rééducation de Kerpape, à Ploemeur, elle a annoncé qu’une enveloppe de 15 millions allait être allouée afin d’endiguer le flux des départs pour la Belgique.

Pas d’ouvertures, mais des extensions ciblées

Faute de places en France, quelque 6 000 Français (4 500 adultes et 1 500 enfants handicapés) partent pour y être soignés et accompagnés. Et « le nombre d’adultes partant là-bas a beaucoup augmenté. Cela fait des mois qu’on travaille avec Marisol Touraine, ministre de la Santé, sur ce sujet ».

Grâce à l’enveloppe de 15 millions, la secrétaire d’État entend « fermer le robinet des financements. Quand les personnes partent en Belgique parce qu’il n’y a pas de place à côté de chez elles, l’Assurance-maladie doit être en capacité de dire non et de réorienter l’argent pour ouvrir une place proche du domicile ».

Le projet n’est pas d’ouvrir des établissements mais de réaliser des extensions ciblées d’établissements ou de services, près du lieu de résidence des personnes. « Pour cela, j’avais besoin d’une enveloppe dédiée pour ces ouvertures de places. Le dispositif concerne ceux qui seraient censés partir là-bas et non ceux qui s’y trouvent déjà », précise Ségolène Neuville.

Pour la secrétaire d’État, il y a un enjeu économique : « Plutôt que de financer des établissements et des emplois en Belgique, on finance, avec le même argent, des extensions de places et des emplois en France ».

Sophie MARÉCHAL.


TALENTS CROISES

Exposition dans le hall de la Mairie

Cliquez sur le lien ci-dessous

Talents croisés_Exposition dans le hall de la mairie


Et si demain était un autre jour

Cliquez sur le lien ci-dessous

Handicap_Et si demain était un autre jour


ART’HAND’CO

La danse change le regard

Cliquez sur le lien ci-dessous

Art’Hand’Co_La danse change le regard


TALENTS CROISES

Un autre regard sur le handicap

Lire l’article ci-dessous

Talents croisés_Un autre regard sur le handicap

 


L’ADAPEI défend son projet de centre de loisirs pour adultes

go-down-5

Handicap_L’ADAPEI défend son projet de centre de loisirs pour adultes


3ème édition du Menez’Tival Bihan

Le samedi 19 septembre 2015
à partir de 14h00 au foyer de Dinéault

flèche bas 3

Meneztival 2015


Quimper : Une découverte du musée grâce aux cinq sens

cliquez-ici-300x200


Briec : Dons du sang, remerciements à l’ESAT

Bouton_cliquez_ici


MAS de Persivien

Un jardin très partagé 

cliquez-ici-300x200


Assemblée générale de Kan Ar Mor

cliquez-ici-300x172

ag

 


 

Mesdames, Messieurs,

Je me permets de venir vers vous afin que vous puissiez faire publicité auprès de vos adhérents, familles d’usagers, professionnels…, d’une rencontre prochainement organisée conjointement avec les représentants de l’ADAPEI (section de Quimper),

à l’ESAT-Foyers de Briec le vendredi 26 juin prochain de 17h30 à 19h30-20h00…

sur le thème de « LA BIENTRAITANCE ».

 

cliquez-ici-300x172

invitation-papier-a-lettre


Tout savoir sur le cidre

 

cliquez-ici-300x172

bolee-a-cidre-bretonne-avec-anse


Ils dansent pour défier la vie !

 

BtnEnSavoirPlus2(1)

 


 Vieux-Bourg – Les mobile homes sont arrivés

mobil-home-01


Distro en Baie. À bord du « Mouez Penmarc’h »

 

cliquez-ici-300x200


La recyclerie de Crozon 

Bouton_cliquez_ici


Invitation aux familles 2015

cliquez ici.indd

Maison jeux bretons


Foire aux fleurs de l’ESAT de BRIEC

cliquez-ici-300x200


Carhaix : Un groupe marocain en visite

cliquez ici.indd


L’Association « Pétanque Loisirs du Paludec » à QUIMPER, présidée par Jean Claude LUCAS (papa de Sylvie accueillie au Foyer des Genêts d’Or de DINEAULT), organise un tournoi de pétanque (cf. Annexe) :

concours-petanque-1

 Le samedi 2 mai 2015, à partir de 14h00 sur le terrain de Kervahut – Ludugris à QUIMPER

De nombreux stands sont prévus : loterie, animation, jeux, crêpes, buvette, etc.

 Les bénéfices de cette journée seront au profit d’Arthur, âgé de 7 ans (fils d’un adhérent du club de pétanque).

La famille doit acheter un nouveau fauteuil pour le petit garçon et réaménager en conséquence leur fourgon.

Merci d’avance pour votre soutien.


Exposition de peinture


Rapport d’activité 2014

dossier-favorisBureau 2015/2016

logo-bureau-entreprise


 Samedi 28 février 2015

Assemblée Générale de l’Antenne Quimper/Pont l’abbé

 


Samedi 24 janvier 2015

GRANDE BRADERIE DE VETEMENTS NEUFS

à l’IME Championnet de Kerlaz

1999_20150213133922

BtnEnSavoirPlus2(1)


Dimanche 18 janvier 2015

Spectacle animé par l’école de cirque Balles à Fond de Quimper

à 14h30 à la Maison du Cirque – 11, rue du Maine à Quimper (près de la MPT de Penhars)

Pour les adhérents de l’antenne de Quimper

invitation antenne Quimper


Kan Ar Mor

Regarde ça (2)

 Kan ar Mor_ Une convention avec Actife


UDAF

Regarde ça (2)

Handicap psychique_ L’UDAF ouvre une maison


 Samedi 13 décembre 2014

Portes ouvertes sur les sites de La Clarté et du Vieux-Châtel de l’association Championnet