ADAPEI 29

Informations

Aide aux aidants pour les parents d’enfant(s) avec autisme / TED / TSA – ouverture des inscriptions

 

Bonjour,

Le Centre Ressource Autisme propose une formation pour les familles d’enfant de moins de 16 ans venant de recevoir le diagnostic de TED / TSA.

Les demandes d’inscriptions sont maintenant possibles et les bulletins de demande d’inscription téléchargeables sur la page de la formation.

Les places étant limitées, veuillez envoyer votre bulletin d’inscription avant le 29 juin 2018 aux adresses précisées dans les bulletins d’inscription.

Cette actualité est aussi visible sur la page Facebook du CRA.

Les dates et lieux pour chaque département seront précisés prochainement (entre septembre et décembre 2018).

 

 


Revalorisation annuelle du montant de l’allocation aux adultes handicapés (AAH).

 

Décret_n°2018-328_du_4_mai_2018_version_initiale

 


LE TREMPLIN, UNE PLATEFORME D’AUTONOMISATION

Penn ar Bed N° 148

 

https://youtu.be/tX4evmuu7zQ

 

En mars, le Tremplin, dispositif d’accompagnement de jeunes adultes présentant des troubles envahissants du développement et/ou une déficience intellectuelle, a ouvert ses portes à Brest. Une première en France.

 

« Bienvenue dans ma chambre ! » Maxime, 22 ans est enthousiaste en nous proposant de visiter son nouveau chez lui qu’il a aménagé avec l’aide de ses parents.

 

 

Jordan, Quentin, Simon et Anthony le sont tout autant. Il y a encore quelques semaines, les trois premiers vivaient à l’IME de Briec, tandis que le dernier habitait chez ses parents. Aujourd’hui, ils ont tous intégré le dispositif Tremplin. Un lieu de vie en plein cœur du quartier de Kérinou à Brest, qui a ouvert ses portes en mars.

« Le Tremplin est un dispositif expérimental géré par les Genêts d’Or et financé par le Conseil départemental du Finistère. Il permet d’accompagner 43 jeunes de 20 à 30 ans présentant des troubles du développement et/ou une déficience intellectuelle. Il est constitué d’un pôle hébergement de dix-neuf chambres individuelles et de onze studios, d’un accueil de jour et d’un SAVS(*) », explique Guillemette Cariou, la directrice.

 

Des séjours de six ans maximum

 

« Ce lieu est comme son nom l’indique un tremplin avec des séjours de six ans maximum. L’objectif est d’accompagner les jeunes dans une démarche d’apprentissage et de construction de leurs projets de vie avec, à l’arrivée, une vie en milieu ordinaire ou l’intégration dans un établissement qui leur correspond », poursuit-elle.

« On est là pour évaluer les compétences, les difficultés des jeunes et voir dans quels domaines on peut travailler avec eux. Pour certains cela peut-être, la gestion de la vie quotidienne ou du budget, pour d’autres, apprendre à utiliser les transports en commun ou travailler les apprentissages scolaires et professionnels », renchérit Pénélope Caillez, éducatrice spécialisée. La directrice Guillemette Cariou précise : « Les jeunes vont pouvoir expérimenter sur le site des métiers comme la bureautique, la menuiserie, la plomberie et l’entretien des espaces verts ».

 

(*) SAVS : Service d’accompagnement à la vie sociale

 

 

ACCOMPAGNER LES JEUNES DANS UNE DÉMARCHE D’APPRENTISSAGE ET DE CONSTRUCTION DE LEURS PROJETS DE VIE. 

 

 

Pour intégrer le dispositif Tremplin

 

Une orientation prononcée par la Maison départementale des personnes handicapées du Finistère (MDPH) est nécessaire pour intégrer le dispositif. Pour cela, il faut compléter le formulaire d’orientation avec le type d’accompagnement souhaité (hébergement, accueil de jour, SAVS) et préciser dispositif Tremplin.

Le dossier unique d’inscription en établissements et services pour adultes handicapés est à compléter et à retourner à :

Association « Les Genêts d’Or »,

Commission d’admission,

CS 17942,

29679 Morlaix Cedex

Tél.: 02 98 62 87 20

 

CONTACT

Le Tremplin,

7 rue Commandant Drogou

29200 BREST

Tél : 02 29 02 18 50

 

 


Agenda Autisme Bretagne – Mai 2018

Bonjour,

Voici l’agenda des évènements concernant l’autisme en Bretagne (tels que recensés par le CRA).

Cet inventaire non exhaustif se concentre prioritairement sur la région Bretagne. Pour plus d’évènements hors Bretagne, vous pouvez consulter les autres CRA français, répertoriés sur le site gouvernemental Autisme : http://handicap.gouv.fr/focus/l-autisme/annuaire/?id_type_lieu=1#formulaire_filtrer_lieux .

N’hésitez pas à nous envoyer toute information sur un évènement futur. La marche à suivre et le formulaire de demande de diffusion sont disponibles sur notre site Internet : www.cra.bzh/agenda

Vous pouvez nous contacter pour confirmer que vous souhaitez continuer à recevoir ces envois, ou pour demander à ne plus les recevoir, à doc@cra.bzh.

L’Unité d’Appui et de Coordination du CRA est ouverte pour répondre à vos demandes du lundi au vendredi.

La version papier de l’Agenda peut être téléchargée ici : https://www.cra.bzh/sites/default/files/inline/Evenements/Bulletins%20Agenda/Ev%C3%A8nements%20Autisme%20Bretagne%20Mai%202018.pdf

 

Formations

06/06, 12-13/07/2018

Autisme et problèmes de comportement

Intervenant : Isabelle DUFRENOY (psychologue)

Organisateurs : Autisme Ouest 22, EDI Formation

Lieu : Plate-forme de coordination départementale de l’ADAPEI – 3 Rue du Bignon (Plerin, 22)

Tarifs : de 80 à 180 € ; inscription avant le 17 juin 2018

Public : tout public

Détails : http://autismeouest22.fr

 

29/06-01/07/2018

L’essentiel du cycle 3

Grammaire, multiplication, division, fractions et nombres décimaux

Intervenant : Véronique MALLEJAC (consultante en soutien scolaire spécifique, formatrice Epsilon à l’école)

Organisateur : Autisme Ouest 22, Epsilon à l’école

Lieu : Plate-forme de coordination départementale de l’Adapei – 3 Rue du Bignon (Plérin, 22)

Horaires : 9h-12h / 13h-16h30

Tarif : de 80 à 180 € ; inscription avant le 10 juin

Public : parents, enseignants, AESH / EVS, autres professionnels

Détails : information@epsilonalecole.com ; http://autismeouest22.fr / www.epsilonalecole.com

 

27-31/08, 27-31/08, 24-25/11, 21-22/12/2018

CPRO2 Epsilon à l’école – Soutien scolaire spécifique

Cursus certifiant soutien scolaire spécifique Epsilon à l’école Cycle 2 et 3

Intervenant : Lydie LAURENT (professeur spécialisée pour des enfants présentant des troubles cognitifs, formatrice Epsilon à l’école), Véronique MALLEJAC (formatrice Epsilon à l’école), Ghadeer AL BARGHOUTHY (consultante indépendante, certifiée BCBA en ABA, formatrice Epsilon à l’école)

Organisateur : Asso Mathi, Epsilon à l’école

Lieu : Rennes centre (35)

Tarif : de 1120 à 1760€ pour le cursus complet ; de 140 à 220 € par module

Public : parents, enseignants, AESH / EVS, autres professionnels

Détails : information@epsilonalecole.com ; www.epsilonalecole.com

 

Septembre – décembre 2018

Aide aux aidants pour les parents d’enfant(s) avec autisme / TED / TSA

Organisateurs : Centre de Ressources Autisme de Bretagne, Les Genêts d’Or, CHRU de Brest, CH Guillaume Régnier, EPSM Morbihan, associations d’usagers et de familles des 4 départements bretons

Lieu : une formation par département breton ; le lieu de la formation sera indiqué ultérieurement aux participants.

Dates : de septembre à décembre 2018, sur 3 jours et demi (des samedis) ; dates à venir.

Public : aidants familiaux d’enfants (moins de 16 ans) avec autisme / TED / TSA

Tarif : formation gratuite ; repas de midi et frais kilométriques pris en charge.

Nombre de places limité à 20 ; confirmation d’inscription transmise après étude de la demande et en fonction du nombre de places.

Bulletins d’inscription à envoyer avant le 29 juin 2018.

Détails : 02.98.89.47.78 ; doc@cra.bzh ; www.cra.bzh

 

12-13/10/2018

Autisme et développement : comprendre les différences pour s’appuyer sur les approches développementales

Intervenant : Isabelle DUFRENOY (psychologue)

Organisateurs : Autisme Ouest 22, EDI Formation

Lieu : Plate-forme de coordination départementale de l’ADAPEI – 3 Rue du Bignon (Plerin, 22)

Tarifs : de 50 à 120 € ; inscription avant le 23 septembre 2018

Public : tout public

Détails : http://autismeouest22.fr

 

Colloques – Conférences – Sensibilisation

09/05/2018

  1. Je-sais-tout

Ciné-débat, exposition

Intervenant : Sébastien MIRAULT (psychologue au CRA Bretagne)

Organisateur : Multiplexe Liberté, CRA Bretagne

Lieu : 10 avenue G. Clemenceau (Brest, 29)

Horaire : 20h

Tarif : de 5 à 9,50 €

Public : tout public

Détails : www.multiplexeliberte.fr / www.cra.bzh

 

15/05/2018

Percujam : artiste autiste, une lettre d’écart

Ciné-débat

Intervenant : Alexandre MESSINA (réalisateur)

Organisateurs : ABA – Ille-et-Vilaine, Club Hervé Spectacles de Rennes

Lieu : Cinéville – Place du Colombier (Rennes, 35)

Horaire : 20h15

Tarif : 5 € (tarif unique ; entrée achetable sur place ou sur le site du cinéma)

Public : tout public

Détails : http://aba-illeetvilaine.org / https://rennes.cineville.fr/programmes?salle=rennes

 

19/05/2018

L’heure et les années – Atelier

Intervenant : Béatrice GORRIZ (intervenante en soutien scolaire spécifique, en cours de certification Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-12h

Tarif : de 30 à 55 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

02/06/2018

Droits et démarches des personnes avec autisme / TED / TSA – Côtes d’Armor

Journée d’informations

Intervenants : Gwenaëlle CASTELNAU (assistante sociale du CRA) et Florence BOUREL (représentante d’association de familles siégeant à la CDAPH)

Organisateur : Centre de Ressources Autisme de Bretagne

Lieu : ASKORIA – site de Saint Brieuc – 12 rue du Vau Méno (Saint Brieuc, 22)

Horaires : 9h30-12h30 (parents d’enfants avec autisme), 14h30-17h30 (adultes avec autisme et/ou leurs proches)

Public : parents d’enfants avec autisme, adultes avec autisme et/ou leurs proches

Tarif : gratuit, sur inscription en ligne obligatoire via https://goo.gl/forms/997nj3DZsDiekSeh1

Détails : www.cra.bzh ; www.facebook.com/pg/crabretagne/events

 

26/05/2018

Droits et démarches des personnes avec autisme / TED / TSA – Morbihan

Journée d’information

Intervenants : Gwenaëlle CASTELNAU (assistante sociale du CRA) et Marie-Françoise LE GALLO (représentant d’association de familles siégeant à la CDAPH)

Organisateur : Centre de Ressources Autisme de Bretagne

Lieu : salle Hélène Branche – 18 rue du Penher (Auray, 56)

Horaires : 9h30-12h30 (parents d’enfants avec autisme), 14h30-17h30 (adultes avec autisme et/ou leurs proches)

Public : parents d’enfants avec autisme, adultes avec autisme et/ou leurs proches

Tarif : gratuit, sur inscription en ligne obligatoire via https://goo.gl/forms/0LZ186bvCnzTrthG3

Détails : www.cra.bzh ; www.facebook.com/pg/crabretagne/events

 

02/06/2018

Les gradations – Atelier

Intervenant : Béatrice GORRIZ (intervenante en soutien scolaire spécifique, en cours de certification Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-12h

Tarif : de 9 à 55 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

16/06/2018

Droits et démarches des personnes avec autisme / TED / TSA – Ille et Vilaine

Journée d’information

Intervenants : Gwenaëlle CASTELNAU (assistante sociale du CRA) et Claude LAURENT (représentant d’association de familles siégeant à la CDAPH)

Organisateur : Centre de Ressources Autisme de Bretagne

Lieu : Maison des associations – 6 cours des Alliés (Rennes, 35)

Horaires : 10h-13h (parents d’enfants avec autisme), 14h30-17h30 (adultes avec autisme et/ou leurs proches)

Public : parents d’enfants avec autisme, adultes avec autisme et/ou leurs proches

Tarif : gratuit, sur inscription en ligne obligatoire via https://goo.gl/forms/7Ae1mQYQp7MdXVSD2

Détails : www.cra.bzh ; www.facebook.com/pg/crabretagne/events

 

21-22/06/2018

Handicaps et travail : regards croisés européens

Colloque

Intervenants : Jacques LE GOFF (professeur des universités), Alain BLANC (sociologue), Marea DE BRUIJN (job coach), Philippe LABBE (ethnologue et sociologue), Régine MONTI-TESSIER (docteur en sciences de gestion sur la prospective), Dominique VELCHE (chercheur), Alain VILBROD (enseignant-chercheur), Didier VINCHES (directeur du CFA Synergie-handicap)… Animé par Sébastien CHAMBRES (comédien) et Jean-Philippe GUIVARC’H (créateur de K unique)

Organisateurs : Les Genêts d’Or, Les Papillons blancs du Finistère, Kan ar Mor, La mutualité 29-56, l’APF, l’ADAPT, Sevel Services, ARFIE

Lieu : Le Quartz – 60 rue du Château (Brest, 29)

Public : professionnels, personnes en situation de handicap

Tarifs : de 25 à 220 €. Inscriptions avant le 1er juin 2018.

Détails : www.handicaps-et-travail.bzh

 

30/06/2018

Vie quotidienne – Atelier

Intervenant : Eva BESNARD (intervenante en soutien scolaire spécifique, en cours de certification Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-12h

Tarif : de 9 à 55 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

Arts et loisirs

19/05/2018

Cinéma adapté – L’île aux chiens

Organisateurs : Autisme Asperger Echanges, cinéma La Salamandre

Lieu : Cinéma La Salamandre – rue Eugène Pottier (Morlaix, 29)

Horaire : 15h30

Tarif : 5,50 € pour tous

Détails : 07.87.56.86.40 ; morlaix@cinemadifference.com ; www.cinemadifference.com/Morlaix.html

 

Cafés rencontre associatifs

 

ABA Ille et Vilaine

Ludothèque et café-rencontre

Lieu : 81 bd Albert 1er (Rennes, 35)

Dates : 1er samedi de chaque mois ; 05/05, 02/06, 07/07

Détails : 06.52.57.79.02 ; http://aba-illeetvilaine.org

Asperansa – Brest

> Café rencontre

Dates : 1er samedi du mois, 14h-17h ; 05/05

Lieu : Patronage Laïque de Lambézellec – 4 rue du Lannoc (près du boulevard de l’Europe) (Brest, 29)

> Ateliers rencontre adultes Aspis et entraide mutuelle

Dates : 2nd jeudi du mois, 17h-20h

Lieu : Patronage Laïque Jean Le Gouill – 15 rue Jean François Tartu (Brest, 29)

Détails : https://www.asperansa.org/actu/cafes_rencontre.html ; http://forum.asperansa.org

Autisme Côte d’Emeraude

Réunion mensuelle des adhérents, ouverte aux nouvelles familles

Date : 1er samedi de chaque mois, 15h-17h ; 05/05, 02/06, 07/07

Lieu : 10 rue Dr Anne Noury (arrière du bâtiment) (St Malo, 35)

Détails : autisme.emeraude@free.fr ; http://autismeemeraude.canalblog.com

 

Ce document recense les rencontres dont les dates sont connues. Pour plus d’informations, les associations d’usagers bretonnes sont recensées sur notre site Internet : https://www.cra.bzh/le-reseau/associations-d-usagers-et-de-familles

 

Et ailleurs… – Sélection

 

31/05-01/06/2018

Troubles du spectre de l’autisme : de la neuropsychologie à la neuro-éducation

Organisateurs : AFNA (association francophone de neuropsychologie de l’autisme), en partenariat avec l’Université François Rabelais (unité INSERM U 930), Centre Universitaire de Pédopsychiatrie et Centre de Ressources Autisme Centre & Val de Loire

Lieu : Université François Rabelais – Amphithéâtre 2, Site des Tanneurs (Tours, 37)

Tarifs : de 30 à 170 €

Détails : neuropsy.autisme@gmail.com ; https://afna2017.wordpress.com

 

09/06/2018

Autisme : le visible et l’invisible

Congrès des 30 ans d’EDI Formation

Organisateur : EDI Formation

Lieu : Maison de la Chimie – 28 rue Saint Dominique (Paris, 75)

Tarifs : de 46 à 74 €

Détails : 04.93.45.53.18 ; info@ediformation.fr ; www.ediformation.fr

 

27-29/06/2018

16e Congrès Soins somatiques et douleur en santé mentale

Organisateur : Association nationale pour la promotion des soins somatiques en santé mentale (ANP3SM), en partenariat avec Association des jeunes psychiatres et des jeunes addictologues (AJPJA)

Lieu : Centre de conférences de l’Institut Pasteur Paris 15e

Tarifs : de 60 à 410 €

Détails : www.anp3sm.com

 

17/11/2018

Congrès annuel d’Autisme France

Organisateur ; Autime France

Lieu : Palais des Congrès (Nice, 06)

Détails : www.autisme-france.fr

 

Cordialement,

 

Lila Vinçot                                     

Documentaliste

Centre Ressources Autisme Bretagne

Unité d’Appui et de Coordination

Centre de documentation

ZA Prat Pip Sud

125, rue Jean Monnet

29490 GUIPAVAS

Tél. : 02 98 89 47 78

E-Mail : doc@cra.bzh

Site Internet : www.cra.bzh

Facebook : fb.me/crabretagne

 

 

 

 

 


Allocation aux Adultes Handicapés (AAH)

Handicap.gouv.fr – 04.04.18

 

L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est une allocation de solidarité destinée à assurer aux personnes handicapées un minimum de ressources. Financée par l’État, versée par les caisses d’allocations familiales (CAF) ou les caisses de Mutualité Sociale Agricole, elle est accordée sur décision de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

Pour en bénéficier, les personnes handicapées doivent remplir plusieurs conditions, notamment être atteintes d’un certain taux d’incapacité permanente (gravité du handicap) et disposer de ressources inférieures à certains montants.

Le montant de l’AAH attribué vient compléter les éventuelles autres ressources du bénéficiaire (pension d’invalidité, revenus d’activité professionnelle, revenus fonciers, pension alimentaire, intérêts de produits d’épargne imposables…) afin d’amener celles-ci à un niveau garanti.

Le complément de ressources (CPR) au titre de la garantie de ressources aux personnes handicapées (GRPH) et la majoration pour la vie autonome (MVA) peuvent venir s’ajouter à l’AAH.

 

 

 

À SAVOIR

 

Conformément aux annonces faites à l’occasion du Comité Interministériel du Handicap (CIH) du 20 septembre 2017, le niveau de l’AAH sera porté à 900 euros par mois en deux temps :

au 1er novembre 2018, le montant de l’AAH sera porté à 860 € ;

au 1er novembre 2019, il sera porté à 900 €.

 

Ces deux revalorisations exceptionnelles vont compléter les revalorisations traditionnelles selon le montant de l’inflation au 1er avril.

Pour plus de précisions, on peut se reporter aux informations figurant sur notre site.

 

 

 

Quelles sont les conditions d’attribution de l’AAH ?

Pour prétendre à l’allocation aux adultes handicapés (AAH), le demandeur doit remplir les conditions suivantes :

  • résider en France métropolitaine, dans les DOM ou à Saint-Pierre-et-Miquelon de façon permanente et être de nationalité française ou ressortissant d’un pays membre de l’Espace économique européen (l’EEE regroupe les États membres de l’Union européenne, l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège), ou ressortissant d’un autre pays et en situation régulière en France.

Pour les ressortissants de l’EEE (Espace économique européen), le droit à l’AAH est subordonné à une condition de résidence en France durant les trois mois précédant la demande. Cette condition n’est toutefois pas opposable

  • aux personnes qui exercent une activité professionnelle déclarée conformément à la législation en vigueur,
  • aux personnes qui ont exercé une telle activité en France et soit sont en incapacité temporaire de travailler pour raisons médicales, soit suivent une formation professionnelle au sens des articles L. 6313-1 et L. 6314-1 du Code du travail, soit sont inscrites sur la liste des demandeurs d’emploi et aux ascendants, descendants et conjoints de ces personnes.

Les ressortissants des États membres de l’Union européenne et des autres États parties à l’accord sur l’EEE venus en France pour y chercher un emploi et qui s’y maintiennent à ce titre ne peuvent bénéficier de l’AAH.

  • avoir au moins 20 ans (ou plus de 16 ans si le jeune n’ouvre plus droit aux allocations familiales) ;
  • présenter une incapacité permanente d’au moins 80 %. L’AAH est également ouverte aux adultes ayant un taux d’incapacité compris entre 50 et 80 %, si le demandeur est âgé de moins de 60 ans et que la CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) considère, compte tenu de son handicap, qu’il fait face à une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi (RSDAE). Cette appréciation se fait dans les conditions précisées par l’article D. 821-1-2 du code de la Sécurité sociale ; sur l’appréciation de cette condition, on pourra utilement se reporter aux précisions fournies par la circulaire DGCS/SD1 n° 2011-413 du 27 octobre 2011;
  • ne pas pouvoir prétendre au titre d’un régime de sécurité sociale, d’un régime de pension de retraite ou d’une législation particulière, à un avantage de vieillesse, à l’exclusion de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), une pension d’invalidité ou une rente d’accident du travail d’un montant au moins égal à celui de l’AAH (à l’exclusion de la majoration pour aide constante d’une tierce personne) ;

Depuis le 1er janvier 2017, les bénéficiaires de l’AAH, dont le taux d’incapacité est supérieur ou égal à 80 %, n’ont plus l’obligation de faire valoir leurs droits à l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) pour conserver leur prestation d’AAH au-delà de l’âge légal de départ à la retraite.

  • ne pas disposer de ressources supérieures à un plafond : sont retenus les revenus du demandeur, mais également ceux de son conjoint, concubin ou partenaire de Pacs.

Les ressources perçues pendant l’année de référence (soit l’année 2016 pour l’AAH versée en 2018), ne doivent pas dépasser un plafond annuel fixé à 9 828 euros pour une personne seule et 19 656 euros pour un couple. Ces plafonds sont augmentés de 4 914 euros par enfant à charge.

Les ressources sont appréciées dans les conditions fixées par les articles R. 821-4 et suivants du Code de la Sécurité sociale. Sont notamment exclues les rentes viagères constituées en faveur d’une personne handicapée (rente « survie ») ou, dans la limite d’un montant fixé par décret à 1 830 €, constituées par une personne handicapée pour elle-même (épargne handicap) et la prime d’intéressement à l’excédent d’exploitation versée à une personne handicapée admise dans un ESAT (établissement et service d’aide par le travail).

 

Quel est le montant de l’AAH ?

L’objectif poursuivi par l’AAH étant de garantir un certain niveau de ressources à la personne handicapée (l’AAH est un minimum social), le montant de cette prestation varie selon les autres ressources de cette dernière et, le cas échéant, de son conjoint, concubin ou pacsé : pension d’invalidité, rente d’accident du travail, avantage de vieillesse, revenus d’activité professionnelle, revenus fonciers (voir ci-dessous leurs conditions de prise en compte), etc.

Le montant maximal de l’AAH (819 euros à compter du 1er avril 2018) est versé au bénéficiaire qui ne dispose d’aucune ressource prise en compte après l’application des diverses mesures favorables (certaines catégories de ressources ne sont pas du tout prises en compte, d’autres ne le sont que partiellement). Dans les autres cas, le montant de l’allocation est égal au douzième de la différence entre le plafond de ressources applicable au demandeur et le montant annuel de ses ressources, entrant dans le champ de celles prises en compte et après le retraitement évoqué ci-dessus.

Le montant de l’AAH est recalculé tous les trois mois, au moyen d’une déclaration trimestrielle de ressources, pour les allocataires qui exercent une activité professionnelle en milieu ordinaire de travail.

Le montant de l’AAH, est fixé par décret. Ce montant est revalorisé le 1er avril de chaque année par application d’un coefficient égal à l’évolution de la moyenne annuelle des prix à la consommation, hors tabac, calculée sur les 12 derniers indices mensuels de ces prix publiés par l’INSEE l’avant-dernier mois qui précède la date de revalorisation. Si ce coefficient est inférieur à un, il est porté à cette valeur (cette disposition est destinée à éviter une diminution du montant de l’AAH pour le cas où l’inflation s’avérerait négative). Des revalorisations exceptionnelles sont en outre prévues afin de porter le montant de l’AAH à 900 euros à compter du 1er novembre 2019.

Lorsque la personne handicapée reçoit une pension d’invalidité, une rente d’accident du travail ou une retraite, la valeur de l’avantage perçu est déduite du montant de l’AAH à verser.

 

Prise en compte des revenus tirés d’une activité professionnelle en milieu ordinaire de travail

Les revenus annuels (ou trimestriels) du bénéficiaire de l’AAH tirés d’une activité professionnelle en milieu ordinaire de travail sont en partie exclus du montant des ressources servant au calcul de l’allocation.

En effet, il existe en premier lieu un droit à cumuler intégralement l’AAH avec des revenus d’activité professionnelle pendant une durée maximum de 6 mois (sur une période de 12 mois) à compter de la reprise de l’activité professionnelle, et ce quel que soit le montant de ces revenus d’activité (autrement dit, les revenus d’activité professionnelle ne sont pas pris en compte pendant cette période pour le calcul du droit à l’AAH).

Au-delà de ce cumul intégral, il existe en outre un dispositif de cumul partiel consistant à prendre en compte les revenus tirés du travail en milieu ordinaire, mais partiellement. Concrètement, ces revenus sont pris en compte après l’application d’un abattement de 80 % jusqu’à 30% du SMIC (soit environ 450 euros bruts), puis de 40 % au-delà de ce montant et sans qu’il n’y ait de limite dans le temps.

Les bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés qui exercent une activité professionnelle (en milieu ordinaire de travail, dans un ESAT, etc.) peuvent percevoir, dès lors qu’ils remplissent les conditions requises, la prime d’activité qui remplace le RSA « activité » et l’ancienne prime pour l’emploi (PPE). Une évaluation des droits peut être effectuée directement en ligne sur le site des Caisses d’allocations familiales suivie, si les conditions sont réunies, d’une demande en ligne.

 

Prise en compte des revenus tirés d’une activité professionnelle dans un établissement ou service d’aide par le travail (ESAT)

Lorsqu’un titulaire de l’AAH est admis au bénéfice de la rémunération garantie (rémunération comprise entre 55 % et 110 % du SMIC horaire et versée en ESAT), le droit à l’allocation est examiné dans les conditions prévues à l’article D. 821-10 du Code de la Sécurité sociale.

Lorsque l’AAH est versée en complément de la rémunération garantie, le cumul de l’AAH avec cette rémunération garantie ne peut excéder 100 % du SMIC brut calculé pour 151,67 heures mensuelles. Lorsque le total de l’AAH et de la rémunération garantie excède ce montant, l’allocation est réduite en conséquence. Ce pourcentage est majoré de 30 % lorsque l’allocataire est marié et non séparé ou est lié par un Pacs ou vit en concubinage ; il est majoré de 15 % lorsqu’il a un enfant ou un ascendant à sa charge au sens de l’article L. 313-3 du Code de la Sécurité sociale.

En cas d’hospitalisation, d’hébergement en maison d’accueil spécialisé (MAS) ou d’incarcération de plus de 60 jours, le montant de l’AAH est réduit de manière à ce que le bénéficiaire n’en conserve que 30 %. Aucune réduction de l’AAH n’est cependant effectuée lorsque le bénéficiaire est astreint au paiement du forfait hospitalier, qu’il a au moins un enfant ou un ascendant à charge, ou encore lorsque son conjoint, concubin ou partenaire de PACS ne travaille pas pour un motif reconnu valable par la CDAPH.

 

Impossibilité de cumuler l’allocation de solidarité spécifique et l’allocation aux adultes handicapés

L’allocation de solidarité spécifique (ASS) attribuée à certains demandeurs d’emploi ne peut être cumulée avec l’allocation aux adultes handicapés dès lors qu’un versement a été effectué au titre de cette dernière allocation et tant que les conditions d’éligibilité à celle-ci demeurent remplies.

La disposition mentionnée ci-dessus, en vigueur depuis le 1er janvier 2017, est issue de la loi du 29 décembre 2016 citée en référence. Les allocataires ayant, au 31 décembre 2016, des droits ouverts simultanément à l’allocation de solidarité spécifique et à l’allocation aux adultes handicapés continuent à bénéficier de ces allocations dans les conditions antérieures à la loi du 29 décembre 2016 précitée, tant que les conditions d’éligibilité à ces allocations demeurent remplies, dans la limite d’une durée de dix ans.

 

Quels sont les compléments possibles à l’AAH ?

L’AAH versée aux personnes présentant un taux d’incapacité permanente au moins égal à 80 % peut être complétée par deux types d’avantages : le « complément de ressources » (CPR : 179,31 € mensuels) qui, ajouté à l’AAH à taux plein, forme la « garantie de ressources aux personnes handicapées » (GRPH : 998,31 euros mensuels depuis le 1er avril 2018) et la « majoration pour la vie autonome » (MVA : 104,77 € mensuels). Le bénéficiaire qui remplit les conditions requises pour l’octroi de ces deux avantages doit choisir de bénéficier de l’un ou de l’autre.

 

Le complément de ressources

Ce complément est accordé aux personnes âgées de moins de 60 ans, atteintes d’une incapacité permanente d’au moins 80 % et dont la capacité de travail est inférieure à 5 %, ce qui équivaut à une incapacité de travail quasi absolue et, a priori, non susceptible d’évolution favorable dans le temps.

Il ne faut, en outre, ni exercer d’activité professionnelle ni percevoir de revenus professionnels depuis au moins un an, mais disposer d’un logement indépendant : est considéré comme tel le logement qui n’appartient pas à une structure dotée de locaux communs ou de services collectifs ou fournissant diverses prestations annexes moyennant une redevance (voir précisions ci-dessous).

Dernière condition : le complément n’est attribué que si l’AAH est versée à taux plein ou en complément d’une retraite, d’une pension d’invalidité ou d’une rente d’accident du travail.

Le montant mensuel de la garantie de ressources est fixé à 998,31 euros mensuels depuis le 1er avril 2018 ; celui du complément est égal à la différence entre cette garantie et l’AAH à taux plein (soit 179,31 € par mois).

L’accès à ce complément est également ouvert aux bénéficiaires de l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI) dont l’incapacité permanente est au moins égale à 80 %, même qu’ils ne sont pas titulaires de l’AAH par ailleurs. La seule qualité de bénéficiaire de l’ASI suffit pour accéder à ce complément si les autres conditions qui lui sont propres sont remplies.

Le complément de ressources cesse d’être versé si le bénéficiaire travaille ou lorsqu’il atteint l’âge minimum légal de départ à la retraite.

N’est pas considérée disposer d’un logement indépendant la personne hébergée par un particulier à son domicile, sauf s’il s’agit de son conjoint, de son concubin ou de la personne avec laquelle elle a conclu un PACS. Plusieurs assouplissements ont cependant été apportés à cette règle. Ainsi, peuvent être considérées comme disposant d’un logement indépendant les personnes handicapées hébergées en familles d’accueil et s’acquittant d’une indemnité représentative de mise à disposition des pièces qui leur sont réservées ou celles hébergées dans des structures qui, à la différence des structures d’hébergement collectif classiques, différencient le paiement du loyer du paiement des autres prestations.

 

La majoration pour vie autonome

Pour obtenir cette majoration, il faut tout à la fois : être atteint d’une incapacité permanente d’au moins 80 % ; bénéficier d’une AAH au taux plein ou en complément d’une retraite d’une pension d’invalidité ou d’une rente d’accident du travail ; ne pas percevoir de revenus d’activité à caractère professionnel propre et disposer d’un logement indépendant pour lequel une aide au logement est versée (par exemple, une aide personnalisée au logement : APL). Son montant mensuel est de 104,77 €.

La majoration pour la vie autonome est également versée aux bénéficiaires de l’ASI dont l’incapacité permanente est au moins égale à 80 % et qui satisfont aux conditions mentionnées ci-dessus (hors bénéfice de l’AAH).

Au-delà de l’âge minimum légal de départ à la retraite, la MVA continue d’être versée, sous réserve des conditions d’éligibilité à ce droit, si l’allocataire bénéficie d’une AAH différentielle ou de l’ASI.

Le versement de la majoration pour la vie autonome ou du complément de ressources est maintenu en cas d’hospitalisation du bénéficiaire ou d’hébergement dans un établissement social ou médico-social, mais seulement pendant les 60 premiers jours. Au-delà, le versement du complément ou de la majoration est suspendu.

 

Quelle est la durée de versement de l’AAH ?

L’allocation aux adultes handicapés attribuée au titre d’une incapacité d’au moins 80 % et le complément de ressources sont accordés par la CDAPH pour une période au moins égale à 1 an et au plus égale à 5 ans. Si le handicap n’est pas susceptible d’une évolution favorable, la période d’attribution de l’AAH et la période d’attribution du complément de ressources peuvent excéder 5 ans sans toutefois dépasser 20 ans.

Le décret n° 2017-122 du 1er février 2017 « relatif à la réforme des minima sociaux » a porté de 10 à 20 ans la période maximale d’attribution de l’AAH mentionnée ci-dessus, et du complément de ressources, lorsque le handicap n’est pas susceptible d’une évolution favorable. Ce décret est entré en vigueur le 3 février 2017.

L’AAH attribuée au titre d’un taux d’incapacité compris entre 50 et 79 % est accordée par la CDPAH pour une période de 1 à 2 ans. La période d’attribution de l’allocation peut excéder 2 ans sans toutefois dépasser 5 ans, si le handicap et la restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi ne sont pas susceptibles d’une évolution favorable au cours de la période d’attribution.

Toutefois, avant la fin de la période ainsi fixée et à la demande de l’intéressé, de l’organisme débiteur (CAF ou caisse de MSA) ou du préfet de département, les droits à l’AAH et au complément de ressources peuvent être révisés, en cas de modification de l’incapacité du bénéficiaire.

Le décret n° 2015-387 du 3 avril 2015 cité (JO du 5) a permis, sur décision motivée de la CDAPH, d’étendre de 2 à 5 ans la durée maximale d’attribution de l’AAH pour les personnes dont le taux d’incapacité est inférieur à 80 % mais supérieur à 50 % et qui subissent une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi (bénéficiaires visés à l’article L. 821-2 du code de la Sécurité sociale). Ce décret est entré en vigueur le 6 avril 2015. Il prévoit une disposition transitoire pour les bénéficiaires de l’AAH au titre de l’article L. 821-2 précité, dont l’accord est antérieur à sa date de publication (soit le 5 avril 2015) et a été délivré pour une durée de 2 ans ; ces personnes pourront, sans nouvelle demande de leur part, bénéficier d’une prorogation de la durée de leur accord pour une période maximale de 3 ans, sur décision motivée de la CDAPH, dès lors que le handicap et la restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi ne sont pas susceptibles d’une évolution favorable au cours de la période d’attribution. A l’occasion de cette décision, la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé et l’orientation professionnelle mentionnées à l’article L. 5213-2 du code du travail seront renouvelées.

Lorsque l’AAH est attribuée au titre d’une incapacité comprise entre 50 et 80 %, son versement prend fin à l’âge minimum légal de départ à la retraite ; en revanche, les bénéficiaires atteints d’une incapacité permanente d’au moins 80 % peuvent conserver une partie de l’AAH si le montant de l’avantage vieillesse qu’ils perçoivent est inférieur à celui de l’AAH.

 

Quelle est la procédure à suivre pour demander l’AAH ?

La demande d’AAH et du complément de ressources est à adresser à la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) du lieu de résidence de l’intéressé au moyen du formulaire unique de demande auprès de la MDPH.

C’est cette institution (guichet unique pour les personnes handicapées) qui se chargera d’instruire le dossier au sein de son équipe pluridisciplinaire et via la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) qui siège en son sein. Ensuite, la MDPH transmet le dossier à l’organisme liquidateur qui verse la prestation (organisme « débiteur », CAF ou caisse de MSA selon le cas). La CDAPH, sur la base de l’évaluation de l’équipe pluridisciplinaire, détermine le taux d’incapacité permanente, reconnaît ou non une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi compte tenu du handicap et apprécie la capacité de travail du demandeur. Les organismes débiteurs vérifient l’ensemble des conditions administratives (âge, résidence, plafond de ressources, subsidiarité de l’AAH…).

Si la CDAPH ne s’est pas prononcée dans les quatre mois à compter du dépôt de la demande, son silence vaut rejet. Pour les organismes débiteurs, le délai correspondant est d’un mois. En ce qui concerne la majoration pour la vie autonome, c’est en principe la CAF (ou la caisse de MSA) qui l’attribue automatiquement dès lors que les conditions sont remplies. Aucune démarche particulière n’est donc à accomplir.

 

http://handicap.gouv.fr/les-aides-et-les-prestations/prestations/article/allocation-aux-adultes-handicapes-aah

 


Agenda Autisme Bretagne – Avril 2018

 

Bonjour,

Voici l’agenda des évènements concernant l’autisme en Bretagne (tels que recensés par le CRA).

Cet inventaire non exhaustif se concentre prioritairement sur la région Bretagne. Pour plus d’évènements hors Bretagne, vous pouvez consulter les autres CRA français, répertoriés sur le site gouvernemental Autisme : http://handicap.gouv.fr/focus/l-autisme/annuaire/?id_type_lieu=1#formulaire_filtrer_lieux .

N’hésitez pas à nous envoyer toute information sur un évènement futur. La marche à suivre et le formulaire de demande de diffusion sont disponibles sur notre site Internet : www.cra.bzh/agenda

 

Vous pouvez nous contacter pour confirmer que vous souhaitez continuer à recevoir ces envois, ou pour demander à ne plus les recevoir, à doc@cra.bzh.

 

L’Unité d’Appui et de Coordination du CRA est ouverte pour répondre à vos demandes du lundi au vendredi.

 

La version papier de l’Agenda peut être téléchargée ici : https://www.cra.bzh/sites/default/files/inline/Evenements/Bulletins%20Agenda/Ev%C3%A8nements%20Autisme%20Bretagne%20Avril%202018.pdf

 

Formations

21-22/04/2018

L’Analyse Appliquée du Comportement (ABA)

Intervenant : Ghadeer AL BARGHOUTHY (consultante indépendante, certifiée BCBA en ABA)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-17h

Tarif : de 120 à 310 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

09-10/04/2018

PECS (niveau 1)

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Rennes (35)

Tarifs : de 250 à 450 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

11-13/04/2018

ABA fonctionnel

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Rennes (35)

Tarifs : de 340 à 390 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

16-17/04/2018

PECS (niveau 1)

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Quimper (29)

Tarifs : de 250 à 450 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

18-20/04/2018

ABA fonctionnel

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Quimper (29)

Tarifs : de 340 à 390 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

06/06, 12-13/07/2018

Autisme et problèmes de comportement

Intervenant : Isabelle DUFRENOY (psychologue)

Organisateurs : Autisme Ouest 22, EDI Formation

Lieu : Plate-forme de coordination départementale de l’ADAPEI – 3 Rue du Bignon (Plerin, 22)

Tarifs : de 80 à 180 € ; inscription avant le 17 juin 2018

Public : tout public

Détails : http://autismeouest22.fr

 

29/06-01/07/2018

L’essentiel du cycle 3

Grammaire, multiplication, division, fractions et nombres décimaux

Intervenant : Véronique MALLEJAC (consultante en soutien scolaire spécifique, formatrice Epsilon à l’école)

Organisateur : Autisme Ouest 22, Epsilon à l’école

Lieu : Plate-forme de coordination départementale de l’Adapei – 3 Rue du Bignon (Plérin, 22)

Horaires : 9h-12h / 13h-16h30

Tarif : de 80 à 180 € ; inscription avant le 10 juin

Public : parents, enseignants, AESH / EVS, autres professionnels

Détails : information@epsilonalecole.com ; http://autismeouest22.fr / www.epsilonalecole.com

 

27-31/08, 27-31/08, 24-25/11, 21-22/12/2018

CPRO2 Epsilon à l’école – Soutien scolaire spécifique

Cursus certifiant soutien scolaire spécifique Epsilon à l’école Cycle 2 et 3

Intervenant : Lydie LAURENT (professeur spécialisée pour des enfants présentant des troubles cognitifs, formatrice Epsilon à l’école), Véronique MALLEJAC (formatrice Epsilon à l’école), Ghadeer AL BARGHOUTHY (consultante indépendante, certifiée BCBA en ABA, formatrice Epsilon à l’école)

Organisateur : Asso Mathi, Epsilon à l’école

Lieu : Rennes centre (35)

Tarif : de 1120 à 1760€ pour le cursus complet ; de 140 à 220 € par module

Public : parents, enseignants, AESH / EVS, autres professionnels

Détails : information@epsilonalecole.com ; www.epsilonalecole.com

 

12-13/10/2018

Autisme et développement : comprendre les différences pour s’appuyer sur les approches développementales

Intervenant : Isabelle DUFRENOY (psychologue)

Organisateurs : Autisme Ouest 22, EDI Formation

Lieu : Plate-forme de coordination départementale de l’ADAPEI – 3 Rue du Bignon (Plerin, 22)

Tarifs : de 50 à 120 € ; inscription avant le 23 septembre 2018

Public : tout public

Détails : http://autismeouest22.fr

 

Colloques – Conférences – Sensibilisation

29/03/2018

Enfants autistes : bienvenue à l’école ! – Le chemin vers l’inclusion

Projection de documentaire, suivie d’une table ronde avec des acteurs locaux du monde éducatif

Organisateurs : A.B.A. – Ille-et-Vilaine, Autism’Aide 35, Nahomie Amis, AssoMathi

Lieu : Maison des Association – 6 Cours des alliés (Rennes, 35)

Horaires : 19h30

Tarif : gratuit sur réservation via le site http://aba-illeetvilaine.org

Public : tout public

Détails : http://aba-illeetvilaine.org

 

30/03/2018

L’autisme au féminin : une différence invisible ?

Conférence

Intervenants : Sébastien MIRAULT (neuropsychologue – CRA Bretagne), Julie DACHEZ (jeune femme autiste Asperger, docteur en psychologie sociale, auteure de la BD « La différence invisible »)

Organisateur : Autisme Cornouaille

Lieu : L’Athéna (Ergue Gaberic, 29)

Horaires : 20h

Tarif : 5 € (gratuit pour moins de 16 ans)

Public : tout public

Détails : autismecornouaille@orange.fr ; https://autismecornouaille.wordpress.com

 

31/03/2018

Conférence de Julia March

Intervenant : Julia MARCH (auteure de « La fille pas sympa, la vie chaotique et turbulente d’une jeune autiste »)

Organisateurs : Asperansa Morbihan et partenaires : Je TED a aller à l’école, Librairie « Au vent des mots », Mairie de Lanester

Lieu : salle Jean Vilar – Place Delaune (Lanester, 56)

Horaires : 16h-18h

Tarif : gratuit sur réservation (par mail à contact@asperansa-morbihan.org ou par tel 07 68 70 05 51)

Public : tout public

Détails : 07 68 70 05 51 ; contact@asperansa-morbihan.org ; https://www.facebook.com/Asperansa-Morbihan-317696181753653

 

03/04/2018

Forum Autisme et Inclusion

4 mini-conférences autour de l’autisme et de l’inclusion (école, sport, travail, logement)

Organisateurs : Fondation Orange, AMISEP, ABA Ille-et-Vilaine

Intervenants : ABA Ille-et-Vilaine, ASPTT (club Omnisports), CAT Armor, Atheol 22

Lieu : Lycée St Exupéry – Site Pier Giorgio Frassati – Rue Fernand Robert (Rennes, 35)

Horaires : 17h-21h

Tarif : gratuit sur inscription sur https://msurvey.orange.com/FORUMAUTINCL

Public : tout public

Détails : http://aba-illeetvilaine.org

 

06/04/2018

L’approche scientifique de l’autisme – Processus neuro développementaux

Conférence accompagnée de la projection du documentaire « La pensée autistique » et d’un débat

Intervenant : Eric LEMONNIER (membre du conseil scientifique de l’ARAPI, responsable du Centre Expert

Autisme Limousin)

Organisateurs : A.B.A. – Ille-et-Vilaine, Autism’Aide 35, Nahomie Amis, AssoMathi

Lieu : Amphi S1 du Bâtiment S – Université Rennes 2 – Place Recteur Henri le Moal (Rennes, 35)

Horaires : 14h-17h

Tarif : gratuit sur réservation via le site www.autismaide35.com

Public : tout public

Détails : autismaide35@gmail.com ; www.autismaide35.com

 

07/04/2018

Village de l’autisme

Rencontres avec les associations locales : informations sur les troubles autistiques, méthodes et outils d’accompagnement, présentation d’applications pour tablettes, présentation du tandem adapté Hugbike, exposition de tableaux d’un jeune Asperger…

Organisateurs : A.B.A. – Ille-et-Vilaine, Autism’Aide 35, Nahomie Amis, AssoMathi

Lieu : place de la Mairie (Rennes, 35)

Horaires : 14h30-17h30

Tarif : gratuit

Public : tout public

 

21/04/2018

Droits et démarches des personnes avec autisme / TED / TSA – Finistère

Journée d’information

Intervenants : Gwenaëlle CASTELNAU (assistante sociale du CRA) et Jean VINÇOT (représentant d’association de familles siégeant à la CDAPH)

Organisateur : Centre de Ressources Autisme de Bretagne

Lieu : grande salle de l’Espace Associatif de Quimper – 53 impasse de l’Odet (derrière la gare SNCF) (Quimper, 29)

Horaires : 9h30-12h30 (parents d’enfants avec autisme), 14h30-17h30 (adultes avec autisme et/ou leurs proches)

Public : parents d’enfants avec autisme, adultes avec autisme et/ou leurs proches

Tarif : gratuit, sur inscription en ligne obligatoire via https://goo.gl/forms/acrGiVShcPSexTq93

Détails : www.cra.bzh ; www.facebook.com/pg/crabretagne/events

19/05/2018

L’heure et les années – Atelier

Intervenant : Béatrice GORRIZ (intervenante en soutien scolaire spécifique, en cours de certification Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-12h

Tarif : de 30 à 55 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

02/06/2018

Droits et démarches des personnes avec autisme / TED / TSA – Côtes d’Armor

Journée d’informations

Intervenants : Gwenaëlle CASTELNAU (assistante sociale du CRA) et Florence BOUREL (représentante d’association de familles siégeant à la CDAPH)

Organisateur : Centre de Ressources Autisme de Bretagne

Lieu : ASKORIA – site de Saint Brieuc – 12 rue du Vau Méno (Saint Brieuc, 22)

Horaires : 9h30-12h30 (parents d’enfants avec autisme), 14h30-17h30 (adultes avec autisme et/ou leurs proches)

Public : parents d’enfants avec autisme, adultes avec autisme et/ou leurs proches

Tarif : gratuit, sur inscription en ligne obligatoire via https://goo.gl/forms/997nj3DZsDiekSeh1

Détails : www.cra.bzh ; www.facebook.com/pg/crabretagne/events

 

26/05/2018

Droits et démarches des personnes avec autisme / TED / TSA – Morbihan

Journée d’information

Intervenants : Gwenaëlle CASTELNAU (assistante sociale du CRA) et Marie-Françoise LE GALLO (représentant d’association de familles siégeant à la CDAPH)

Organisateur : Centre de Ressources Autisme de Bretagne

Lieu : salle Hélène Branche – 18 rue du Penher (Auray, 56)

Horaires : 9h30-12h30 (parents d’enfants avec autisme), 14h30-17h30 (adultes avec autisme et/ou leurs proches)

Public : parents d’enfants avec autisme, adultes avec autisme et/ou leurs proches

Tarif : gratuit, sur inscription en ligne obligatoire via https://goo.gl/forms/0LZ186bvCnzTrthG3

Détails : www.cra.bzh ; www.facebook.com/pg/crabretagne/events

 

16/06/2018

Droits et démarches des personnes avec autisme / TED / TSA – Ille et Vilaine

Journée d’information

Intervenants : Gwenaëlle CASTELNAU (assistante sociale du CRA) et Claude LAURENT (représentant d’association de familles siégeant à la CDAPH)

Organisateur : Centre de Ressources Autisme de Bretagne

Lieu : Maison des associations – 6 cours des Alliés (Rennes, 35)

Horaires : 10h-13h (parents d’enfants avec autisme), 14h30-17h30 (adultes avec autisme et/ou leurs proches)

Public : parents d’enfants avec autisme, adultes avec autisme et/ou leurs proches

Tarif : gratuit, sur inscription en ligne obligatoire via https://goo.gl/forms/7Ae1mQYQp7MdXVSD2

Détails : www.cra.bzh ; www.facebook.com/pg/crabretagne/events

 

21-22/06/2018

Handicaps et travail : regards croisés européens

Colloque

Intervenants : Jacques LE GOFF (professeur des universités), Alain BLANC (sociologue), Marea DE BRUIJN (job coach), Philippe LABBE (ethnologue et sociologue), Régine MONTI-TESSIER (docteur en sciences de gestion sur la prospective), Dominique VELCHE (chercheur), Alain VILBROD (enseignant-chercheur), Didier VINCHES (directeur du CFA Synergie-handicap)… Animé par Sébastien CHAMBRES (comédien) et Jean-Philippe GUIVARC’H (créateur de K unique)

Organisateurs : Les Genêts d’Or, Les Papillons blancs du Finistère, Kan ar Mor, La mutualité 29-56, l’APF, l’ADAPT, Sevel Services, ARFIE

Lieu : Le Quartz – 60 rue du Château (Brest, 29)

Public : professionnels, personnes en situation de handicap

Tarifs : de 25 à 220 €. Inscriptions avant le 1er juin 2018.

Détails : www.handicaps-et-travail.bzh

 

Arts et loisirs

 

14 et 15/04/2018

Timouk, l’enfant aux deux royaumes

Concert-Spectacle

Intervenants : jeunes en situation de handicap,  des percussionnistes avec autisme et des musiciens classiques

Organisateurs : La Clé de Phare

Lieu : L’Hermine – rue du P. Coudrin (Sarzeau, 56)

Horaire : 19h (14/04) et 15h (15/04)

Tarif : participation libre, réservation conseillée par mail (Indiquez votre nom de famille, un prénom, la date et l’heure choisies, ainsi que le nombre de places souhaitées. Vérifiez que vous avez reçu une confirmation par mail de votre réservation.)

Détails : lacledephare@gmail.com ; www.lacledephare.com ; www.facebook.com/lacledephare

 

21/04/2018

Cinéma adapté – Croc Blanc

Organisateurs : Autisme Asperger Echanges, cinéma La Salamandre

Lieu : Cinéma La Salamandre – rue Eugène Pottier (Morlaix, 29)

Horaire : 15h30

Tarif : 5,50 € pour tous

Détails : 07.87.56.86.40 ; morlaix@cinemadifference.com ; www.cinemadifference.com/Morlaix.html

 

Cafés rencontre associatifs

 

ABA Ille et Vilaine

Ludothèque et café-rencontre

Lieu : 81 bd Albert 1er (Rennes, 35)

Dates : 1er samedi de chaque mois ; 07/04, 05/05, 02/06, 07/07

Détails : 06.52.57.79.02 ; http://aba-illeetvilaine.org

Asperansa – Brest

> Café rencontre

Dates : 1er samedi du mois, 14h-17h ; 07/04

Lieu : Patronage Laïque de Lambézellec – 4 rue du Lannoc (près du boulevard de l’Europe) (Brest, 29)

> Ateliers rencontre adultes Aspis et entraide mutuelle

Dates : 2nd jeudi du mois, 17h-20h

Lieu : Patronage Laïque Jean Le Gouill – 15 rue Jean François Tartu (Brest, 29)

Détails : https://www.asperansa.org/actu/cafes_rencontre.html ; http://forum.asperansa.org

Autisme Côte d’Emeraude

Réunion mensuelle des adhérents, ouverte aux nouvelles familles

Date : 1er samedi de chaque mois, 15h-17h ; 07/04, 05/05, 02/06, 07/07

Lieu : 10 rue Dr Anne Noury (arrière du bâtiment) (St Malo, 35)

Détails : autisme.emeraude@free.fr ; http://autismeemeraude.canalblog.com

 

Ce document recense les rencontres dont les dates sont connues. Pour plus d’informations, les associations d’usagers bretonnes sont recensées sur notre site Internet : https://www.cra.bzh/le-reseau/associations-d-usagers-et-de-familles

 

Et ailleurs… – Sélection

 

06-07/04/2018

Salon international de l’autisme

Conférences, stands, ateliers

Organisateur : association Riau

Lieu : Centre de convention – Disney’s newport bay club – Disneyland Railroad, Avenue Robert Schuman (Chessy, 77)

Horaires : 10h-18h30

Tarifs : de 14 à 28 €

Publics : tout public

Détails : http://salondelautisme4.wixsite.com/salondelautismeparis

 

27-29/04/2018

Congrès international du sommeil pédiatrique : symposium « Sleep and Autism – New developments from bench to bedside »

Intervenants (symposium Autisme) : Thomas BOURGERON (Paris Pasteur), Carmen SCHRODER (CNRS UPR 3212, Strasbourg), Emma SCIBERRAS et Jane MCGILLIVRAY (Melbourne, Australia), Paul GRINGRAS (London, Kings College). Voir aussi : Marion LEBOYER (Paris, Hôpital Albert Chenevier, Université de Paris Est)

Organisateurs : International pediatric sleep association (IPSA), Société française de recherche et médecine du sommeil (SFRMS)

Lieu : Palais des Congrès (75, Paris)

Tarifs : de 150 à 425 $ (~ 125-375 €) ; demi-journée : 75 $ (~ 63 €)

Détails : info@IPSA2018.com : http://ipsa2018.com

 

31/05-01/06/2018

Troubles du spectre de l’autisme : de la neuropsychologie à la neuro-éducation

Organisateurs : AFNA (association francophone de neuropsychologie de l’autisme), en partenariat avec l’Université François Rabelais (unité INSERM U 930), Centre Universitaire de Pédopsychiatrie et Centre de Ressources Autisme Centre & Val de Loire

Lieu : Université François Rabelais – Amphithéâtre 2, Site des Tanneurs (Tours, 37)

Tarifs : de 30 à 170 €

Détails : neuropsy.autisme@gmail.com ; https://afna2017.wordpress.com

 

09/06/2018

Autisme : le visible et l’invisible

Congrès des 30 ans d’EDI Formation

Organisateur : EDI Formation

Lieu : Maison de la Chimie – 28 rue Saint Dominique (Paris, 75)

Tarifs : de 46 à 74 €

Détails : 04.93.45.53.18 ; info@ediformation.fr ; www.ediformation.fr

 

27-29/06/2018

16e Congrès Soins somatiques et douleur en santé mentale

Organisateur : Association nationale pour la promotion des soins somatiques en santé mentale (ANP3SM), en partenariat avec Association des jeunes psychiatres et des jeunes addictologues (AJPJA)

Lieu : Centre de conférences de l’Institut Pasteur Paris 15e

Tarifs : de 60 à 410 €

Détails : www.anp3sm.com

 

Cordialement,

 

Lila Vinçot                                     

Documentaliste

Centre Ressources Autisme Bretagne

Unité d’Appui et de Coordination

Centre de documentation

ZA Prat Pip Sud

125, rue Jean Monnet

29490 GUIPAVAS

Tél. : 02 98 89 47 78

E-Mail : doc@cra.bzh

Site Internet : www.cra.bzh

Facebook : fb.me/crabretagne

 


Réunions d’informations – Droits et démarches – enfants et adultes avec autisme / TED / TSA – Annonce Ille et Vilaine & Morbihan

Bonjour,

 

Le Centre de Ressources Autisme Bretagne va organiser sur chaque département breton au printemps 2018 des réunions d’information sur les droits et démarches pour les personnes autistes et leurs proches.

L’objectif est de permettre au plus grand nombre d’avoir une meilleure connaissance de leurs droits, d’identifier les démarches à effectuer mais aussi de repérer les personnes ressources à solliciter pour être accompagnés dans les démarches.

Ces réunions seront co-animées par l’assistante sociale du CRA et un représentant d’association de familles siégeant à la CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées).

Pour le département des Côtes d’Armor, ces réunions co-animées par Gwenaëlle CASTELNAU et Florence BOUREL, se dérouleront le samedi 2 juin, à Askoria – site de Saint Brieuc – 12 rue du Vau Méno.

– Le matin de 9h30 à 12h30 pour les parents d’enfants avec autisme

– L’après-midi de 14h30 à 17h30 pour les adultes avec autisme et/ou leurs proches

Pour le département du Finistère, ces réunions co-animées par Gwenaëlle CASTELNAU et Jean VINÇOT, se dérouleront le samedi 21 avril, à la grande salle de l’Espace Associatif de Quimper – 53 impasse de l’Odet (derrière la gare SNCF)

– Le matin de 9h30 à 12h30 pour les parents d’enfants avec autisme

– L’après-midi de 14h30 à 17h30 pour les adultes avec autisme et/ou leurs proches

Pour le département de l’Ille et Vilaine, ces réunions co-animées par Gwenaëlle CASTELNAU et Claude LAURENT, se dérouleront le samedi 16 juin, à la Maison des Associations de Rennes – 6 cours des Alliés.

– Le matin de 10h à 13h pour les parents d’enfants avec autisme

– L’après-midi de 14h30 à 17h30 pour les adultes avec autisme et/ou leurs proches

Pour le département du Morbihan, ces réunions co-animées par Gwenaëlle CASTELNAU et Marie-Françoise LE GALLO, se dérouleront le samedi 26 mai, à la salle Hélène Branche d’Auray – 18 rue du Penher.

– Le matin de 9h30 à 12h30 pour les parents d’enfants avec autisme

– L’après-midi de 14h30 à 17h30 pour les adultes avec autisme et/ou leurs proches

Vous pouvez transmettre cette information aux familles concernées de votre département, via notre site, notre page Facebook ou l’affiche disponibles via ces liens :

Page du site : https://www.cra.bzh/actualites/information-droits-et-demarches-des-personnes-avec-autisme-ted-tsa

Page Facebook des évènements : https://www.facebook.com/pg/crabretagne/events

 

Affiche Côtes d’Armor : https://www.cra.bzh/sites/default/files/inline/Evenements/Droits%20demarches/Affiche%20Droits%20d%C3%A9marches%2022.pdf

Affiche Finistère : https://www.cra.bzh/sites/default/files/inline/Evenements/Droits%20demarches/Affiche%20Droits%20d%C3%A9marches%2029.pdf

Affiche Ille et Vilaine : https://www.cra.bzh/sites/default/files/inline/Evenements/Droits%20demarches/Affiche%20Droits%20d%C3%A9marches%2035.pdf

Affiche Morbihan : https://www.cra.bzh/sites/default/files/inline/Evenements/Droits%20demarches/Affiche%20Droits%20d%C3%A9marches%2056.pdf

 

Nous vous souhaitons une bonne réception,

Cordialement

 

L’Unité d’Appui

Et de Coordination 

 

Centre Ressources Autisme Bretagne

Unité d’Appui et de Coordination

 

ZA Prat Pip Sud

125, rue Jean Monnet

29490 GUIPAVAS

 

Tél. : 02 98 89 47 70

E-Mail : contact@cra.bzh

 

 

 


Rencontre partenariale autour du départ en vacances des familles ayant un enfant porteur de handicap

La Caf du Finistère est investie sur les problématiques de l’accès aux vacances des familles et soutient également le champ de l’inclusion des enfants en situation de handicap sur leurs temps de loisirs et de vacances.

Afin d’échanger sur la thématique spécifique du départ en vacances pour les familles ayant un enfant en situation de handicap, nous vous proposons de participer à une première rencontre entre structures spécialisées, associations de parents d’enfants en situation de handicap et professionnels investis dans le champ de l’accompagnement des vacances le :

Mardi 3 Avril 2018 , de 14h à 16h30

à la Mdph du Finistère    

1 C rue Félix le Dantec- QUIMPER

> Cet après midi d’échanges se déroulera en deux temps :

•        un espace de présentation de la politique vacances Caf et  des dispositifs proposés par les partenaires présents.
•        un espace d’échanges nous permettant de construire un état des lieux des besoins en matière de départ en vacances des familles avec enfants en situation de handicap.

L’objectif de cette réunion est de proposer un espace de rencontre entre les acteurs investis auprès des publics en situation de handicap d’une part, et les professionnels du tourisme social et solidaire proposant des vacances et des loisirs adaptés.

Le public cible  : tout organisme engagé auprès des personnes en situation de handicap, en particulier structures du médico-social, Caf et centres sociaux, associations de personnes en situation de handicap…

Linda HELIES
Conseiller Technique Thématique
> DPFAS PARTENARIALES\POLITIQUE PARTENARIA\THEM PARTENARIALES
Tél : 02.98.00.39.7306.25.81.55.08
> linda.helies@caffinistere.cnafmail.fr
> Caf du Finistère – 1 rue Portzmoguer – 29602 Brest Cedex 2
Nous suivre :
 Afin de contribuer au respect de l’environnement, merci de n/’imprimer ce mail qu’en cas de nécessité


Bonjour,

Le Centre de Ressources Autisme Bretagne va organiser sur chaque département breton au printemps 2018 des réunions d’information sur les droits et démarches pour les personnes autistes et leurs proches.

L’objectif est de permettre au plus grand nombre d’avoir une meilleure connaissance de leurs droits, d’identifier les démarches à effectuer mais aussi de repérer les personnes ressources à solliciter pour être accompagnés dans les démarches.

Ces réunions seront co-animées par l’assistante sociale du CRA et un représentant d’association de familles siégeant à la CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées).

Pour le département du Finistère, ces réunions animées par Gwenaëlle CASTELNAU et Jean VINÇOT, se dérouleront le samedi 21 avril, à la grande salle de l’Espace Associatif de Quimper – 53 impasse de l’Odet (derrière la gare SNCF)

– Le matin de 9h30 à 12h30 pour les parents d’enfants avec autisme

– L’après-midi de 14h30 à 17h30 pour les adultes avec autisme et/ou leurs proches

 

Vous pouvez transmettre cette information aux familles concernées de votre département, via notre site ou l’affiche disponibles via ces liens :

Page : https://www.cra.bzh/actualites/information-droits-et-demarches-des-personnes-avec-autisme-ted-tsa

Affiche Finistère : https://www.cra.bzh/sites/default/files/inline/Evenements/Droits demarches/Affiche Droits d%C3%A9marches 29.pdf

 

Cordialement,

 

Lila Vinçot                                     

Documentaliste

Centre Ressources Autisme Bretagne

Unité d’Appui et de Coordination

Centre de documentation

ZA Prat Pip Sud

125, rue Jean Monnet

29490 GUIPAVAS

Tél. : 02 98 89 47 78

E-Mail : doc@cra.bzh

Site Internet : www.cra.bzh


Réunions d’informations – Droits et démarches – enfants et adultes avec autisme/TED/TSA

Bonjour,

Le Centre de Ressources Autisme Bretagne va organiser sur chaque département breton au printemps 2018 des réunions d’information sur les droits et démarches pour les personnes autistes et leurs proches.

L’objectif est de permettre au plus grand nombre d’avoir une meilleure connaissance de leurs droits, d’identifier les démarches à effectuer mais aussi de repérer les personnes ressources à solliciter pour être accompagnés dans les démarches.

Ces réunions seront co-animées par l’assistante sociale du CRA et un représentant d’association de familles siégeant à la CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées).

Pour le département des Côtes d’Armor, ces réunions, co-animées par Gwenaëlle CASTELNAU et Florence BOUREL, se dérouleront le samedi 2 juin, à Askoria – site de Saint Brieuc – 12 rue du Vau Méno.

– Le matin de 9h30 à 12h30 pour les parents d’enfants avec autisme

– L’après-midi de 14h30 à 17h30 pour les adultes avec autisme et/ou leurs proches

Pour le département du Finistère, ces réunions animées par Gwenaëlle CASTELNAU et Jean VINÇOT, se dérouleront le samedi 21 avril, à la grande salle de l’Espace Associatif de Quimper – 53 impasse de l’Odet (derrière la gare SNCF)

– Le matin de 9h30 à 12h30 pour les parents d’enfants avec autisme

– L’après-midi de 14h30 à 17h30 pour les adultes avec autisme et/ou leurs proches

 

Pour les département d’Ille et Vilaine et Morbihan, les lieux ne sont pas encore arrêtés ; les dates et une affiche seront communiqués ultérieurement.

Vous pouvez transmettre cette information aux familles concernées de votre département, via notre site, notre page Facebook ou l’affiche disponibles via ces liens :

Page du site : https://www.cra.bzh/actualites/information-droits-et-demarches-des-personnes-avec-autisme-ted-tsa

Pages Facebook : https://www.facebook.com/events/172861576832005/

https://www.facebook.com/events/192495561354233/

Affiche Côtes d’Armor :https://www.cra.bzh/sites/default/files/inline/Evenements/Droits%20demarches/Affiche%20Droits%20d%C3%A9marches%2022.pdf

Affiche Finistère : https://www.cra.bzh/sites/default/files/inline/Evenements/Droits%20demarches/Affiche%20Droits%20d%C3%A9marches%2029.pdf

 

Nous vous souhaitons une bonne réception,

Cordialement

L’Unité d’Appui et de Coordination 

 Centre Ressources Autisme Bretagne

Unité d’Appui et de Coordination

ZA Prat Pip Sud

125, rue Jean Monnet

29490 GUIPAVAS

Tél. : 02 98 89 47 70

 

E-Mail : contact@cra.bzh

 

 

 


Agenda Autisme Bretagne – Mars 2018

 

Bonjour,

Voici l’agenda des évènements concernant l’autisme en Bretagne (tels que recensés par le CRA).

Cet inventaire non exhaustif se concentre prioritairement sur la région Bretagne. Pour plus d’évènements hors Bretagne, vous pouvez consulter les autres CRA français, répertoriés sur le sitewww.autismes.fr.

N’hésitez pas à nous envoyer toute information sur un évènement futur. La marche à suivre et le formulaire de demande de diffusion sont disponibles sur notre site Internet :https://www.cra.bzh/agenda

Vous pouvez nous contacter pour confirmer que vous souhaitez continuer à recevoir ces envois, ou pour demander à ne plus les recevoir, àdoc@cra.bzh.

L’Unité d’Appui et de Coordination du CRA est ouverte pour répondre à vos demandes du lundi au vendredi.

Evènements Autisme Bretagne Mars 2018

 


Pratiques professionnelles à développer dans les domaines de l’autisme de l’adulte et de l’enfant

Handicap.gouv.fr – le 19.02.18

 Deux nouvelles recommandations de la HAS et l’ANESM saluées par Sophie Cluzel

Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des Personnes Handicapées salue la publication de deux nouvelles recommandations de la HAS et l’ANESM sur les pratiques professionnelles à développer dans les domaines de l’autisme de l’adulte et de l’enfant.

 

Ce lundi, la Haute Autorité de Santé (HAS) et Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) rendent publiques deux nouvelles recommandations de bonnes pratiques professionnelles pour renforcer le repérage et les interventions en matière d’autisme, tant s’agissant des enfants que des adultes. Il s’agit d’une actualisation d’une recommandation de 2012, pour les enfants, et d’une première, pour les adultes.

Élaborées avec les personnes autistes, leur famille et l’ensemble des professionnels concernés au sein de l’univers sanitaire et médico-social ces recommandations visent à faciliter le parcours des enfants et des familles, encore trop souvent chaotique, ainsi qu’à favoriser l’inclusion des adultes avec autisme.

L’actualisation de la recommandation sur l’autisme de l’enfant rappelle la complexité des diagnostics ; elle fournit des pistes pour une intervention plus rapide, en ne minimisant pas l’inquiétude des parents, en s’appuyant sur la crèche et l’école pour repérer les signaux d’alerte et en capitalisant sur le suivi médical régulier de l’enfant de 0 à 6 ans. À ce jour, les enfants autistes sont diagnostiqués trop tardivement, en moyenne entre 3 et 5 ans. Des interventions précoces doivent permettre d’engager des interventions pluridisciplinaires plus rapidement, à un moment clé pour le développement de l’enfant.

La publication de la recommandation sur l’autisme de l’adulte invite à tout mettre en œuvre pour favoriser l’autonomie, l’inclusion sociale et la qualité de vie des personnes avec autisme, dans un cadre requérant une bonne coordination de différents types de professionnels.

Elle rappelle qu’une amélioration effective de la qualité de vie des personnes est possible à la condition de changer de paradigme : ne plus s’arrêter aux déficits et difficultés des personnes avec autisme mais miser sur leurs capacités et leurs compétences.

La publication de ces deux recommandations doit permettre à l’ensemble des nombreux professionnels, sanitaires, médico-sociaux, sociaux… mobilisés par l’accompagnement des personnes de disposer de repères clairs, conformes aux données actuelles de la science, pour favoriser la pertinence de leurs interventions.

Leur diffusion avec l’appui de la HAS doit constituer un axe fort du 4e plan autisme voulu par le Président de la République. Ce plan doit favoriser à la fois une transformation des pratiques d’intervention et d’accompagnement permettant à la France de rejoindre les meilleurs standards internationaux et construire une société plus inclusive avec l’ensemble des personnes avec autisme et leurs familles. Il doit être rendu public à la mi-mars.

 


Simplification administrative dans le champ du handicap

L’Unapei a produit un document synthétisant les principaux obstacles liés aux formalités administratives que rencontrent les personnes handicapées et leurs familles, illustrés par des exemples concrets et assortis de propositions.

 Le Premier ministre Édouard Philippe a confié aux députés des Hauts-de-Seine Adrien TAQUET et à Jean-François SERRES, membres du Conseil économique, social et environnemental, une mission sur la simplification administrative dans le champ du handicap. Les réalités administratives méconnaissent fréquemment la situation des personnes handicapées et de leurs familles, les condamnent trop souvent à un non recours à leurs droits.

L’Unapei a remis sa contribution : sont abordées dans ce document d’une part les difficultés des personnes handicapées et de leurs familles liées aux formalités administratives, ainsi que d’autre part les complexités normatives. Pour chaque constat des propositions sont formulées. Ce document concentre les principales problématiques que les adhérents de l’Unapei, associations ou familles, font remonter le plus régulièrement à la tête de réseau.

L’Unapei appelle à une vraie coordination des parcours administratifs entre organismes pour mettre fin au cloisonnement administratif. La cinquantaine de propositions formulées dans la contribution de l’Unapei nécessitent un volontarisme politique pour que les mesures simplificatrices attendues tant par les usagers que par différentes administrations en charge, soient mises en œuvre. La simplification administrative doit être envisagée dans le contexte de la transformation numérique, axe prioritaire privilégié par le gouvernement. Les bénéfices de la dématérialisation des démarches pourront être appréciés dès lors que sera proposé un accompagnement adapté aux besoins de chaque usager.

Lire la contribution de l’Unapei

 

unapei_contribution_mission_simplification_administrative

 


Madame, Monsieur, bonjour,

L’association Les Oiseaux Libres organise depuis 18 mois des “Café-Rencontre Epilepsie” 

1 fois par mois sur la côte Nord.

Nous nous sommes aperçus que ces échanges étaient un lien important pour les patients et leurs entourages.

Cette demande se confirme, aussi, dorénavant nous nous retrouverons au restaurant le Four à Pierre, à Saint Martin, à Brest, 20 rue Louis Blanc.

 Notre prochaine rencontre est fixée au lundi 26 février de 10h00 à 12h00, le café est offert, si certaines personnes veulent se joindre à nous pour déjeuner, nos échanges pourront se poursuivre dans une ambiance conviviale

 

Merci à vous de diffuser ce message.

 

Pour s’inscrire : lesoiseauxlibres29@gmail.com             06 82 19 59 79

 

Sincères remerciements

Marie-Hélène JIGOUREL

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/epilepsie-rencontre-le-lundi-26-fevrier-12-02-2018-11848596.php

 


Ludwig, un roi sur la lune

Pour information, le film documentaire tourné sur la préparation de la dernière création pour l’atelier Catalyse « Ludwig, un roi sur la lune » sera diffusé lundi prochain 12 février sur France 3 Bretagne vers 23h30

 

 


Voici l’agenda des évènements concernant l’autisme en Bretagne (tels que recensés par le CRA).

Cet inventaire non exhaustif se concentre prioritairement sur la région Bretagne. Pour plus d’évènements hors Bretagne, vous pouvez consulter les autres CRA français, répertoriés sur le site www.autismes.fr.

N’hésitez pas à nous envoyer toute information sur un évènement futur. La marche à suivre et le formulaire de demande de diffusion sont disponibles sur notre site Internet : https://www.cra.bzh/agenda

 

Vous pouvez nous contacter pour confirmer que vous souhaitez continuer à recevoir ces envois, ou pour demander à ne plus les recevoir, à doc@cra.bzh.

 

L’Unité d’Appui et de Coordination du CRA est ouverte pour répondre à vos demandes du lundi au vendredi, et le 1er samedi du mois.

 

Formations

03-04/02/2018

La psychomotricité

Intervenant : Margot SCARINGELLA (psychomotricienne ; formatrice Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-17h

Tarif : de 120 à 310 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

21-22/04/2018

L’Analyse Appliquée du Comportement (ABA)

Intervenant : Ghadeer AL BARGHOUTHY (consultante indépendante, certifiée BCBA en ABA)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-17h

Tarif : de 120 à 310 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

02-04/03/2018

L’essentiel du cycle 2

Apprendre à lire et à écrire, Numération de base, Addition et soustraction

Intervenant : Véronique MALLEJAC (consultante en soutien scolaire spécifique, formatrice Epsilon à l’école)

Organisateur : Autisme Ouest 22, Epsilon à l’école

Lieu : Plate-forme de coordination départementale de l’Adapei – 3 Rue du Bignon (Plérin, 22)

Horaires : 9h-12h / 13h-16h30

Tarif : de 80 à 180 € ; inscription avant le 18 février

Public : parents, enseignants, AESH / EVS, autres professionnels

Détails : information@epsilonalecole.com ; http://autismeouest22.fr / www.epsilonalecole.com

 

09-10/04/2018

PECS (niveau 1)

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Rennes (35)

Tarifs : de 250 à 450 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

11-13/04/2018

ABA fonctionnel

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Rennes (35)

Tarifs : de 340 à 390 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

16-17/04/2018

PECS (niveau 1)

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Quimper (29)

Tarifs : de 250 à 450 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

18-20/04/2018

ABA fonctionnel

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Quimper (29)

Tarifs : de 340 à 390 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

29/06-01/07/2018

L’essentiel du cycle 3

Grammaire, multiplication, division, fractions et nombres décimaux

Intervenant : Véronique MALLEJAC (consultante en soutien scolaire spécifique, formatrice Epsilon à l’école)

Organisateur : Autisme Ouest 22, Epsilon à l’école

Lieu : Plate-forme de coordination départementale de l’Adapei – 3 Rue du Bignon (Plérin, 22)

Horaires : 9h-12h / 13h-16h30

Tarif : de 80 à 180 € ; inscription avant le 10 juin

Public : parents, enseignants, AESH / EVS, autres professionnels

Détails : information@epsilonalecole.com ; http://autismeouest22.fr / www.epsilonalecole.com

 

27-31/08, 27-31/08, 24-25/11, 21-22/12/2018

CPRO2 Epsilon à l’école – Soutien scolaire spécifique

Cursus certifiant soutien scolaire spécifique Epsilon à l’école Cycle 2 et 3

Intervenant : Lydie LAURENT (professeur spécialisée pour des enfants présentant des troubles cognitifs, formatrice Epsilon à l’école), Véronique MALLEJAC (formatrice Epsilon à l’école), Ghadeer AL BARGHOUTHY (consultante indépendante, certifiée BCBA en ABA, formatrice Epsilon à l’école)

Organisateur : Asso Mathi, Epsilon à l’école

Lieu : Rennes centre (35)

Tarif : de 1120 à 1760€ pour le cursus complet ; de 140 à 220 € par module

Public : parents, enseignants, AESH / EVS, autres professionnels

Détails : information@epsilonalecole.com ; www.epsilonalecole.com

 

Colloques – Conférences – Sensibilisation

06/02/2018

La vie à pleine dents : accès à la santé orale et aux soins bucco-dentaires pour les personnes en situation de handicap

11e journée régionale du Réseau Breizh paralysie cérébrale

Organisateurs : Réseau Breizh paralysie cérébrale, Soins dentaires spécifiques Bretagne

Lieu : salle du Triangle (Rennes, 35)

Horaires : 8h30-17h30

Tarif : de 20 à 190 € (tarifs préférentiels pour inscription avant le 13/01/2018)

Public : chirurgiens-dentistes, médecins du secteur sanitaire et du secteur médico-social, masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes, cadres de santé, infirmiers, aides-soignants, AMP, auxiliaires de vie,

psychologues, étudiants…

Détails : 02.99.29.50.16 ; reseau.breizh@pole-sthelier.com ; www.neurobretagne-oniric.com/paralysie-cerebrale.php

 

17/02/2018

La lecture – Atelier

Intervenant : Béatrice GORRIZ (intervenante en soutien scolaire spécifique, en cours de certification Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-12h

Tarif : de 30 à 55 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

03/03/2018

La Grammaire 1 – Atelier

Intervenant : Béatrice GORRIZ (intervenante en soutien scolaire spécifique, en cours de certification Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-12h

Tarif : de 30 à 55 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

17/03/2018

Vie pratique – Atelier

Intervenant : Eva BESNARD (intervenante en soutien scolaire spécifique, en cours de certification Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-12h

Tarif : de 30 à 55 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com/event/vie-pratique

 

22/03/2018

Regards sur l’autisme

Conférence et échanges

Intervenants : Josef SCHOVANEC (docteur en philosophie, personne avec autisme), Séverine RECORDON-GABORIAUD (docteur en psychologie clinique, psychopathologie et directrice d’établissements médico-sociaux), Sophie BIETTE (maman d’une jeune femme autiste, référente Autisme au sein du Conseil d’administration de l’Unapei).

Organisateur : Adapei 35 – Les papillons blancs d’Ille et Vilaine

Lieu : Centre culturel L’Odyssée – Place du Foirail – Rue des Tendières (Dol-de-Bretagne, 35)

Horaires : 8h30-17h

Tarif : participation de 5 € pour le déjeuner pique-nique.

Public : tout public

Détails : inscription@adapei35.asso.fr ; https://www.adapei35.com

 

23/03/2018

L’accès aux soins et le parcours de santé des personnes avec autisme

Journée inter-régionale de l’autisme

Intervenants : Djéa SARAVANE (Centre régional Douleur et soins somatiques EPS Barthélémy Durand Etampes), Pascal JACOB (président de Handidactique), SDS Bretagne (réseau de soins dentaires spécifiques), COSIA72 – RPSBD72 (Réseau Prévention et Soins bucco-dentaires Sarthe)

Organisateur : Autisme Fédération Bretagne Pays de Loire

Lieu : Maison des Associations – 6 Cours des Alliés (Rennes, 35)

Date : vendredi 23 mars 2018

Public : tout public

Tarifs : de 10 à 60 € (réservation obligatoire, nombre de places limité)

Détails et inscriptions : M. Jean-Paul ANDRE – 61 rue Ferdinand Thomas 56670 RIANTEC ; 06.95.66.19.08 ; andre-jean-paul56@outlook.fr ; http://autisme-fbpl.asso-web.com.

24/03/2018

TSA / autismes, douleurs, comorbidités et accès aux soins

Conférence

Intervenants : Djéa SARAVANE (Centre régional Douleur et soins somatiques EPS Barthélémy Durand Etampes, président de l’association nationale pour la promotion des soins somatiques en santé mentale), Equipe mobile d’intervention en autisme du Morbihan (Arnaud BALZAC (médecin somaticien), Soazig LE CORRE (responsable de service), Caroline DE TAURIAC (neuropsychologue), Rozenn LE MAGUER (éducatrice)

Organisateur : Papa Maman et moi Construisons avec l’autisme

Lieu : Cinéville Parc Lann (Vannes, 56)

Horaires : 9h-12h15

Public : tout public

Tarifs : 30 € ; gratuit pour les adhérents et les personnes en situation de handicap (sur présentation d’un justificatif) ; inscription avant le 10 mars

Détails : 07.89.92.25.07 ; pmmca56@gmail.com ; http://pmmca.fr

 

24/03/2018

L’autisme dans tous ses sens

Intervenants : Gwénaëlle ROSCOE (Ergothérapeute), Eric LEMONNIER (Psychiatre), Véronique MALLEJAC (supervision chez Epsilon), Amélie DE VILLELE (Orthoptiste), Jill BOUCHARE (Orthophoniste), Sébastien MIRAULT (Neuropsychologue et intervenant au CRA), Mr Jean BECCHIO (Médecin généraliste et formateur au TAC)

Organisateur : AODO (Association des orthoptistes de l’Ouest)

Lieu : Ateliers des Capucins (Brest, 29)

Horaires : 9h-17h

Tarif : de 30 à 80 €

Public : membres de l’AODO, non-membres, étudiants…

Détails : aodo@orange.fr / https://orthoptie.net/formations/pdf/AODO2018.pdf

 

30/03/2018

L’autisme au féminin : une différence invisible ?

Intervenants : Sébastien MIRAULT (neuropsychologue – CRA Bretagne), Julie DACHEZ (jeune femme autiste Asperger, docteur en psychologie sociale, auteure de la BD « La différence invisible »)

Organisateur : Autisme Cornouaille

Lieu : L’Athéna (Ergue Gaberic, 29)

Horaires : 20h

Tarif : 5 € (gratuit pour moins de 16 ans)

Public : tout public

Détails : autismecornouaille@orange.fr ; https://autismecornouaille.wordpress.com

 

21-22/06/2018

Handicaps et travail : regards croisés européens

Colloque

Intervenants : Jacques LE GOFF (professeur des universités), Alain BLANC (sociologue), Marea DE BRUIJN (job coach), Philippe LABBE (ethnologue et sociologue), Régine MONTI-TESSIER (docteur en sciences de gestion sur la prospective), Dominique VELCHE (chercheur), Alain VILBROD (enseignant-chercheur), Didier VINCHES (directeur du CFA Synergie-handicap)… Animé par Sébastien CHAMBRES (comédien) et Jean-Philippe GUIVARC’H (créateur de K unique)

Organisateurs : Les Genêts d’Or, Les Papillons blancs du Finistère, Kan ar Mor, La mutualité 29-56, l’APF, l’ADAPT, Sevel Services, ARFIE

Lieu : Le Quartz – 60 rue du Château (Brest, 29)

Public : professionnels, personnes en situation de handicap

Tarifs : de 25 à 220 €. Inscriptions avant le 1er juin 2018.

Détails : www.handicaps-et-travail.bzh

 

Arts et loisirs

17/02/2018

Cinéma adapté – Belle et Sébastien 3

Organisateurs : Etoile Cinéma, JeTEDuque35

Lieu : Etoile Cinéma – 1 Rue des Tours Carrées (Châteaubourg, 35)

Horaire : 14h30

Tarif : accès libre – prix des places: 5€ (-14 ans: 4€, réduit: 4€50, fidélité: 4€10)

Détails : www.etoilecinema.fr / www.jeteduque35.fr

 

17/02/2018

Cinéma adapté – Cro Man

Organisateurs : Autisme Asperger Echanges, cinéma La Salamandre

Lieu : Cinéma La Salamandre – rue Eugène Pottier (Morlaix, 29)

Horaire : 15h30

Tarif : 5,50 € pour tous

Détails : 07.87.56.86.40 ; morlaix@cinemadifference.com ; www.cinemadifference.com/Morlaix.html

 

Cafés rencontre associatifs

 

ABA Ille et Vilaine

Ludothèque et café-rencontre

Lieu : 81 bd Albert 1er (Rennes, 35)

Dates : 1er samedi de chaque mois ; 03/02, 03/03, 07/04, 05/05, 02/06, 07/07

Détails : 06.52.57.79.02 ; http://aba-illeetvilaine.org

Asperansa – Brest

> Café rencontre

Dates : 1er samedi du mois, 14h-17h ; 03/02, 03/03, 07/04

Lieu : Patronage Laïque de Lambézellec – 4 rue du Lannoc (près du boulevard de l’Europe) (Brest, 29)

> Ateliers rencontre adultes Aspis et entraide mutuelle

Dates : 2nd jeudi du mois, 17h-20h ; 08/02, 08/03

Lieu : Patronage Laïque Jean Le Gouill – 15 rue Jean François Tartu (Brest, 29)

Détails : https://www.asperansa.org/actu/cafes_rencontre.html ; http://forum.asperansa.org

Autisme Côte d’Emeraude

Réunion mensuelle des adhérents, ouverte aux nouvelles familles

Date : 1er samedi de chaque mois, 15h-17h ; 03/02, 03/03, 07/04, 05/05, 02/06, 07/07

Lieu : 10 rue Dr Anne Noury (arrière du bâtiment) (St Malo, 35)

Détails : autisme.emeraude@free.fr ; http://autismeemeraude.canalblog.com

 

Ce document recense les rencontres dont les dates sont connues. Pour plus d’informations, les associations d’usagers bretonnes sont recensées sur notre site Internet : https://www.cra.bzh/le-reseau/associations-d-usagers-et-de-familles

 

Et ailleurs… – Sélection

 

17/03/2018

La souffrance chez les personnes autistes : comprendre pour mieux soigner

Organisateurs : Autisme France, Autisme 13

Lieu : Salle polyvalente de l’Huveaune – chemin Robion (La Penne sur Huveaune, 13)

Horaires : 8h15-17h15

Tarifs : de 20 à 40  €

Publics : tout public (professionnels, familles, étudiants)

Détails : 06.45.66.11.86 ; secretariat@autisme13.fr ; www.autisme13.fr

 

29-30/03/2018

L’autisme à l’âge adulte « pour une vision progressiste et une démarche d’accompagnement inclusive »

Organisateurs : Adapei 79, avec le soutien de l’Arapi, l’Unapei, l’ARS Nouvelle Aquitaine et FREGAt

Lieu : Parc des Expositions de Noron (Niort, 79)

Horaires : 8h-16h30

Tarifs : de 80 à 320 €

Publics : tout public

Détails : 05.49.79.38.62 (Evelyne Riffault), 06.43.01.61.51 (Nathalie Gaillard) ; colloque@adapei79.org

 

06-07/04/2018

Salon international de l’autisme

Conférences, stands, ateliers

Organisateur : association Riau

Lieu : Centre de convention – Disney’s newport bay club – Disneyland Railroad, Avenue Robert Schuman (Chessy, 77)

Horaires : 10h-18h30

Tarifs : de 14 à 28 €

Publics : tout public

Détails : http://salondelautisme4.wixsite.com/salondelautismeparis

 

27-29/04/2018

Congrès international du sommeil pédiatrique : symposium « Sleep and Autism – New developments from bench to bedside »

Intervenants (symposium Autisme) : Thomas BOURGERON (Paris Pasteur), Carmen SCHRODER (CNRS UPR 3212, Strasbourg), Emma SCIBERRAS et Jane MCGILLIVRAY (Melbourne, Australia), Paul GRINGRAS (London, Kings College). Voir aussi : Marion LEBOYER (Paris, Hôpital Albert Chenevier, Université de Paris Est)

Organisateurs : International pediatric sleep association (IPSA), Société française de recherche et médecine du sommeil (SFRMS)

Lieu : Palais des Congrès (75, Paris)

Tarifs : de 150 à 425 $ (~ 125-375 €) ; demi-journée : 75 $ (~ 63 €)

Détails : info@IPSA2018.com : http://ipsa2018.com

 

31/05-01/06/2018

Troubles du spectre de l’autisme : de la neuropsychologie à la neuro-éducation

Organisateurs : AFNA (association francophone de neuropsychologie de l’autisme), en partenariat avec l’Université François Rabelais (unité INSERM U 930), Centre Universitaire de Pédopsychiatrie et Centre de Ressources Autisme Centre & Val de Loire

Lieu : Université François Rabelais – Amphithéâtre 2, Site des Tanneurs (Tours, 37)

Tarifs : de 30 à 170 €

Détails : neuropsy.autisme@gmail.com ; https://afna2017.wordpress.com

 


Semaine de l’épilepsie en Bretagne

Bonjour à toutes et à tous,

L’association EPI Bretagne et tous ses partenaires sont ravis de lancer la Semaine de l’épilepsie en Bretagne à partir du Dimanche 4 février 2018.

Grâce au soutien du Stade Rennais, nous avons la chance de commencer par une mise en lumière de l’épilepsie lors du Match de Football Rennes-Guingamp au Roazhon Park le dimanche 4 février. Le coup d’envoi sera donné par des jeunes de l’association et nous serons présents au Village Animations avant le match.

 

LUNDI 5 FÉVRIER

BREST : Conférence sur Epilepsie et Santé Connectée de 13h30 à 15h30

RENNES : Conférence sur Epilepsie et Santé Connectée de 19h à 20h30

MARDI 6 FÉVRIER

  DINAN : Conférence sur Epilepsies et Troubles des Apprentissages de 18h à 20h

MERCREDI 7 FÉVRIER

LORIENT :  Conférence sur Epilepsies, Troubles des Apprentissages et Insertion Professionnelle de 18h à 20h

L’entrée aux conférences est libre mais les places étant limitées il est recommandé de s’inscrire par mail conference.epi@gmail.com

Ces conférences tout public, qui incluent patients, proches mais aussi professionnels du sanitaire et du médico-social, pouvoirs publics, etc. sont riches d’information pour tous les participants qui peuvent ainsi échanger sur les besoins créés par cette maladie et les pistes pour mieux y faire face.

Stands d’information au cours de la semaine dans les Centres Hospitaliers de Brest, Rennes, Lorient, St-Brieuc, Pontivy et au Pôle St-Hélier à Rennes.

Pour plus d’information, visiter notre site www.epibretagne.org

Avec tous nos remerciements pour votre soutien

L’équipe EPI Bretagne

 

 

 

 


Maison du handicap. Personnels indisponibles

Le Télégramme – Finistère – 23 janvier 2018

Les professionnels de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) seront indisponibles du lundi 29 janvier au vendredi 2 février inclus. Ils travaillent à la résorption du retard dans le traitement des dossiers.

 

L’accueil physique de la MDPH, à Quimper, sera maintenu, ainsi que l’accueil téléphonique pour les questions d’ordre général.

 

Tél. 02.98.90.50.50, de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 16h30. Mail : contact@mdph29.fr

 

 


Informations sur les demandes de PCH à partir du 1er janvier 2018

 

Courrier MDPH du 21.12.17 (1)


Résultat de recherche d'images pour "CAF Vie de familles"

 

http://f.mailer1.ext.caf.fr/o/?s=15A9-CC32A6-1FA0-4050ff21-9B

 


Agenda Autisme Bretagne – Janvier 2018

 

Bonjour,

Voici l’agenda des évènements concernant l’autisme en Bretagne (tels que recensés par le CRA).

Cet inventaire non exhaustif se concentre prioritairement sur la région Bretagne. Pour plus d’évènements hors Bretagne, vous pouvez consulter les autres CRA français, répertoriés sur notre site à https://www.cra.bzh/le-reseau/autres-centres-de-ressources

N’hésitez pas à nous envoyer toute information sur un évènement futur. La marche à suivre et le formulaire de demande de diffusion sont disponibles sur notre site Internet : https://www.cra.bzh/agenda

L’Unité d’Appui et de Coordination du CRA est ouverte pour répondre à vos demandes du lundi au vendredi, et le 1er samedi du mois.

 

 


Causeries de l’Association Don Bosco

Bonjour,

Les prochaines Causeries de l’Association Don Bosco se tiendront le vendredi 9 février 2018 à 14h (accueil dès 13h30) au Family à Landerneau sur le thème :

« Oser la rencontre au risque de s’attacher : une juste distance pour prendre soin… »

Avec  Laurence DAVOUST, Sociologue.

 

« Oser la rencontre… au risque de s’attacher… Tel est l’intitulé que nous avons retenu pour ces causeries, après avoir longuement décliné le verbe aimer à tous les temps de la relation sociale…

De quoi est constituée la relation à l’autre dans le cadre du travail social ? L’accueil et l’accompagnement de l’autre supposent-ils de l’aimer ? Voici posées les questions qui ont animé le groupe de travail en charge de préparer ce temps fort annuel de l’Association Don Bosco.

Ce sont indéniablement les thèmes liées à l’attachement et à l’amour qui sont ici centraux, et, en lien étroit, celui de “la juste distance” pour accompagner. La situation de vulnérabilité de certaines personnes accueillies rend plus complexe cette thématique et oblige chacun à réfléchir à la place qu’il occupe dans la relation. Les besoins affectifs sont avérés : leur satisfaction est une condition essentielle de l’épanouissement humain. Mais jusqu’où vont ces liens fondateurs que l’on tisse avec celles et ceux dont on prend soin dans le cadre son travail ?”

 

N’hésitez pas à diffuser l’information.

Pour vous inscrire à la Causerie : https://goo.gl/forms/yg4TzPz4OlOCLENh2

Entrée libre & gratuite

 

Joyeuses fêtes et à l’année prochaine !

 

Françoise RIVIER

 

www.donbosco.asso.fr

 

 


 

Pour information aux représentants des usagers de Bretagne :

Mail diffusé aux associations membres du CISS Bretagne,

 

Après de long mois à mettre en œuvre la procédure de fusion-absorption dans France Assos Santé, nous arrivons à la fin de nos missions.

 

Nous, associations membres, avons validé le traité de fusion en AG extraordinaire le 14 décembre et donc accepté définitivement le passage à France Assos Santé Bretagne au 1er janvier 2018.

La vie du CISS Bretagne se termine donc le 31 décembre 2017.

 

C’est l’heure du bilan

C’est avec nostalgie que je vous écris ce message, car le CISS Bretagne depuis sa création en 2005, avec ses 80 associations adhérentes,
>
ses administrateurs successifs, ses quatre présidents, ses salariés, a beaucoup œuvré à la défense des usagers du système de santé.

Il est aujourd’hui reconnu pour ses compétences et sa représentativité : son intégration au CESER Bretagne vient d’être officialisée fin décembre.

Mais, confiant en l’avenir et croyant à la mobilisation active de chacun, je reste persuadé que nous saurons continuer à défendre ces usagers même sous une autre appellation.

Une page se tourne mais le livre n’est pas terminé et nous devons continuer l’écriture.

France Assos Santé a réuni les associations souhaitant et pouvant faire partie de sa délégation régionale : France Assos Santé Bretagne le 18 décembre en assemblée régionale constitutive.

Un comité régional et un bureau ont été élu. Nous ne manquerons pas de vous transmettre la liste des membres lorsqu’elle sera validée par le bureau National.

 

Merci pour toutes ces années de travail collectif, de partage, de confiance et d’engagement.

Toutefois, il faut avoir présent à l’esprit les urgences qui nous attendent dès le tout début janvier 2018 :

. Un changement de siège pour le collectif ;

. l’embauchage indispensable de salarié(s) supplémentaire(s)

. Les travaux de révision du PRS 2018 / 2022 (21 groupes de travail) ;

. L’organisation de débats pour la révision de la loi bioéthique entre le 11 février et le 31 mars ;

. La définition d’une stratégie nationale à décliner régionalement ;

. La participation à la diffusion d’une culture de pertinence des soins et de la prévention en santé (Stratégie Nationale de Santé) ;

. Et bien entendu, la mise en place d’un nouveau fonctionnement.

D’autres sollicitations ont été mises en attente faute de moyens : EHESP, Fac de médecine, formations dans des groupes d’établissements médico-sociaux, …

En attendant l’implication de chacun, je vous souhaite à tous une bonne fin d’année.

 

Hubert Stéphan

CISS Bretagne 1, square de Macédoine  35 200 Rennes

02 99 53 56 79  / 06 48 54 41 00

 

Le site du CISS Bretagne :

http://www.lecissbretagne.org/  

 

Une question juridique ou sociale liée à la santé ?

                                               >>>>>  Santé Info Droits : 01 53 62 40 30 <<<<<

 


Participation de Luc Gateau à une émission sur Public Sénat

 

 

 


Agenda Autisme Bretagne – Décembre 2017

Bonjour,

Voici l’agenda des évènements concernant l’autisme en Bretagne (tels que recensés par le CRA).

Cet inventaire non exhaustif se concentre prioritairement sur la région Bretagne. Pour plus d’évènements hors Bretagne, vous pouvez consulter les autres CRA français, répertoriés sur le site www.autismes.fr.

N’hésitez pas à nous envoyer toute information sur un évènement futur. La marche à suivre et le formulaire de demande de diffusion sont disponibles sur notre site Internet : https://www.cra.bzh/agenda

L’Unité d’Appui et de Coordination du CRA est ouverte pour répondre à vos demandes du lundi au vendredi, et le 1er samedi du mois.

 

Evènements Autisme Bretagne Décembre 2017

 


La carte mobilité inclusion destinée aux personnes handicapées et aux personnes âgées en perte d’autonomie

Handicap.gouv.fr – le 16.01.17

 

Handicap et dépendancePersonnes handicapées

Les personnes handicapées et les personnes âgées en perte d’autonomie peuvent obtenir une carte mobilité inclusion (CMI) destinée à leur faciliter la vie quotidienne. En fonction de la situation et des besoins de la personne, cette carte peut porter une ou plusieurs des mentions suivantes : « invalidité », « priorité pour personnes handicapées » et « stationnement pour personnes handicapées ».

 

À SAVOIR

La carte mobilité inclusion (CMI), annoncée lors de la Conférence nationale du handicap (CNH) de décembre 2014et confirmée lors de la CNH de mai 2016, se substitue à 3 cartes : la carte d’invalidité, la carte de priorité et la carte de stationnement.

Cette nouvelle carte doit permettre :

·         l’amélioration du service rendu à l’usager, par la simplification de ses démarches,

·         la sécurisation des cartes, désormais délivrées par l’Imprimerie Nationale. Élaborée au format carte bancaire, la CMI, sécurisée et infalsifiable, se substitue progressivement à compter du 1er janvier 2017, aux anciennes cartes destinées aux personnes handicapées et aux personnes âgées en perte d’autonomie : carte d’invalidité, carte de priorité et carte de stationnement. Des mesures transitoires sont toutefois prévues, dans les conditions indiquées ci-dessous.

 

À qui s’adresse la carte mobilité inclusion (CMI) ?

La carte mobilité inclusion (CMI) peut être attribuée :

aux personnes qui remplissent les conditions de handicap ou de perte d’autonomie mentionnées ci-dessous,

aux organismes (personnes morales) qui utilisent un véhicule destiné au transport collectif de personnes handicapées, s’agissant de la mention « stationnement pour personnes handicapées ». Dans ce cas, la CMI stationnement est délivrée par le représentant de l’État dans le département. Les dispositions applicables figurent à l’article R. 241-21 du code de l’action sociale et des familles, auquel on se reportera.

 

La carte de stationnement est maintenue pour les personnes relevant du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre atteintes d’un handicap qui réduit de manière importante et durable leur capacité et leur autonomie de déplacement à pied ou qui impose qu’elles soient accompagnées par une tierce personne dans leurs déplacements. Le représentant de l’État dans le département continue de délivrer la carte de stationnement après instruction par le service départemental de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC) de leur lieu de résidence. Les dispositions applicables figurent aux articles R. 241-20 à R. 241-20-3 du code de l’action sociale et des familles, auxquels on se reportera. Dans ce cas, la carte est établie selon le modèle fixé par l’arrêté du 29 décembre 2016

 

Quelles sont les mentions qui peuvent figurer sur la carte mobilité inclusion ?

 

Les mentions portées sur la CMI

 

La carte mobilité inclusion peut comporter 3 mentions :

La mention « invalidité » est attribuée à toute personne dont le taux d’incapacité permanente est au moins de 80 % ou qui a été classée en invalidité dans la 3ème catégorie. La mention « invalidité » peut être complétée par les sous mentions « besoin d’accompagnement » ou « besoin d’accompagnement – cécité » (voir ci-dessous).

 

La mention « invalidité » de la CMI peut être « surchargée » de la sous mention « besoin d’accompagnement » :

1° Pour les enfants ouvrant droit au 3e, 4e, 5e ou 6e complément de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé. www.caf.fr/aides-et-services/s-informer-sur-les-aides/petite-enfance/l-allocation-d-education-de-l-enfant-handicape-aeeh-12

2° Pour les adultes qui ouvrent droit ou qui bénéficient de l’élément « aides humaines » de la prestation de compensation du handicap (PCH) ou qui perçoivent, d’un régime de sécurité sociale, une majoration pour avoir recours à l’assistance d’une tierce personne ou la prestation complémentaire de recours à une tierce personne, ou qui perçoivent l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), ou qui bénéficient de l’allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP). Cette sous mention « besoin d’accompagnement » atteste de la nécessité pour la personne handicapée d’être accompagnée dans ses déplacements.

La sous mention « cécité » est également apposée dès lors que la vision centrale de la personne handicapée est inférieure à un 20e de la normale.

 

La mention « priorité pour personnes handicapées » est attribuée à toute personne atteinte d’une incapacité inférieure à 80 % rendant la station debout pénible.

 

La mention « stationnement pour personnes handicapées » est attribuée à toute personne atteinte d’un handicap qui réduit de manière importante et durable sa capacité et son autonomie de déplacement à pied ou qui impose qu’elle soit accompagnée par une tierce personne dans ses déplacements.

 

Seules les mentions « invalidité » et « priorité pour personnes handicapées » ne sont pas cumulables.

Une même personne peut donc bénéficier des mentions :

  • « invalidité » et « stationnement pour personnes handicapées »
  • « priorité » et « stationnement pour personnes handicapées » Elle recevra alors 2 cartes.

 

À quoi ressemble la carte mobilité inclusion

 

La CMI rassemble 3 cartes qui avaient des formats différents. Son modèle est fixé par l’arrêté du 28 décembre 2016

La CMI comprend ainsi 2 formats différents :

  • La CMI « invalidité » ou « priorité pour personnes handicapées » (ces 2 mentions ne sont pas cumulables), que le bénéficiaire (ou la personne qui l’accompagne) garde avec lui pour faire droit à la priorité.
  • La CMI « stationnement pour personnes handicapées » que le bénéficiaire (ou son proche) appose à l’intérieur du véhicule utilisé, contre le pare-brise.

Un spécimen de la CMI peut être visualisé sur le site de l’imprimerie Nationale

 

Quels sont les droits ouverts par chaque mention ?

 

Chaque mention portée sur la CMI permet au titulaire de la carte de bénéficier d’un certain nombre de droits ou d’avantages.

La mention « invalidité » permet notamment d’obtenir une priorité d’accès aux places assises dans les transports en commun, dans les espaces et salles d’attente ainsi que dans les établissements et les manifestations accueillant du public, tant pour son titulaire que pour la personne qui l’accompagne dans ses déplacements. Elle permet également d’obtenir une priorité dans les files d’attente.

La mention « priorité » permet d’obtenir une priorité d’accès aux places assises dans les transports en commun, dans les espaces et salles d’attente ainsi que dans les établissements et les manifestations accueillant du public. Elle permet également d’obtenir une priorité dans les files d’attente.

La mention « stationnement pour personnes handicapées » permet à son titulaire ou à la tierce personne l’accompagnant d’utiliser, à titre gratuit et sans limitation de la durée de stationnement, toutes les places de stationnement ouvertes au public (et pas seulement les places réservées aux personnes handicapées, comme cela était le cas avant l’entrée en vigueur – le 18 mai 2015 – de la loi du 18 mars 2015). Toutefois, les autorités compétentes en matière de circulation et de stationnement peuvent fixer une durée maximale de stationnement qui ne peut être inférieure à 12 heures. Cette mention permet, dans les mêmes conditions, de bénéficier des autres dispositions qui peuvent être prises en faveur des personnes handicapées par les autorités compétentes en matière de circulation et de stationnement. Ainsi, les autorités compétentes en matière de circulation et de stationnement peuvent prévoir que, pour les parcs de stationnement disposant de bornes d’entrée et de sortie accessibles aux personnes handicapées depuis leur véhicule, les titulaires de cette mention sont soumis au paiement de la redevance de stationnement en vigueur.

 

La CMI comportant la mention « stationnement pour personnes handicapées » est apposée en évidence à l’intérieur et fixée contre le pare-brise du véhicule utilisé pour le transport de la personne handicapée, de manière à être contrôlée aisément par les agents habilités à constater les infractions à la réglementation de la circulation et du stationnement. Elle est retirée dès lors que la personne handicapée n’utilise plus le véhicule.

 

La CMI portant la mention « invalidité » permet également de bénéficier, notamment :

  • de divers avantages fiscaux, pour le titulaire de la carte (par exemple, bénéfice, sous conditions, d’une demi-part supplémentaire pour le calcul de l’impôt sur le revenu) ou ses proches (par exemple, les personnes titulaires de cette carte sont considérées comme étant à charge du contribuable qui les accueille sous son toit),
  • de différents avantages commerciaux accordés, sous certaines conditions, par exemple dans les transports (RATP, SNCF, Air France).

 

L’usage indu de la carte mobilité inclusion comportant les mentions « invalidité » ou « stationnement pour personnes handicapées » est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 5ème classe (1 500 euros au plus). La récidive de la contravention est réprimée conformément à l’article 132-11 du code pénal

 

Quelle est la procédure ?

 

Demande de CMI

 

La demande de carte mobilité inclusion est adressée à la maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Elle est constituée des pièces mentionnées à l’article R. 241-12 du code de l’action sociale et des familles dont, notamment, un certificat médical conforme à un modèle réglementaire. Toutefois, les personnes qui sollicitent la mention « invalidité » de la CMI, titulaires d’une pension d’invalidité de 3e catégorie fournissent, à la place du certificat médical, un justificatif attestant de l’attribution d’une pension d’invalidité de 3e catégorie.

 

Instruction de la demande et décision

 

Sous réserve des cas particuliers mentionnés ci-dessous, la demande de CMI donne lieu à une évaluation par l’équipe pluridisciplinaire (mentionnée à l’article L. 146-8 du code de l’action sociale et des familles) de la MDPH. Celle-ci peut, le cas échéant, dans le cadre de son instruction, convoquer le demandeur afin d’évaluer sa capacité de déplacement.

Pour l’attribution de la mention « priorité pour personnes handicapées » ou de la mention « invalidité » :

  • le taux d’incapacité permanente est apprécié en application du guide-barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées figurant à l’annexe 2-4 au code de l’action sociale et des familles,
  • la pénibilité à la station debout est appréciée par l’équipe pluridisciplinaire en fonction des effets de son handicap sur la vie sociale du demandeur, en tenant compte, le cas échéant, des aides techniques auxquelles il a recours. Pour l’attribution de la mention « stationnement pour personnes handicapées », l’arrêté du 3 janvier 2017 définit les modalités d’appréciation d’une mobilité pédestre réduite et de la perte d’autonomie dans le déplacement individuel, en tenant compte notamment de la limitation du périmètre de marche de la personne ou de la nécessité pour celle-ci de recourir systématiquement à certaines aides techniques ou à une aide humaine lors de tous ses déplacements à l’extérieur.

 

  • Après instruction de la demande, l’appréciation portée par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH)est transmise au président du conseil départemental. La carte est délivrée par le président du conseil départemental au vu de cette appréciation.
  • La fabrication de la carte est confiée à l’Imprimerie nationale. La carte est expédiée directement au domicile de son titulaire.
  • A compter du 2e trimestre 2017, un téléservice, mis en place par l’Imprimerie nationale, permettra au bénéficiaire de la CMI de suivre les étapes de délivrance de la carte. Il permet également au bénéficiaire de transmettre sa photographie par voie dématérialisée.
  • Le silence opposé à une demande de CMI vaut décision de rejet à l’issue d’un délai de quatre mois. Cette disposition, issue du décret du 6 avril 2017 cité en référence, s’applique aux demandes présentées à compter du 8 avril 2017.

 

Procédure pour les demandeurs et les bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA)

 

Dans la continuité de l’article 44 de la loi n° 2015-1776 « relative à l’adaptation de la société au vieillissement », l’article 107 de la loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 « pour une République numérique » a repris et poursuivi l’effort de simplification en faveur des personnes âgées.

Ainsi, le président du conseil départemental délivre la CMI comprenant les mentions « invalidité » et « stationnement pour personnes handicapées » à titre définitif aux personnes âgées qui en font la demande et qui sont classées en GIR 1 ou 2 de la grille AGGIR

En outre, le département peut mettre en place un circuit de demande et d’instruction simplifié pour les demandeurs et bénéficiaires de l’APA. La loi a en effet prévu que le département peut organiser un autre circuit de demande et d’instruction que celui de la MDPH. Dans ce cas, la demande de CMI peut être formulée à l’occasion de la demande d’APA et l’instruction de la demande de CMI « priorité » et « stationnement » peut être réalisée par l’équipe médico-sociale (mentionnée à l’article L. 232-6 du code de l’action sociale et des familles) chargée d’instruire les demandes d’APA au sein du conseil départemental.

Cette procédure permet d’éviter des démarches supplémentaires aux demandeurs ou bénéficiaires de l’APA (demande d’APA auprès du conseil départemental et demande de carte auprès de la MDPH). Cette procédure permet également d’éviter la double évaluation de la situation de la personne (par l’équipe médico-sociale d’une part, et par l’équipe pluridisciplinaire et la CDAPH d’autre part).

 

Duplicata de la CMI et second exemplaire de la CMI stationnement

 

À compter du 1er juillet, en cas de perte, de vol ou de destruction, les bénéficiaires d’une CMI pourront en demander un duplicata directement auprès de l’Imprimerie Nationale, par l’intermédiaire du téléservice mentionné ci-dessus. La fabrication du nouveau titre entraînera l’invalidation de celui qu’il remplacera.

Par ailleurs, par l’intermédiaire de ce même téléservice, à compter du 1er juillet 2017, les bénéficiaires de la mention « stationnement pour personnes handicapées » de la CMI pourront en demander un second exemplaire directement auprès de l’Imprimerie nationale, celui-ci a vocation à répondre à des situations spécifiques, telle que celle de parents séparés d’un enfant handicapé ouvrant droit à cette carte.

 

Quelle est la durée de validité de la CMI ?

 

La CMI est attribuée à compter de la date de la décision du président du conseil départemental. En cas de renouvellement des droits, elle est attribuée à compter de la date de la demande ou de la date de fin de validité des droits, si cette date est postérieure à la demande.

La CMI peut être attribuée à titre définitif ou pour une durée déterminée. Lorsque la CMI est attribuée pour une durée déterminée, cette dernière ne peut être inférieure à un an, ni excéder vingt ans.

 

Dans quelles conditions la carte mobilité inclusion se substitue-t-elle aux anciennes cartes destinées aux personnes handicapées ?

Une période transitoire entre le 1er janvier et le 30 juin 2017

 

La carte mobilité inclusion se déploie progressivement dans les départements à compter du 1er janvier 2017. Les demandes de carte en cours d’instruction au 1er janvier 2017 pourront donner lieu à la délivrance de la carte mobilité inclusion, dès lors que les conditions en sont remplies. Cela veut dire également que les départements qui n’ont pas basculé dans la CMI pourront continuer de délivrer les cartes antérieures (cartes de priorité, d’invalidité et de stationnement) et ceci jusqu’au 30 juin 2017. À partir du 1er juillet 2017, tous les départements délivreront la CMI.

 

 

Validité des anciennes cartes d’invalidité, de priorité et de stationnement

Les cartes délivrées dans le cadre de la législation antérieure, demeurent valables jusqu’à leur date d’expiration et, au plus tard, jusqu’au 31 décembre 2026.

 

Pour les personnes titulaires à titre définitif de l’une de ces anciennes cartes, ces cartes demeurent également valable jusqu’au 31 décembre 2026. Ces personnes pourront demander la CMI auprès de la maison départementale des personnes handicapées, ou le cas échéant, du conseil départemental. Cette substitution sera de droit (automatique).

Si le titulaire d’une ancienne carte la perd ou se la fait voler avant sa date d’expiration, il doit demander une nouvelle carte de format CMI à la MDPH ou au conseil départemental. Son attribution sera de droit.


La carte mobilité inclusion : questions/réponses

Handicap.gouv.fr – le 28.11.17

Depuis le 1er janvier 2017, la carte mobilité inclusion (CMI) remplace progressivement les traditionnelles cartes d’invalidité, de priorité et de stationnement pour personnes handicapées. Elle s’adresse aux personnes invalides ou âgées en perte d’autonomie.

 

1) Qui peut l’obtenir ?

Se présentant sous le même format qu’une carte de crédit, la nouvelle carte mobilité inclusion (CMI), sécurisée et infalsifiable va se substituer, très progressivement aux anciennes cartes d’invalidité, de priorité et de stationnement.

  • La CMI peut comporter trois mentions : « invalidité », « priorité », « stationnement ». Le type et le nombre de mentions indiquées sur la carte varient selon la situation du bénéficiaire. Ainsi, il peut se voir attribuer une CMI mention invalidité, une CMI mention priorité, une CMI mention stationnement ou bien une CMI mentions priorité et stationnement ou encore une CMI mentions invalidité et stationnement (dans ces deux derniers cas, la personne reçoit deux cartes, dont l’une est spécifique pour le stationnement).
  • Pour qui ? La CMI s’adresse aux personnes invalides ou âgées et en perte d’autonomie.
  • La CMI mention « invalidité » est attribuée aux personnes ayant un taux d’incapacité d’au moins 80 % ou aux personnes bénéficiant d’une pension d’invalidité de 3e catégorie.

Une sous mention « besoin d’accompagnement » peut être indiquée sur la carte dans certains cas (par exemple : pour les enfants ouvrant droit au 3e, 4e, 5e ou 6e complément de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé).

Une sous mention « cécité » est également apposée dès lors que la vision centrale de la personne handicapée est inférieure à 1/20e de la normale.

  • La CMI mention « priorité » est attribuée aux personnes ayant un taux d’invalidité inférieur à 80%, mais pour lesquelles la station debout est pénible ;
  • La mention « stationnement » est attribuée aux personnes atteintes d’un handicap réduisant sensiblement leur capacité de déplacement à pied ou qui impose qu’elle soit accompagnée dans ses déplacements.

 

Les personnes âgées qui sollicitent ou bénéficient déjà de l’APA peuvent demander une CMI qui leur sera attribuée en fonction de leur perte d’autonomie.

 

A savoir ! Depuis le 1er janvier 2017, la carte mobilité inclusion (CMI) se déploie progressivement sur tout le territoire au gré des nouvelles demandes ou des renouvellements de carte d’invalidité ou de priorité, à durée limitée. Les anciennes cartes restent valables jusqu’à leur date d’expiration et au plus tard jusqu’au 31 décembre 2026 (pour les cartes permanentes).

 

2) A quoi sert-elle ?

La mention « invalidité » ou « priorité » permet d’obtenir une priorité d’accès :

aux places assises dans les transports en commun,

dans les espaces et salles d’attente,

dans les établissements et les manifestations accueillant du public,

dans les files d’attente…

 

A savoir ! La CMI portant la mention « invalidité » ouvre droit également, sous certaines conditions, à divers avantages fiscaux (par exemple : demi-part supplémentaire pour le calcul de l’impôt sur le revenu), ou à des avantages commerciaux comme, par exemple, dans les transports (RATP, SNCF, Air France)…

 

  • La mention « stationnement pour personnes handicapées » permet à son titulaire, mais aussi à la personne qui l’accompagne, de se garer, gratuitement et sans limitation de durée, sur toutes les places de stationnement ouvertes au public (et pas seulement sur les places réservées aux personnes handicapées). Attention toutefois :

une durée maximale de stationnement peut être prévue sans pouvoir être inférieure à 12 heures ;

les parkings disposant de bornes d’entrée et de sortie accessibles aux personnes handicapées depuis leur véhicule, peuvent être payants (au tarif normal) également pour les titulaires de la carte.

 

3) Comment l’utiliser ?

  • Le titulaire d’une CMI « invalidité » ou « priorité »(ces 2 mentions ne sont pas cumulables), doit la garder sur lui, lorsqu’il se déplace, afin de pouvoir la présenter pour obtenir une place assise dans les transports en communs ou encore pour « couper » une file d’attente…
  • Le titulaire d’une CMI « stationnement pour personnes handicapées »doit l’apposer contre le pare-brise à l’intérieur du véhicule utilisé (il peut s’agir de sa propre voiture ou de celle du proche qui l’accompagne). Elle doit être placée de manière très visible puis retirée dès lors que la personne handicapée n’utilise plus le véhicule.
  • Fraude sévèrement punie. L’usage indu de la CMI comportant les mentions « invalidité » ou « stationnement pour personnes handicapées » est puni d’une amende de 5e classe (jusqu’à 1 500 euros).

 

4) Quelle durée de validité ?

La nouvelle carte mobilité inclusion (CMI) peut être attribuée à titre définitif ou pour une durée déterminée (dans ce cas, sa durée de validité ne peut pas être inférieure à un an, ni excéder 20 ans).

Quand passer de l’ancienne à la nouvelle carte ?

  • Les personnes titulaires d’une carte d’invalidité, de priorité ou de stationnement à durée limitée peuvent les utiliser jusqu’à la fin de leur date de validité. Elles devront demander une CMI avant cette date d’expiration.
  • Celles qui possèdent une carte européenne de stationnement ou une carte d’invalidité à durée définitive doivent faire une demande de CMI avant le 30 décembre 2026. Leurs anciennes cartes ne seront plus valables à compter de cette date.

 

5) Comment l’obtenir ?

La demande de carte mobilité inclusion (CMI) se fait à l’aide d’un formulaire à adresser à la maison départementale des personnes âgées. Doit notamment être joint un certificat médical ou, pour la CMI mention « invalidité », un justificatif attestant du versement d’une pension d’invalidité de 3e catégorie.

  • Après instruction, si le droit est ouvert, la carte est délivrée par le président du conseil départemental.
  • Pour les personnes âgées, la demande peut également être formulée en même temps que la demande d’allocation personnalisée d’autonomie (APA).
  • La fabrication de la carte est confiée à l’Imprimerie nationale. Elle est expédiée directement au domicile de son titulaire.

 

A savoir ! A compter du 2e trimestre 2017, un service Internet, mis en place par l’Imprimerie nationale, permettra au bénéficiaire de la CMI de suivre les étapes de délivrance de sa carte. Il lui permettra également de transmettre sa photo par voie dématérialisée.

 

 


Attention :

les personnes handicapées dont le taux d’incapacité est au moins égal à 80 % ne doivent plus demander l’ASPA à l’âge de la retraite.

 

Certains organismes continuent de transmettre des informations contradictoires qui, si elles sont suivies, peuvent entraîner un changement de régime, désavantageux pour les personnes handicapées.

Depuis le 1er janvier 2017, les allocataires de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH), dont le taux d’incapacité est d’au moins 80 %, peuvent continuer à percevoir l’AAH au-delà de l’âge légal de la retraite (62 ans), en complément de leur pension de retraite pour les personnes ayant travaillé, sans avoir à demander préalablement l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA). Cette disposition, revendiquée de longue date par l’Unapei, a été introduite dans la loi de finances pour 2017.

Cette mesure est applicable aux personnes qui atteignent l’âge de 62 ans à compter du 1er janvier 2017, qu’elles aient ou non travaillé. A contrario, cette mesure ne s’applique pas :

  • aux personnes ayant atteint 62 ans avant cette date.
  • aux personnes dont le taux d’incapacité est compris entre 50 et 79 % pour lesquels les droits à l’AAH s’arrêtent à l’âge de la retraite au profit de l’ASPA.

 

Des courriers CAF qui portent à confusion !

Aujourd’hui, quelques mois avant l’âge légal de la retraite, les CAF transmettent un courrier aux allocataires de l’AAH les informant de la nécessité de « faire valoir leurs droits aux avantages vieillesse », qu’ils aient exercé ou non une activité professionnelle, « avantages qui remplaceront l’AAH ». Or ce n’est pas le cas pour les allocataires de l’AAH dont le taux d’incapacité est égal ou supérieur à 80 % et qui n’ont jamais travaillé (ni pension de retraite ni ASPA). Ces informations confuses conduisent certains allocataires, n’ayant jamais travaillé notamment, à demander l’ASPA.

Pour rappel, l’ASPA est moins avantageuse que l’AAH (allocation récupérable, possibilité de prise d’hypothèque…). Si jamais vous avez fait cette demande, rectifiez là avant de recevoir le premier versement de l’ASPA. Ensuite il ne sera en principe plus possible d’y renoncer au profit de l’AAH.

 

Quelle démarche effectuer ?

Une démarche reste nécessaire à l’âge de la retraite même pour les allocataires de l’AAH dont le taux incapacité est au moins égal à 80 % qui n’ont jamais travaillé (contrairement à ce qui avait été annoncé lors de la réforme). En effet, à ce jour les CAF n’ont pas la possibilité de vérifier que l’allocataire n’a jamais cotisé au régime de retraite de base et peuvent demander à recevoir une attestation de la caisse de retraite du régime général justifiant l’absence d’activité professionnelle. Cette démarche pourrait prochainement ne plus être utile grâce à un rapprochement en cours des données CNAF et CNAV. A suivre…

 

 


Bonjour à toutes et à tous,

Vous trouverez, ci-dessous, la lettre trimestrielle d’information d’ARAMIS relative au Pôle de Compétences et prestations externalisées du Finistère.

L’équipe territoriale est au complet et présente sur les territoires. D’ores et déjà, je suis saisie de plusieurs situations, et en relation directe avec les services de la MDPH pour y donner suite.

Je suis à votre disposition pour présenter à vos équipes le PCPE 29 mais aussi pour évoquer avec vous l’organisation ( ex: la saisine du PCPE) en cas de situations critiques.

Le PCPE est un dispositif basé sur le partenariat. C’est pourquoi, vous trouverez, ci joint, la convention de Coopération et de partenariat. Je vous remercie de bien vouloir en échanger dans vos associations ou organismes afin de pouvoir nous faire retour de deux exemplaires signés.

Vous pouvez me l’adresser directement à l’adresse suivante:

Samsah – site de Ty Yann, Rue Alain Colas 29200 Brest. 

Nous reviendrons vers vous très rapidement dans le cadre de la mise en place des “stratégies” territoriales (ex : réunion par territoire, définition des champs d’intervention et des modalités de fonctionnement…).

Bien cordialement

 

Hélène ENEZ

Coordinatrice départementale du PCPE 29

Fondation Ildys

Tel : 07 75 11 52 62

Email: helene.enez@ildys.org

 

(Locaux du Samsah – Site de Ty Yann – Rue Alain Colas – BREST)

 

lettre trimestrielle nov 2017

9.11-17 PROJET CONVENTION ARAMIS -PARTENAIRES V3

 


Bonjour,

Voici l’agenda des évènements concernant l’autisme en Bretagne (tels que recensés par le CRA).

Cet inventaire non exhaustif se concentre prioritairement sur la région Bretagne. Pour plus d’évènements hors Bretagne, vous pouvez consulter les autres CRA français, répertoriés sur le site www.autismes.fr.

N’hésitez pas à nous envoyer toute information sur un évènement futur. La marche à suivre et le formulaire de demande de diffusion sont disponibles sur notre site Internet : https://www.cra.bzh/agenda

 

Vous pouvez nous contacter pour confirmer que vous souhaitez continuer à recevoir ces envois, ou pour demander à ne plus les recevoir, à doc@cra.bzh.

 

L’Unité d’Appui et de Coordination du CRA est ouverte pour répondre à vos demandes du lundi au vendredi, et le 1er samedi du mois.

 

Formations

 

10-11/06, 01-02/07, 14-15/10, 16-17/12/2017

Soutien scolaire spécifique

Education sensorielle (juin), Notion de temps et Conjugaison (juillet), Vocabulaire et Compréhension de lecture (octobre), Production d’écrits et Compréhension de lecture (décembre)

Intervenant : Véronique MALLEJAC (formatrice Epsilon à l’école (ABA – Montessori))

Organisateur : Autisme Trégor Goëlo, Epsilon à l’école

Lieu : Lannion (22)

Tarif : de 10 à 50€ par jour

Public : parents, enseignants, AESH / EVS, autres professionnels

Détails : www.epsilonalecole.com

 

08 & 15/11/2017

Tenir compte de la pensée autistique

Intervenant : Véronique MALLEJAC (formatrice Epsilon à l’école (ABA – Montessori))

Organisateur : Fédération des pupilles de l’enseignement public (PEP 29), FISSA Autisme

Lieu : Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) – Centre Hospitalier de Morlaix – 15 rue de Kersaint Gilly (Morlaix, 29)

Horaire : 14h-17h

Tarif : gratuit, sur inscription à fissa.autisme@gmail.com ou camsp-morlaix.dir@pep29.org ; les personnels de l’EN peuvent inclure ces heures de formation dans leurs heures de formation continue obligatoire sur demande à l’IEN Handicap / leur chef d’établissement / le service AVS de la DSDEN (public), la DDEC (privé), la direction pédagogique (Diwan)

Public : professionnels du monde éducatif (enseignant(e)s, AVS/EVS/AESH, personnels éducatifs, ATSEM…), infirmières, familles (150 places)

Détails : fissa.autisme@gmail.com ; camsp-morlaix.dir@pep29.org

 

20-21/11 & 04-06/12/2017

Accompagner une personne avec autisme au quotidien (Action collective nationale)

Intervenant : formateur de Formavision

Organisateur : UNIFAF Bretagne

Lieu : Brest

Tarif : coûts pédagogiques pris en charge

Public : Tout professionnel d’un établissement adhérant d’UNIFAF intervenant depuis plus de 6 mois auprès des enfants, adolescents ou adultes avec autisme

(aides médico-psychologiques, moniteurs-éducateurs, moniteurs d’atelier, aides-soignants, éducateurs spécialisés, éducateurs de jeunes enfants, éducateurs techniques, paramédicaux, psychologues, médecins…)

Détails : 02 23 440 440 ; bretagne@unifaf.fr (UNIFAF)

09 53 94 35 52 ; contact@formavision-autisme.com (Formavision – Florence BOUY)

http://formationscollectives.unifaf.fr/bretagne/461/actions-collectives-nationales-2017/accompagner-une-personne-avec-autisme-au-quotidien-2017

 

02-03/12/2017

Enseigner la communication

Intervenant : Ghadeer AL BARGHOUTHY (consultante indépendante, certifiée BCBA en ABA)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-17h

Tarif : de 120 à 310 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

13-15/12/2017 (formation originellement prévue le 26-28/04/2017)

Autisme et accompagnement adapté au travail

Intervenant : Charles DURHAM (psychologue, formateur EDI)

Organisateur : association Autisme Côte d’Emeraude

Lieu : Saint Malo (35)

Tarifs : 250 € pour les professionnels ; voir bientôt conditions sur le blog autismeemeraude.canalblog.com pour les parents

Public : tout public

Détails : 06.10.59.83.14 ; delphineleprince@orange.fr ; http://autismeemeraude.canalblog.com

 

03-04/02/2018

La psychomotricité

Intervenant : Margot SCARINGELLA (psychomotricienne ; formatrice Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-17h

Tarif : de 120 à 310 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

21-22/04/2018

L’Analyse Appliquée du Comportement (ABA)

Intervenant : Ghadeer AL BARGHOUTHY (consultante indépendante, certifiée BCBA en ABA)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-17h

Tarif : de 120 à 310 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

09-10/03/2018

Apprendre à lire et à écrire

Intervenant : Véronique MALLEJAC (formatrice Epsilon à l’école (ABA – Montessori))

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-17h

Tarif : de 120 à 310 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

09-10/04/2018

PECS (niveau 1)

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Rennes (35)

Tarifs : de 250 à 450 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

11-13/04/2018

ABA fonctionnel

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Rennes (35)

Tarifs : de 340 à 390 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

16-17/04/2018

PECS (niveau 1)

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Quimper (29)

Tarifs : de 250 à 450 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

18-20/04/2018

ABA fonctionnel

Organisateur : Pyramide-France

Lieu : Quimper (29)

Tarifs : de 340 à 390 €

Public : tout public

Détails : http://www.pecs-france.fr

 

Colloques – Conférences – Sensibilisation

 

04/11/2017

Education sensorielle – Atelier

Intervenant : Eva BESNARD (intervenante en soutien scolaire spécifique, en cours de certification Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-12h

Tarif : de 30 à 55 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

07/11/2017

Ciné-débat – Documentaire « TED à l’école »

Intervenants : débat animé par les professionnels accompagnant les enfants

Organisateur : Fédération des pupilles de l’enseignement public (PEP 29), FISSA Autisme

Lieu : Espace Culturel « Le Roudour » (Saint Martin des champs, 29)

Horaire : 20h30

Tarif : entrée libre

Public : tout public

Détails : fissa.autisme@gmail.com ; camsp-morlaix.dir@pep29.org

 

09/11/2017

Evolution et diversité des publics accueillis en ESAT

Journée régionale des personnels des ESAT

Organisateur : CREAI Bretagne, avec la participation de l’ARS Bretagne

Lieu : Palais des Congrès – Place des Ducs de Rohan (Pontivy, 56)

Horaire : 9h-17h

Tarif : de 100 à 120 €

Public : professionnels du médico-social

Détails : http://www.creai-bretagne.org

 

30/11/2017

Déficience(s) intellectuelle(s) : expertise collective et nouvelles coopérations

Journée interrégionale

Organisateur : CREAI Bretagne, CREAI Pays de la Loire, filières de santé nationales DéfiScience et AnDDi-Rares

Lieu : Espace Beausoleil (Pont Péan, 35)

Tarifs : 120 €

Détails : www.creai-bretagne.org

 

09/12/2017

Notion de temps – Atelier

Intervenant : Béatrice GORRIZ (intervenante en soutien scolaire spécifique, en cours de certification Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-12h

Tarif : de 30 à 55 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

20/01/2018

Compter jusqu’à 10 – Atelier

Intervenant : Eva BESNARD (intervenante en soutien scolaire spécifique, en cours de certification Epsilon à l’école)

Organisateur : association Asso Mathi

Lieu : Rennes (35)

Horaires : 9h-12h

Tarif : de 30 à 55 € (adhésion obligatoire : 10 €)

Public : Parents, AVS, professionnels de l’enseignement / médico-social / santé…

Détails : contact@assomathi.com ; http://assomathi.com

 

Arts et loisirs

 

04/11/2017

Cinéma adapté Morlaix – « Dans un recoin de ce monde »

Organisateur : association Autisme Asperger Echanges, cinéma La Salamandre

Lieu : Cinéma La Salamandre – rue Eugène Pottier (Morlaix, 29)

Horaire : 15h30

Tarif : 5,50 € pour tous

Détails : 07.87.56.86.40 ; morlaix@cinemadifference.com ; www.cinemadifference.com/Morlaix.html

 

Cafés rencontre associatifs

 

ABA Ille et Vilaine

Ludothèque et café-rencontre

Lieu : 81 bd Albert 1er (Rennes, 35)

Dates : 1er samedi de chaque mois ; 04/11, 02/12 ; 2018 : 06/01, 03/02, 03/03, 07/04, 05/05, 02/06, 07/07

Détails : 06.52.57.79.02 ; http://aba-illeetvilaine.org

 

Ce document recense les rencontres dont les dates sont connues. Pour plus d’informations, les associations d’usagers bretonnes sont recensées sur notre site Internet : https://www.cra.bzh/le-reseau/associations-d-usagers-et-de-familles

 

Et ailleurs… – Sélection

 

10/11/2017

Journée Recherche du CST de l’ANCRA

Organisateur : Association nationale des CRA (ANCRA), Centre Ressources Autisme Provence Alpes Côtes d’Azur

Lieu : Amphi TOGA – Faculté de Médecine d’Aix-Marseille (Marseille, 13)

Tarifs : 30 € (professionnels) ; inscription gratuite et obligatoire pour personnes avec autisme, familles et étudiants

Détails : Mme Véronique FRANC (vfranc@ap-hm.fr / 04 91 74 46 82) ou Mme Céline AMOROSO (celine.amoroso@ap-hm.fr / 04 91 74 54 39) ; https://sites.google.com/site/centreressourcesautismepaca

 

09/12/2017

Une société inclusive, c’est aussi pour les personnes avec autisme : « Si vous m’aidez, je peux y arriver »

Congrès 2017 d’Autisme France

Organisateur : Autisme France

Lieu : Amphithéâtre Bleu – Palais des Congrès de Paris (75)

Tarifs : de 30 à 60 €

Publics : tout public

Détails : 04.93.46.01.77 ; autisme.france@wanadoo.fr ; www.autisme-france.fr


Le handicap mental : sa définition

 

La définition du handicap mental

Pour l’Unapei, le handicap mental est d’abord la conséquence sociale d’une déficience intellectuelle.

 

Bien que le handicap prenne souvent une place importante dans leur vie et dans celle de leurs proches, les personnes handicapées mentales sont avant tout des individus qui ont besoin d’être entourés, de travailler quand ils le peuvent, d’avoir des loisirs… Bref, de vivre le plus possible avec et parmi les autres.

Pour élaborer une définition comme pour mener ses actions, l’Unapei considère d’abord la personne avant d’y associer la notion de handicap.

 

La définition du handicap mental

L’expression « handicap mental » qualifie à la fois une déficience intellectuelle (approche scientifique) et les conséquences qu’elle entraîne au quotidien (approche sociale et sociétale).

Le handicap mental se traduit par des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de conceptualisation, de communication, de décision, etc.

Ces difficultés doivent être compensées par un accompagnement humain, permanent et évolutif, adapté à l’état et à la situation de la personne.

C’est à la solidarité collective qu’il appartient de reconnaître et de garantir cette compensation.

 

La personne handicapée, à la fois ordinaire et singulière

Une personne handicapée mentale est un individu à part entière, une personne à la fois ordinaire et singulière.

Elle est ordinaire, parce qu’elle connaît les mêmes besoins que tout le monde, parce qu’elle dispose des mêmes droits que tous et qu’elle accomplit les mêmes devoirs.

Elle est singulière, parce qu’elle est confrontée à plus de difficultés que les autres citoyens, du fait de son handicap.

Qu’il s’agisse d’un enfant ou d’un adulte, la personne handicapée mentale est porteuse de manière permanente d’une déficience intellectuelle dont l’origine peut être très diverse. Elle a donc généralement besoin, le plus tôt possible, d’un soutien et d’un accompagnement adaptés pour l’aider à mieux communiquer avec les autres, exprimer ses envies, s’éveiller et développer sa personnalité, aller à l’école, travailler, en quelques mots : vivre sa vie.

 

Différence entre handicap « mental » et « psychique »

Le handicap mental est la conséquence d’une déficience intellectuelle.

La personne en situation de handicap mental éprouve des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de conceptualisation, de communication et de décision. Elle ne peut pas être soignée, mais son handicap peut être compensé par un environnement aménagé et un accompagnement humain, adaptés à son état et à sa situation.

Le handicap psychique est, quant à lui, la conséquence d’une maladie mentale. Comme le définit l’Unafam, la personne malade mentale est un individu « qui souffre de troubles d’origines diverses qui entachent son mode de comportement d’une façon momentanée ou durable et inégalement grave ».

Le handicap psychique n’affecte pas directement les capacités intellectuelles mais plutôt leur mise en œuvre. Il est toujours associé à des soins et ses manifestations sont variables dans le temps.

 

 


Julien Mizrachi a pris le départ, le 1er octobre dernier, de la Mini-Transat, à bord d’un bateau “Unapei”. Le skipper, propriétaire de son bateau, s’est engagé bénévolement et sans contrepartie à porter les couleurs de l’Unapei.

Alors que certains semblent s’inquiéter de frais engagés par l’Unapei pour disposer d’un voilier (achat, location, rémunération d’un skipper, etc.) nous tenons à préciser que le voilier “Unapei” qui a pris le départ de la Mini-Transat est la pleine propriété de Julien Mizrachi et qu’il fait cette course sur fonds propres. Il n’est en aucun cas financé par l’Unapei.

Son engagement est spontané et totalement gratuit. De plus, il souhaite reverser une partie des fonds qu’il récoltera pour contribuer aux projets de l’association. N’hésitez donc pas à lui donner un coup de pouce : https://fr.ulule.com/mini-transat-unapei/

19 octobre 2017 par Thibaud Walter

 


La charte Romain Jacob

 

ARTICLE 1 – VALORISER L’IMAGE QUE LA PERSONNE EN SITUATION DE HANDICAP PERÇOIT D’ELLE-MÊME

 La personne doit être actrice de sa santé et de sa qualité de vie. C’est un élément constitutif de son autonomie.

Comme tout un chacun, l’éducation qui lui est apportée doit concerner tous les domaines de la vie : l’hygiène, l’alimentation, l’activité physique, la sexualité, les conduites addictives (tabac, alcool…). Il est essentiel de lui apprendre comment fonctionne son corps et comment le respecter, l’informer des changements corporels qui vont intervenir tout au long de sa vie (puberté, sexualité, contraception, avancée en âge…). La place des aidants et des professionnels est prépondérante dans cette éducation.

 

TEXTE 1 Permettre à la personne en situation de handicap de mieux se connaître et de se faire connaître.

La personne en situation de handicap doit s’occuper de sa santé et de sa vie.

Ceci permet à la personne en situation de handicap d’être plus autonome.

La personne en situation de handicap doit apprendre, comme tout le monde, à prendre soin de soi, à bien manger, à bien bouger.

La personne en situation de handicap doit comprendre sa sexualité.

La personne en situation de handicap doit connaître les dangers du tabac, de l’alcool et des drogues.

La personne en situation de handicap doit apprendre des choses sur son corps.

La personne en situation de handicap doit apprendre comment son corps change avec l’âge (grandir, avoir ses règles, avoir la voix qui change, avoir de la barbe, avoir de la poitrine, être enceinte, vieillir).

La personne en situation de handicap doit apprendre comment respecter son corps.

Pour connaître tout cela, la personne en situation de handicap doit être aidée par sa famille et par les personnes qui soignent et accompagnement.

 

 

ARTICLE 2 – VALORISER L’ACCOMPAGNEMENT

Les signataires reconnaissent le rôle, l’expertise et les compétences essentiels des personnes qui accompagnent les personnes en situation de handicap (aidants, familles, proches, professionnels…) dans leur parcours de soins.

Ils veillent à les associer, dans le respect des droits des patients, à la prise en charge médicale et soignante des personnes en situation de handicap.

Les signataires reconnaissent le rôle des associations représentant les personnes en situation de handicap pour l’amélioration continue des parcours de santé.

Ils s’engagent à faciliter leur expression et leur participation.

La personne en situation de handicap bénéficie d’un droit à être accompagnée par la personne de son choix tout au long de son parcours de soins. Conformément à la loi, les accompagnants doivent être acceptés et reconnus dans leur mission par la totalité des acteurs de soins, en accord avec la personne en situation de handicap.

Durant cet accompagnement, les signataires soulignent l’importance de prendre en compte le besoin de répit des aidants de proximité.

 

TEXTE 2 – Mettre en avant l’accompagnement.

Les signataires acceptent le rôle important des personnes qui soignent et accompagnent les personnes handicapées, comme le dit la loi.

Les signataires doivent proposer la présence des personnes qui soignent et accompagnent.

La personne en situation de handicap doit être d’accord et peut choisir la personne qui accompagne.

Les signataires acceptent le rôle important des associations pour améliorer le parcours de soins des personnes en situation de handicap.

Le parcours de soins répond aux besoins de santé de la personne en situation de handicap tout au long de sa vie.

Les signataires doivent travailler avec les associations.

Les signataires doivent savoir que les familles peuvent être fatiguées.

Les signataires doivent tout faire pour prendre soin des familles.

 

 

ARTICLE 3 – EXPRIMER LES BESOINS

Les signataires soutiennent le recueil des besoins des personnes en situation de handicap au moyen d’outils partagés et leur transmission aux autorités publiques compétentes. Ce recueil privilégie l’expression directe des personnes en situation de handicap et peut être complété par d’autres sources telles que des enquêtes et des études régionales.

 

TEXTE 3 – Connaître et faire savoir les besoins des personnes en situation de handicap.

Les signataires veulent que :

  • les besoins des personnes en situation de handicap soient connus,
  • ces besoins soient regroupés de la même façon,
  • tous les besoins soient envoyés à des personnes qui sont responsables du soin et de l’accompagnement.

L’avis des personnes en situation de handicap est le plus important.

Des travaux d’autres personnes peuvent compléter l’avis des personnes en situation de handicap.

 

 

ARTICLE 4 – INTÉGRER LA SANTÉ AU PARCOURS DE VIE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

Les signataires, et notamment ceux représentatifs des établissements de santé et services sociaux et médico-sociaux, s’assurent, dans leur accompagnement quotidien, individuel et collectif, de la prise en compte de la santé comme un élément constitutif de l’autonomie et de la citoyenneté des personnes en situation de handicap.

Ils participent à l’accès à l’hygiène, à la prévention et aux dépistages, aux actions de promotion et d’éducation à la santé, et à l’accompagnement vers les soins.

Ils forment leurs personnels, soignants ou non soignants, à la prise en compte de la santé comme dimension incontournable de l’accompagnement des personnes en situation de handicap.

 

TEXTE 4 – La santé fait partie de la vie des personnes en situation de handicap.

Les signataires, et surtout ceux qui soignent et accompagnent, doivent s’occuper de la santé des personnes en situation de handicap.

L’accompagnement peut se faire tous les jours.

L’accompagnement peut se faire seul ou en groupe.

Donner de l’importance à la santé permet d’être autonome et citoyen.

Les signataires travaillent pour aider les personnes en situation de handicap :

– à avoir une bonne hygiène

– à agir pour rester en bonne santé

– à surveiller leur santé

– à être bien informés sur leur santé

– à être accompagnés vers les soins.

Les signataires doivent former les personnes qui soignent et qui accompagnent. Aider les personnes en situation de handicap à être en bonne santé fait partie du travail des personnes qui soignent et accompagnent.

 

 

ARTICLE 5 – CONSTRUIRE UNE CULTURE PROFESSIONNELLE COMMUNE

Les signataires s’engagent à systématiser les actions communes de formation et de sensibilisation au handicap auprès des professionnels et de leurs adhérents. Ils organisent notamment, avec la contribution des personnes en situation de handicap et de leurs aidants, des sessions communes de formation, d’information et d’échanges interprofessionnels et inter-établissements.

 

TEXTE 5 – Apprendre et se former tous ensemble.

Les signataires doivent tout faire pour que les personnes qui soignent et accompagnent apprennent et se forment de la même façon.

Les formations doivent être faites avec les personnes en situation de handicap et les personnes qui soignent et accompagnent.

 

 

ARTICLE 6 – COORDONNER LE PARCOURS DE SANTÉ

La coordination du parcours de santé des personnes en situation de handicap doit être organisée, que la personne vive à domicile ou en établissement. Elle doit être utile à la personne en situation de handicap, aux proches aidants, aux professionnels de santé, sociaux et médico-sociaux.

La fonction de coordination ne pourra être assurée en l’absence d’outils permettant la circulation de l’information et son accessibilité.

La mise en place d’un dossier partagé, outil au service de la coordination et du parcours de santé, est prioritaire pour la personne en situation de handicap. Il devra être obligatoirement renseigné par l’ensemble des acteurs concernés qui auront été autorisés à y accéder et formés à son utilisation.

 

TEXTE 6 – Coordonner le parcours de santé.

Coordonner, c’est organiser et vérifier que les actions menées par les personnes qui soignent et qui accompagnent soient faites.

Le parcours de santé des personnes en situation de handicap est organisé partout où les personnes en situation de handicap vivent.

La coordination doit servir aux personnes en situation de handicap et à toutes les personnes qui soignent et accompagnent.

La coordination doit trouver des solutions pour donner les informations que tout le monde comprenne.

Le dossier de santé de chaque personne est le plus important.

Il est doit être partagé par les personnes qui ont le droit de le remplir.

Les personnes qui ont le droit de remplir le dossier de santé doivent apprendre à le remplir.

 

 

ARTICLE 7 – ORGANISER L’ACCÈS AUX SOINS ET À LA PRÉVENTION

Les signataires, représentant les professionnels de santé, sociaux et médicosociaux, contribuent à l’accès à la santé des personnes en situation de handicap. Ils veillent à l’adaptation de leurs équipements, à la qualité de l’accompagnement, à la communication dans les soins, et à la coordination de leurs interventions.

 

TEXTE 7 – Préparer et rendre plus facile les soins.

Faire attention pour rester en bonne santé.

Les signataires font tout pour rendre plus facile les soins des personnes en situation de handicap.

Les signataires doivent faire attention à ce que :

– Le matériel médical soit toujours adapté pour les personnes en situation de handicap.

– Les personnes qui soignent et accompagnent aident les personnes en situation de handicap dans les soins.

– Les personnes qui soignent expliquent les soins.

– Les personnes qui soignent et accompagnent travaillent ensemble.

Afin de permettre aux personnes en situation de handicap d’être actrices de leur santé, une vigilance particulière est portée à l’adaptation des protocoles de prévention spécifiques aux différents handicaps, à la promotion de la santé, et à l’éducation thérapeutique. Les signataires veillent à mobiliser des supports d’information accessibles à tous.

Pour permettre aux personnes en situation de handicap de s’occuper de leur santé :

– Il faut parler de la santé aux personnes en situation de handicap.

– Les personnes en situation de handicap doivent être informées sur leurs soins.

– Les personnes en situation de handicap doivent apprendre les choses à faire pour mieux vivre avec une maladie.

– Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir dire ce qu’elles veulent pour leur santé.

– L’ensemble des règles pour rester en bonne santé doit être plus facile et doit répondre aux besoins des personnes en situation de handicap.

Les signataires doivent tout faire pour que les personnes en situation de handicap comprennent les documents qui parlent de la santé.

 

 

ARTICLE 8 – FACILITER ET DÉVELOPPER L’ACCÈS AUX SOINS AMBULATOIRES

Les signataires s’engagent à favoriser l’accessibilité aux soins ambulatoires.

Ils soutiennent ainsi l’organisation des rendez-vous et consultations, et l’identification des professionnels de santé de proximité dont la pratique favorise l’accessibilité aux soins pour les personnes en situation de handicap.

Ils s’accordent sur la complémentarité nécessaire sur un territoire, par discipline et par zone géographique, entre l’offre de soins ambulatoires et le recours aux plateaux techniques et aux professionnels hospitaliers.

Ils agissent pour que des moyens soient mis en place pour informer et orienter les personnes en situation de handicap et leur entourage, dans le respect du choix du lieu de vie de ces personnes.

 

TEXTE 8 – Rendre plus facile les soins ambulatoires.

Les soins ambulatoires sont des soins qui sont réalisés pendant la journée. Les personnes continuent à vivre chez elle.

Les signataires font tout pour que les personnes en situation de handicap utilisent les soins ambulatoires.

Les personnes qui soignent et accompagnent travaillent ensemble pour :

– Donner des rendez-vous près du lieu de vie de la personne en situation de handicap.

– Donner des rendez-vous au même endroit et dans la même journée.

– Donner des rendez-vous avec des personnes qui soignent et qui connaissent des choses sur la santé des personnes en situation de handicap.

– Donner les bons soins au bon moment et au bon endroit.

– Guider et Informer les personnes en situation de handicap et les personnes qui les accompagnent.

Il est important de respecter le choix du lieu de vie des personnes en situation de handicap pendant la durée des soins ambulatoires.

 

 

ARTICLE 9 – PRÉVENIR ET ADAPTER L’HOSPITALISATION AVEC OU SANS HÉBERGEMENT

Les signataires s’engagent à faire appel, si besoin, aux services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) et aux services d’hospitalisation à domicile (HAD), afin de prévenir, ou de raccourcir, l’hospitalisation avec hébergement.

Le recours à l’HAD, quel que soit le lieu de vie, doit favoriser la continuité de l’accompagnement, en utilisant notamment les capacités de prise en charge des soins palliatifs.

Les signataires facilitent, quand elle est nécessaire, l’hospitalisation des personnes en situation de handicap notamment par la mobilisation de moyens spécifiques comme l’aménagement des chambres, l’adaptation des moyens de communication, l’organisation des rendez-vous, des consultations et examens, et la limitation des déplacements et des temps d’attente. L’accueil, la coordination et le suivi du parcours de la personne en situation de handicap, durant son hospitalisation, doivent faire l’objet de protocoles spécifiques aux handicaps et aux capacités des personnes à exprimer leurs besoins.

 

TEXTE 9 – Éviter d’aller à l’hôpital. Rendre plus facile l’hospitalisation. Personnaliser l’hospitalisation pour répondre aux besoins des personnes en situation de handicap.

Les signataires vont tout faire pour :

– éviter d’aller à l’hôpital.

– rester moins longtemps à l’hôpital.

Les soins infirmiers sont donnés là où les personnes en situation de handicap vivent.

L’hospitalisation se fait là où les personnes vivent.

Le service de soins infirmiers à domicile s’appelle le SSIAD.

L’hospitalisation à domicile s’appelle l’HAD.

L’HAD permet de continuer l’accompagnement.

L’HAD aide aussi, par exemple, les personnes qui sont en fin de vie.

Les signataires vont tout faire pour rendre plus facile l’hospitalisation des personnes en situation de handicap.

Chaque hôpital doit organiser l’accompagnement et les soins pour répondre aux besoins de chacun.

Chaque hôpital doit inventer un ensemble de règles pour l’accueil des personnes en situation de handicap.

Dans le cadre d’une hospitalisation, l’offre de soins doit intégrer la communication avec les accompagnants professionnels, les aidants, les professionnels de santé impliqués dans la prise en charge et le médecin traitant, dans le respect des droits des patients.

Afin d’éviter les ruptures dans le parcours de soins des personnes en situation de handicap, les signataires s’engagent à développer et diffuser l’ensemble des moyens et outils de liaison pour une meilleure coordination des soins.

Dans la vie de tous les jours, des personnes aident et soignent les personnes en situation de handicap.

Pendant l’hospitalisation, ces personnes doivent être écoutées et informées.

Ces informations doivent respecter les droits des malades.

Pour éviter des arrêts dans le suivi médical, toutes les informations doivent être connues par tous les soignants.

Toutes les façons de donner l’information doivent être faites.

 

 

ARTICLE 10 – AMÉLIORER LA RÉPONSE AUX URGENCES MÉDICALES

Dans un souci d’adéquation entre les besoins de la personne en situation de handicap, le bon recours aux services des urgences, et afin d’éviter les ruptures d’accompagnement, les signataires s’engagent à promouvoir une formation des équipes des services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) adaptée à la prise en charge des personnes en situation de handicap.

Les signataires s’engagent à adapter l’accueil, les soins et la prise en charge somatique et psychiatrique des personnes en situation de handicap en urgence, en favorisant l’accès direct aux unités de soins concernées (document de liaison), et en définissant des critères de priorité de prise en charge dans les services d’urgence.

Les établissements de santé associent, dans le respect des droits des patients, les accompagnants des personnes en situation de handicap afin de favoriser la communication et l’adaptation des soins.

 

TEXTE 10 – Améliorer l’accueil et les soins des Personnes en situation de handicap aux urgences.

Pour répondre aux besoins des personnes en situation de handicap, les signataires doivent tout faire en premier pour :

– Former des équipes mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR). Les équipes mobiles sont des personnes qui soignent en urgence en dehors de l’hôpital.

– Accueillir et donner les soins qui correspondent aux besoins de la personne en situation de handicap.

– Faire entrer directement les personnes en situation de handicap dans les services de l’hôpital.

– Parler ensemble pour mieux connaître la personne.

Si la personne est d’accord, la présence d’une personne qui accompagne va aider à comprendre et à expliquer les soins.

Les soins doivent répondre aux besoins de la personne.

 

 

ARTICLE 11 – FACILITER LE RECOURS AUX TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

Les signataires s’engagent à faciliter le recours aux nouvelles technologies afin de développer des programmes régionaux de télémédecine pour l’accès aux soins des personnes en situation de handicap et à favoriser l’accès aux outils de communication qui leur permettent de s’exprimer.

 

TEXTE 11 – Mieux informer et communiquer avec l’informatique.

Les signataires doivent tout faire pour que les personnes qui soignent et accompagnent se servent de l’informatique.

La télémédecine aide le médecin à soigner, en se servant d’une télévision et d’un ordinateur.

La télémédecine peut se faire avec plusieurs médecins.

La télémédecine doit s’organiser dans chaque région.

 

 

ARTICLE 12 – METTRE EN ŒUVRE ET ÉVALUER LA PRÉSENTE CHARTE

Les signataires s’accordent sur la nécessité de construire, au regard de chacun des objectifs de la présente Charte, des outils partagés et concrets, fondés sur la reconnaissance réciproque des compétences, des aptitudes, mais également des contraintes de chacun, et favorisant la fluidité des parcours de santé.

Ils se réunissent annuellement, au travers d’un comité de la Charte, pour partager l’évaluation de leurs actions.

Ils communiquent leurs travaux et conclusions à la Haute Autorité de Santé (HAS), à la Conférence Nationale de Santé (CNS), au Conseil National Consultatif des Personnes en situation de handicap (CNCPH) et aux autorités publiques compétentes.

Ils favorisent l’adhésion à la présente Charte des acteurs de santé et des représentants des personnes en situation de handicap.

 

TEXTE 12 – Faire ce qui est écrit dans la Charte et regarder ce qui a été fait.

Les signataires doivent tout faire pour que les personnes qui soignent et accompagnent inventent des solutions.

Ils doivent respecter tous les textes de la charte.

Il ne faut pas arrêter les soins.

Les signataires se réunissent une fois par an pour regarder ce qui a été fait.

Les signataires doivent tout faire pour que la charte soit connue de tous.

 

 

 


Madame, monsieur, bonjour,

La CNSA ne fournit pas les fiches imprimées.

La CNSA  les propose uniquement au format pdf en ligne, charge aux organismes qui souhaitent les utiliser de les imprimer si nécessaire.

Veuillez trouver, ci-dessous, le lien pour accéder aux fiches :

http://www.cnsa.fr/documentation/publications-de-la-cnsa/les-fiches-en-facile-a-lire-et-a-comprendre

Cordialement,

Le secrétariat

CAPH29

02.98.90.01.46


Madame, Monsieur, bonjour,

La Maison Départementale des Personnes Handicapées souhaite revoir l’organisation de son hall d’accueil, situé au 1C rue Félix le Dantec à Quimper.

Afin de recueillir les besoins et les attentes du public, la direction de la MDPH souhaite mettre en place un comité d’usagers qui participera à la réflexion autour de ce projet.

Pour cela, le CAPH29 constitue un petit groupe d’handicaps variés afin de travailler sur le sujet.

Deux réunions sont d’ores et déjà programmées :

–          Le mardi 14 novembre 2017, de 10h00 à 12h00, à la MDPH, pour échanger sur le sujet et recueillir vos souhaits.

–          Le jeudi 30 novembre 2017, de 16h30 à 18h00, à la MDPH, pour une rencontre et un échange avec les agents d’accueil et les représentants du personnel de la MDPH, ainsi qu’une une relecture de la proposition du comité d’usagers.

Merci de bien vouloir vous inscrire auprès du secrétariat du CAPH29</st